Skip to navigation – Site map

HomeExcavations districtsNormandie201876 – Seine-MaritimeRouen – Place du Vieux-Marché, pa...

2018
76 – Seine-Maritime

Rouen – Place du Vieux-Marché, parvis de l’église Saint-Jeanne-d’Arc

Fouille programmée (2018)
Archaeological project director: Mark Guillon
Note written with Raphaëlle Lefebvre, Faustine Roussel, Serge Le Maho and Guillaume Lemaître

Editor's notes

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Full text

1La Métropole Rouen Normandie a mené un projet d’aménagement des espaces publics du centre-ville de Rouen nommé « Cœur de métropole ». C’est dans ce cadre qu’ont été entrepris des travaux sur le parvis de l’église Sainte-Jeanne-d’Arc, place du Vieux-Marché. Il n’y a pas eu de diagnostic dans la mesure où les fouilles des années 1970 étaient censées avoir mis au jour la totalité des vestiges de la place. En fait, cette fouille ancienne s’était visiblement concentrée sur les ruines de l’église Saint-Sauveur en laissant certaines parties de la place non fouillées.

2Les opérations de fouille qui ont précédé ont été conduites sur l’emprise initiale de l’église Saint-Sauveur et du cimetière. Pour en conserver la trace, les ruines de l’ancienne église qui occupent actuellement une partie de la place, ont été déplacées de quelques mètres lors de l’édification du nouveau lieu de culte dédié à Jeanne d’Arc. L’église Saint-Sauveur est citée dès le Moyen Âge, et figure sur le Livre des Fontaines de Jacques le Lieur (1526) mais sans indication de cimetière. Elle est également représentée sur le plan de Jacques Gomboust (1655), également sans représentation de cimetière ou alors très mal identifiable (à l’ouest ?). Sur le cadastre napoléonien, l’église a disparu, remplacée par ce qui pourrait être des Halles.

3Le nouvel aménagement du parvis de l’actuelle église Sainte-Jeanne-d’Arc a provoqué la découverte inattendue de sépultures en place lors du décapage par l’aménageur juste devant l’entrée, immédiatement sous le sol actuel. La pose d’un nouveau revêtement de sol avec une légère reprise des niveaux de sols pour adoucir la pente actuelle était programmée sur le parvis ouest. Les travaux d’aménagement ont été immédiatement interrompus et un décapage fin sur l’emprise des travaux a servi de « diagnostic ». Une trentaine d’inhumations orientées, en position dorsale et alignées, des drains en briques rouges et de larges murs en moellons calcaires ont été mis au jour.

Problématique et objectifs

4La problématique aborde la compréhension des dernières occupations funéraires lors de la phase moderne de la place, ainsi que la mise en place et l’organisation des structures après l’abandon du cimetière à la fin du xviiie s. Le premier objectif consiste à caractériser l’organisation des vestiges du cimetière en activité et après son abandon, dans l’emprise des travaux d’aménagement seulement. Les vestiges maçonnés ont été étudiés pendant la fouille dans le but d’interpréter leur fonction (bâtiments, drains).

5Objet principal de la prescription archéologique émise par les services de l’État, l’aire funéraire fut au centre des moyens engagés sur le site. Cependant, il s’agissait aussi de mettre au jour les structures modernes liées au Vieux Marché, notamment les drains, possiblement liés aux activités des bouchers et des poissonniers aux xviiie et xixe s. De plus, ces drains ayant une relation stratigraphique avec les larges murs décelés, une fouille sommitale de ces derniers devaient appréhender leur emprise, leur organisation, voire leur chronologie.

La fouille

6L’opération archéologique concerne une centaine de mètre-carrés sur une profondeur de 0,70 m. Elle s’est tenue du 11 septembre au 2 octobre 2018. La partie la plus septentrionale de l’emprise se situe au pied du pilori de Jeanne d’Arc (fig. 1).

Fig. 1 – Vue en cours de fouille vers le nord de la partie septentrionale de l’emprise, au pied du pilori de Jeanne d’Arc

Fig. 1 – Vue en cours de fouille vers le nord de la partie septentrionale de l’emprise, au pied du pilori de Jeanne d’Arc

Cliché : M. Guillon (Inrap).

7La fouille a livré 33 sépultures primaires. Les sépultures, et notamment les vestiges humains, sont bien conservés. On a pu observer des inhumations en pleine terre et en cercueil, ainsi que des aménagements de pierres de chant (fig. 2) ; le bois est conservé sous la forme de niveaux charbonneux. Une étude archéothanatologique et biologique reste à faire. Les tombes sont attribuables à des adultes et à des sujets immatures.

Fig. 2 – Photographie de travail vers le sud-est de la partie méridionale de l’emprise

Fig. 2 – Photographie de travail vers le sud-est de la partie méridionale de l’emprise

Remarquer les appareillages funéraires en pierre calcaire posées de chant.

Cliché : M. Guillon (Inrap).

8Des témoins d’activités autres que funéraires ont été mis en évidence, comme les drains liés à l’activité du Vieux-Marché. Ces drains, parfaitement conservés, ont fait l’objet d’un grand soin lors de leur construction, avec soubassement, appareillage de briques et liens au mortier.

9Une portion de large mur a été mise au jour au sud-est de l’emprise, orientée nord-sud. L’étude déterminera sa structure et sa chronologie.

10Il a pu être mis en évidence que, sous les niveaux sépulcraux les plus récents, a eu lieu un remblaiement ; un sondage très ponctuel, avec l’accord du maître d’œuvre, a montré que la puissance de ce remblaiement était d’au moins 0,5 m. N’ayant pas atteint la base de ce niveau pour des raisons de sécurité, il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’un apport de grave et de marne avant l’installation des tombes modernes, ou/et d’une séparation de niveaux sépulcraux. L’analyse des relations stratigraphiques avec les autres structures, notamment les murs de pierre calcaire et de briques et les drains, reste à faire.

11Plusieurs niveaux de combustion ont été mis au jour dans la partie ouest de l’emprise, possiblement liée à l’activité de boucherie (fig. 3).

12L’étude historique fine de ce secteur reste à faire pour pouvoir croiser tous les résultats. La phase post-fouille n’a pas été entamée.

Fig. 3 – Vue vers l’est des niveaux rubéfiés possiblement liés à l’activité de boucherie du marché au xixe s.

Fig. 3 – Vue vers l’est des niveaux rubéfiés possiblement liés à l’activité de boucherie du marché au xixe s.

Cliché : M. Guillon (Inrap).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Vue en cours de fouille vers le nord de la partie septentrionale de l’emprise, au pied du pilori de Jeanne d’Arc
Credits Cliché : M. Guillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76044/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 2 – Photographie de travail vers le sud-est de la partie méridionale de l’emprise
Caption Remarquer les appareillages funéraires en pierre calcaire posées de chant.
Credits Cliché : M. Guillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76044/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 3 – Vue vers l’est des niveaux rubéfiés possiblement liés à l’activité de boucherie du marché au xixe s.
Credits Cliché : M. Guillon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76044/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Top of page

References

Electronic reference

Mark Guillon, Raphaëlle Lefebvre, Faustine Roussel, Serge Le Maho and Guillaume Lemaître, “Rouen – Place du Vieux-Marché, parvis de l’église Saint-Jeanne-d’Arc” [Note of archaeological project], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Normandie, Online since 04 June 2021, connection on 24 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/adlfi/76044

Top of page

About the authors

Mark Guillon

Inrap

By this author

Raphaëlle Lefebvre

By this author

Faustine Roussel

By this author

Serge Le Maho

By this author

Guillaume Lemaître

By this author

Top of page

Archaeological project director

Mark Guillon

Inrap

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search