Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201876 – Seine-MaritimeSaint-Romain-de-Colbosc – Route d...

2018
76 – Seine-Maritime

Saint-Romain-de-Colbosc – Route de Saint-Laurent

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Claire Beurion

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été réalisé au hameau du Frescot, situé à 500 m du centre bourg, sur un nouveau lotissement affectant une surface de 1,5 ha. L’intervention était motivée par les nombreux sites mis en évidence sur la commune, où plusieurs projets d’urbanisation récents ont révélé une forte implantation gauloise et gallo-romaine de part et d’autre de l’ancienne voie romaine reliant Lillebonne à Harfleur.

Protohistoire/Antiquité

2Quelques indices d’occupation sont à mettre en relation avec l’enclos fossoyé de l’âge du Fer mis au jour sur la parcelle attenante par Caroline Riche en 2017, et dont la datation est placée entre le premier âge du Fer et La Tène ancienne (jatte à bord festonné, écuelle à petite carène, fusaïole tronconique). Les nouvelles découvertes, situées dans l’environnement extérieur de cet enclos, restent très anecdotiques : une fosse et un groupe de trous de poteau évoquant un ensemble bâti. Les tessons céramiques recueillis à ce niveau paraissent relever plus précisément du premier âge du Fer.

3Quant à la période gallo-romaine, elle s’illustre par une seule fosse renfermant les fragments d’une jatte ou pot en pâte grise attribuable au iie s. apr. J.‑C.

Un dépôt d’outils en fer

4La découverte la plus remarquable pour les périodes anciennes est un dépôt d’objets en fer, retrouvé dans une petite fosse scellée par un amas de blocs de silex décimétriques. Celle-ci renfermait deux outils en fer complets : un soc d’araire à large douille et lame triangulaire (L. : 27 cm, l. : 12 cm) et une hache en fer de section triangulaire et à talon trapu rectangulaire (L. : 21 cm, l. : 6,5 cm). Les deux objets reposaient l’un sur l’autre et étaient entourés d’un lot de clous en fer, ce qui pourrait indiquer qu’ils ont été enfouis dans un contenant périssable en bois, de type coffret. Il s’agit manifestement d’un dépôt ou d’une cache volontaire d’outils agricoles, révélant un événement instantané qu’il est bien difficile de placer dans le temps. La typologie des objets autorise seulement une fourchette chronologique large pour ce dépôt, allant de La Tène finale au haut Moyen Âge.

L’occupation médiévale

5Au milieu des décombres de l’ancienne ferme moderne, une concentration de vestiges appartient à la fin de l’époque médiévale. Celle-ci trouve donc certainement son origine au Moyen Âge.

6L’occupation médiévale se signale par une portion d’enclos curviligne, se poursuivant hors emprise en direction de l’est. Cet enclos est délimité par un fossé de petite envergure qui a livré les fragments d’un pichet du bas Moyen Âge (xiiie-xve s.), du grès du Beauvaisis (xvie s.) mais aussi une forme céramique attribuable à la période carolingienne. Quelques fosses se rattachent au même horizon chronologique et ont en commun un remplissage très charbonneux tandis qu’un certain nombre de tessons médiévaux émaillent les tranchées environnantes (bord en bandeau d’époque carolingienne, poêlon à fine glaçure verte du xive s., jatte à crémer du xvie s.).

Une ancienne ferme (xviiie-xixe s.)

7Pour une grande part, les vestiges appartiennent à une ancienne ferme, détruite au cours du xixe s. Le diagnostic des parcelles limitrophes au sud avait déjà révélé une partie des installations rurales moderne et contemporaine. Les structures mises en évidence, datées des xviiie et xixe s., concordent pour beaucoup avec les éléments figurés sur le cadastre napoléonien, à savoir : une série de fossés parcellaires orientés nord-sud et fonctionnant généralement par paire, plusieurs niveaux de démolition en correspondance avec les différents bâtiments représentés sur le plan de 1829, quelques fosses ainsi qu’un chemin traversant l’ensemble du terrain sur un axe nord-nord-ouest – sud-sud-est.

8Le lot mobilier de l’époque moderne montre une forte représentation des céramiques de Mélamare, à pâte rosée/rouge, centre de production potière situé à moins de 10 km de distance, au nord-est de Lillebonne. Il révèle aussi une activité locale de taille du silex pour la fabrication des moellons en silex utilisés en maçonnerie ainsi qu’un probable artisanat de tabletterie.

Fig. 1 – Plan général des vestiges

Fig. 1 – Plan général des vestiges

DAO : Topographie : S. Calduch ; DAO : C. Beurion (Inrap).

Fig. 2 – Hache

Fig. 2 – Hache

Cliché : S. Le Maho (Inrap).

Fig. 3 – Soc d’araire

Fig. 3 – Soc d’araire

Cliché : S. Le Maho (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges
Crédits DAO : Topographie : S. Calduch ; DAO : C. Beurion (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 2 – Hache
Crédits Cliché : S. Le Maho (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 3 – Soc d’araire
Crédits Cliché : S. Le Maho (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Beurion, « Saint-Romain-de-Colbosc – Route de Saint-Laurent » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/76084

Haut de page

Auteur

Claire Beurion

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Beurion

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search