Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201876 – Seine-MaritimeSaint-Romain-de-Colbosc – Avenue ...

2018
76 – Seine-Maritime

Saint-Romain-de-Colbosc – Avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Jérôme Marian

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archéopole

Texte intégral

1Dans le cadre de l’extension des bâtiments du magasin Super U et suite à un diagnostic archéologique réalisé en 2017, une fouille a été prescrite sur une surface de 12 350 m2, au sud-ouest de la commune de Saint-Romain-de-Colbosc. Implanté sur le versant d’un léger vallon tapissé de limons quaternaires, le site a livré cinq occupations datées entre le Bronze final et la période contemporaine.

2La première phase datée de la période Bronze final-premier âge du Fer se traduit par une petite occupation sous forme d’habitat à vocation domestique (fossé, fosse) dans un espace possiblement ouvert, situé dans la moitié nord de l’emprise de fouille.

3La deuxième phase, datée entre le début de La Tène D1 et La Tène D2, est marquée par l’implantation d’une nécropole laténienne en trois temps, à l’extrémité nord-ouest de la fouille. L’espace funéraire primitif du début de La Tène D1 se développe sur une superficie de 20 m2 et est fermé au nord et au sud par un fossé bordier. Il comporte trois tombes à crémation, soigneusement aménagées et dotées d’entre deux et trois vases (dérivés de la céramique « Veauvillaise »), d’éléments de parures (fibules de type La Tène II 1 ou 2) ou encore de clés et de pièces lithiques en rejets détritiques. Le groupe est représenté par trois individus, deux adultes (un individu de taille adulte et un adulte mature) et un individu d’âge indéterminé, tous trois de sexe indéterminé.

4La nécropole initiale est agrandie entre La Tène D1 et D2 avec l’implantation de 17 fosses à dépôt funéraire dans un espace de 220 m2, délimité au sud par un hypothétique fossé bordier. Elles comptent entre un et cinq vases par fosse et entre un et deux amas osseux avec des traces de contenant pour cinq d’entre eux (coffrage en bois, contenant en matière périssable). La riche dotation comporte du mobilier ferreux (fibules de type La Tène 1 ou 2, clés ou encore objets de toilette tels que couteau, rasoir, paire de force), du mobilier en alliage cuivreux (bracelets), des pièces lithiques en rejets détritiques et un bracelet en roche noire. La très riche dotation de l’une d’entre elles, composée de cinq vases, d’un rasoir et d’une paire de forces la démarque de l’ensemble de la nécropole et atteste un certain statut du défunt. La population de cette nécropole est représentée par 17 individus : 5 adultes matures, 6 individus de taille adultes et 6 indéterminés et 3 sujets masculins potentiellement identifiés.

5Au cours du début La Tène D2, la nécropole connaît une ultime évolution sur une superficie de 119 m2 avec l’implantation de trois sépultures qui s’intègrent parfaitement au sein de la nécropole. Enclose par un fossé quadrangulaire, la première crémation se pare de cinq céramiques, de mobilier métallique ferreux (fibules de type La Tène 1 ou 2, serpe) et en alliage cuivreux (bracelet, élément de joug, élément de harnachement ou passant de harnais), de parures en pâte de verre (13 perles), de tabletterie (fusaïole) et de pièces lithiques en rejets détritiques. Aménagée de manière soignée, elle se singularise par la présence d’un coffrage en bois, d’un seau à cerclages et à anse à crochet de fer et d’un moulin manuel domestique (non fonctionnel) tout comme la deuxième sépulture secondaire à crémation. Cette dernière se démarque toutefois par un moulin manuel domestique fonctionnel et par la présence de deux doubles vases. La dernière sépulture se pare d’une dotation plus modeste, comprenant un vase et une fibule. Le groupe compte trois individus, deux adultes matures de sexe indéterminé et probablement masculin. Le troisième sujet est d’âge et de sexe indéterminés.

6La troisième phase se caractérise par une occupation essentiellement agro-pastorale datée du Haut-Empire. La pauvreté du mobilier au sein des quinze structures datées et le manque de relation stratigraphique relative a rendu difficile le phasage de cette occupation antique. Cependant il a été possible de définir trois états :

7Les traces d’une occupation agro pastorale dans un espace possiblement ouvert apparaissent au plus tôt à la période julio-claudienne, jusqu’au début du iie s. apr. J.‑C. Elles se traduisent par l’installation d’un petit cellier et d’une fosse dans la partie centrale et au sud-ouest de l’emprise de fouille. De plan quadrangulaire, le cellier d’une superficie de 15 m2, aurait connu une première phase de remaniements puis, dans un second temps, une phase de vidange de foyer, ou de produits de combustion remaniées de type paille, le bois ou encore des produits de récoltes attestant d’activités liées au traitement des céréales ou encore liés à l’incendie de la couverture du cellier.

8Au cours du deuxième quart du iie s. apr. J.‑C. un réseau fossoyé se met en place dans la moitié sud de l’emprise de fouille, associé à un silo situé à l’est-nord-est de l’enclos. La fosse de stockage a livré de l’épeautre, du froment et, dans une moindre mesure, de l’orge et de l’avoine, céréales cohérentes avec les cultures céréalières de la période gallo-romaine. Cet ensemble amorce un début d’organisation structurelle d’une occupation agro-pastorale et délimite un nouvel espace de plan en U, ouvert en direction du sud-sud-est sur une superficie d’environ 4 300 m2.

9Un remaniement du réseau fossoyé initial s’opère durant cette phase, voire la phase suivante, avec un dédoublement de ce dernier et l’implantation de deux nouveaux espaces à fossés doubles espacés entre 2 et 3 m les uns des autres, interprétés comme des espaces de circulation. Le second espace situé au nord du réseau principal s’étend sur 2 230 m2 et fonctionnerait avec trois structures de combustion, attestant d’activités domestiques ou artisanales. Le troisième espace, établi dans la moitié ouest de l’emprise se développerait sur une superficie minimale de 3 640 m2 et fonctionnerait avec deux bâtiments sur poteaux, interprétés comme des petits greniers, attestant d’une vocation agro-pastorale.

10Les derniers vestiges de l’occupation antique se traduisent par l’implantation d’une fosse de rejet, située à l’ouest-sud-ouest de l’emprise de fouille et daté entre la fin du iie s. et le début du iiie s. apr. J.‑C. attestant une activité mal définie dans un espace possiblement fermé ou s’inscrivant et fonctionnant dans le double enclos implanté au plus tôt à la phase précédente voire à cette phase.

11La quatrième phase datée entre la fin de la période médiévale et le début de l’époque moderne est connue par un unique et puissant trou de poteau localisé à l’est-sud-est de l’emprise de fouille.

12Enfin la cinquième et dernière phase est représentée par l’installation d’une division parcellaire cadastrale du xixe s. au travers d’une palissade sur poteaux dans la moitié centrale de l’emprise de fouille.

Fig. 1 – Plan général du site, toutes phases confondues

Fig. 1 – Plan général du site, toutes phases confondues

DAO : J. Marian (Archéopole).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site, toutes phases confondues
Crédits DAO : J. Marian (Archéopole).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Marian, « Saint-Romain-de-Colbosc – Avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/76080

Haut de page

Auteur

Jérôme Marian

Archéopole

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Marian

Archéopole

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search