Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201876 – Seine-MaritimeSaint-Saëns – ZA du Pucheuil, par...

2018
76 – Seine-Maritime

Saint-Saëns – ZA du Pucheuil, parcelles ZM 27 et 76

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Frédérique Jimenez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Une nouvelle opération d’archéologie préventive a été réalisée dans l’emprise étendue de la ZA du Pucheuil, située sur la commune de Saint-Saëns. Implantée au sud-est du bourg qui se développe sur les rives de la Varenne, « La Plaine du Pucheuil » domine la vallée. À l’intérieur de ce vaste espace rural, une enclave délimitée au nord par la RN 29, au sud et à l’est par les autoroutes A28 et A29 sert d’assiette au projet de la zone d’activités. Depuis 2002, trois diagnostics, une surveillance de travaux et une fouille ont déjà été effectués en amont des travaux d’aménagement de la zone d’activités. Un dernier diagnostic, réalisé en 2016 par David Breton, a donné lieu à cette nouvelle prescription (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation des opérations archéologiques

Fig. 1 – Localisation des opérations archéologiques

DAO : F. Jimenez (Inrap).

2Les résultats des premières opérations ont témoigné de l’existence d’un habitat rural installé ex nihilo dès La Tène ancienne, puis pérenne de la fin de La Tène moyenne jusqu’à la période augustéenne. Matérialisé par plusieurs enclos partiellement appréhendés, le plus tardif délimitait un ensemble de bâtiments sur poteaux, dont de nombreux petits greniers, des fosses domestiques et une petite zone funéraire. Une seconde zone funéraire contemporaine de la précédente, située à environ 200 m à l’extérieur de l’enclos principal a également été fouillée au cours d’un des diagnostics. Après un court hiatus couvrant la deuxième moitié du ier s., cet espace semblait à nouveau réinvesti. La trame parcellaire gauloise est alors réutilisée, modifiée ou complétée. Enfin, quelques indices suggéraient également une réoccupation de cet espace durant la seconde moitié de la période carolingienne.

3La fouille réalisée au début de l’année 2018 va donc permettre de compléter ces données. Même si la phase d’étude de cette dernière opération n’est pas encore achevée, les données brutes de terrain, associées à une première estimation de datation des ensembles céramique livrent une première esquisse des occupations successives du site. Elle comprend deux emprises distinctes, distantes d’environ 60 m (fig. 2).

Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour en 2018

Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour en 2018

DAO : F. Jimenez (Inrap).

4Le phasage proposé pour les occupations mises au jour au cours de l’opération réalisée en 2008 est ici repris. Comme pour les opérations antérieures, les vestiges mobiliers sont rares et limitent les interprétations.

5La première phase de l’occupation gauloise (Tène ancienne), reconnue sur la partie fouillée en 2008, était matérialisée par un fossé subcirculaire de 10 m de diamètre, dont la fonction reste imprécise (tertre funéraire, fossé de drainage autour d’une meule ?) En 2018, cette première phase n’est représentée que par une unique fosse ayant livré cinq fragments de céramique datés avec prudence de cette période. Elle est spatialement très éloignée du fossé curviligne qui lui est contemporain. Les diagnostics réalisés entre 2008 et 2018 n’ont livré aucun élément permettant de mieux cerner cette occupation.

6La deuxième phase (fin de La Tène C2/D, époque Augustéenne) regroupait en 2008 la majorité des vestiges. En 2018, cette deuxième phase apparaît plus distendue. Hormis la portion d’enclos quadrangulaire complétant le plan de la fouille réalisée en 2008 et du premier diagnostic de 2015, aucun indice ne suggère une occupation au cours de cette phase dans le petit secteur situé à l’ouest de l’emprise. Dans le secteur est, l’occupation est plus marquée. Un premier enclos, en partie curviligne, est installé et comblé durant La Tène C/D. L’espace qu’il délimite enserre quelques petites fosses contemporaines qui ne se distinguent en rien de celles répertoriées à l’extérieur. Le fossé qui le matérialise est la structure ayant livré le volume de céramique le plus important. Cette abondance mobilière relative ne se rattache à aucun vestige d’habitat. Sa fonction reste donc en l’état à définir.

7Durant La Tène D2 et la période augustéenne, un premier découpage parcellaire se met en place, uniquement perceptible dans la plus grande fenêtre de fouille. Une incinération en urne datée de la période Augustéenne témoigne néanmoins de l’occupation de la plus petite fenêtre.

8La fouille réalisée en 2008 avait montré un hiatus dans l’occupation durant la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C. La fouille de 2015 comble cet espace chronologique, de nouveaux fossés complètent ou se substituent à la trame parcellaire mise en place au cours des décennies antérieures. Ces transformations du paysage se poursuivent durant le iie s. apr. J.‑C. élargissant l’espace agro-pastoral et incluant plusieurs petits enclos trapézoïdaux et espaces de cheminement. La localisation de l’habitat antique dont dépendraient ces aménagements reste cependant à ce jour non précisée.

9Si les opérations antérieures laissaient supposer une continuité d’occupation au cours du iiie s. apr. J.‑C., cette dernière opération n’a livré aucun indice susceptible d’être rattaché à cette période.

10Il faut attendre le ixe s. apr. J.‑C. pour observer de nouveaux indices d’occupation. Pour l’essentiel regroupés dans le petit secteur ouest et sur la frange sud du diagnostic réalisé en 2015, ils associent four domestique, probable fosse atelier, et nuages denses de trous de poteau. Plusieurs plans de petits greniers sur quatre ou six poteaux pourraient, par leur répartition spatiale, faire partie de cette dernière occupation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des opérations archéologiques
Crédits DAO : F. Jimenez (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour en 2018
Crédits DAO : F. Jimenez (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/76085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Jimenez, « Saint-Saëns – ZA du Pucheuil, parcelles ZM 27 et 76 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/76085

Haut de page

Auteur

Frédérique Jimenez

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédérique Jimenez

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search