Navigation – Plan du site
2007

Loupiac – Saint-Romain, fouille de la pars urbana de la villa

Saint-Romain
Responsable(s) des opérations : Jérôme Marian
Notice rédigée par : Jérôme Marian

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025111

Date de l'opération : 2007 (FP)

1Cette fouille a continué en 2007 selon trois axes de recherche :

2    - poursuite de la fouille de quatre pièces de l’aile sud-ouest de la galerie du péristyle ;

3    - étude architecturale des murs avoisinants le chevet plat du prieuré de Saint-Romain, situé au sud-est de la villa;

4    - fouille extensive sur 180 m2 de la partie nord-ouest de la villa,ce qui a permis de dégager complètement trois pièces déjà observées en 2004 et de mettre au jour deux nouveaux espaces - la galerie sud-est du péristyle, l’aile sud-est du bassin d’agrément - et deux sépultures.

L’aile sud-est du péristyle de la villa

5En arrière de cette aile, contre la bâtisse du XIXe s., la nouvelle pièce dégagée cette année, est ornée d’un sol mosaïqué en opus tessellatum.Les motifs de cercles polychromes cantonnés de calices trifides et de tresses à deux brins sont des éléments décoratifs de l’Ecole d’Aquitaine, datés vers la fin du IVe s. et le début du Ve s. apr. J.-C. Ce sol est coupé par une fosse, attestant d’une occupation tardive. Le long du péristyle, sept salles se succèdent. La première, au nord, avec un sol en opus signinumet un seuil de porte donnant accès à la galerie du péristyle, se laisse interpréter par son étroitesse et sa longueur comme un couloir qui permet le passage entre le péristyle et la galerie mosaïquée de la natatio.Le sol est percé au nord-ouest par deux fosses qui témoignent d’une réoccupation postérieure à la villa.

6 Le sol de la pièce contiguë est en béton mais deux dalles laissent présumer que ce sol était revêtu. Une telle pièce ne pourrait-elle être une salle d'apparat ou un cubiculum? L’espace est perturbé par de nombreuses fosses et trous de poteaux attestant une occupation tardive de la villa,non datée pour l’instant. L’agencement des trous de poteaux ne permet pas d’observer une quelconque structure bâtie en bois.

7 Immédiatement au sud, un espace long et étroit, mosaïqué, avec un seuil donnant sur la galerie du péristyle, pourrait être un second couloir permettant le passage entre le péristyle et la natatio.Deux fosses tardives sont ouvertes dans le sol. La pièce suivante présente un sol mosaïqué fragmentaire. Le décor est marqué par la présence de calice trifide, d’un motif végétal non défini, de pentagones, de tresses à deux brins, de carré sur pointe à fleurette et de bordure de lierre. Cet ensemble est une oeuvre de l’Ecole d’Aquitaine, à dater entre la fin du IVe s. et le début du Ve s. apr. J.-C. Une telle pièce ne pourrait-elle être une salle d'apparat ou cubiculum? La pièce est perturbée par de nombreuses fosses et trous de poteaux, attestant d’une occupation tardive.

8Trois phases d’occupation ont été observées dans l’avant-dernière pièce. Rectangulaire, se prolongeant plus loin que sa voisine, elle possède un caniveau, repéré en 2006, construit sur un remblai de limon. Cette grande salle est par la suite divisée en deux par l’aménagement d’un mur transversal ; le caniveau est alors détruit et recouvert par un premier sol. Enfin, un nouveau sol, dégagé en 2006, constitue la dernière phase d’occupation.

9La dernière pièce possède aussi trois phases d’occupation. La première phase est marquée par un sol de mortier ; il est antérieur à la seconde moitié du Ier s. d’après les matériaux qui le comblent. Ce premier remblai issu de destruction est noyé par un second composé de limon ; un caniveau y est aménagé qui aurait fonctionné en même temps que celui de l’espace voisin. Un remblai de limon sableux couvre l’ensemble ; il est rapporté d’une autre zone de la villaet caractérisé par du mobilier datant du IIe s. apr. J.-C.

10Un autre caniveau est installé sur ce remblai ; deux états d’utilisation ont été observés : dans un premier temps orienté nord-est, il est repris avec un coude suivant un axe est-ouest. Enfin, un remblai de nivellement charbonneux recouvre tout cet ensemble et marque une phase d’abandon tardive que l’étude de la céramique permettrait de dater du Ve s. apr. J.-C.

La galerie sud-est du péristyle

11La galerie sud-est du péristyle a un sol en béton de tuileau. Il est percé par deux tranchées issues des fouilles anciennes d’A. Pezat et par une fosse. Dans une première phase, un mur divise cet espace, vraisemblablement aménagé de cloisons pouvant recevoir des décorations. Une seconde est marquée par l’arasement de ce mur et une recharge de mortier qui noie localement le premier sol. Ces deux phases ne sont pas encore datées.

12 La galerie comprend deux seuils de porte, donnant accès aux deux probables couloirs évoqués plus haut. Un remblai de nivellement à base de destruction apporte un terminus ante quemà l’ensemble de cette aile. L’étude de la céramique permet d’avancer une phase d’abandon entre les VIe s. et VIIe s. apr. J.-C.

13 Ce remblai est également à mettre en correspondance avec celui de la galerie sud-ouest du péristyle, des pièces voisines et du bassin. Ainsi la villaconnaîtrait une phase d’abandon généralisée à cette époque.

14 Deux sépultures ont été repérées à la limite nord de l’emprise de la fouille. La première a été partiellement fouillée, la seconde entièrement, en ouvrant une fenêtre dans la coupe. Les deux individus, en bon état de conservation, ont les bras croisés sur le bassin et sont orientés sud-ouest - nord-est en position allongé dorsale. Les deux sépultures sont maçonnées. Elles sont postérieures au remblai de nivellement et seraient à relier au prieuré du XIIe s.

L’aile sud-ouest du péristyle

15La fouille des remblais dans la salle de réception a permis d’observer leurs relations stratigraphiques avec les murs de la pièce et de prélever des enduits peints : 2242 fragments et une cloison décorée d’une plinthe blanche mouchetée de noir, de vert foncé et de rose saumon. La fouille s'est arrêtée sur deux autres remblais superposés ; aucun sol n’est apparu, seulement une succession de remblais divers au-dessus du substrat.

16Dans la salle de réception semi-circulaire, la céramique du remblai permet d’avancer une datation vers la seconde moitié du Ier s. et la première moitié du IIe s. Deux phases d’occupation ont été repérées : sur un sol limoneux à base de cailloux, repose un remblai et la fondation d’un sol en mortier ; un sol de terre rubéfiée correspond à la seconde phase.

La galerie sud-ouest du péristyle

17Elle reçoit, dans une première phase d’occupation, un sol en mortier, non daté. Une seconde phase le recouvre par une fondation de sol en mortier très fragmentaire et par une recharge de remblai de sable.

18 Dans une troisième phase, un remblai de limon sableux, daté du Ve s. apr. J.-C., noie complètement ce sol et un autre est construit en béton de tuileau. Cette troisième phase est équivalente à celle observée dans la galerie sud-est, marquée aussi par un remblai de limon sableux et un sol en béton de tuileau. Le remblai est percé par deux tranchées effectuées par A. Pezat pour suivre respectivement deux murs.

Le bassin d’agrément du péristyle de la villa

19Sous le remblai de destruction, deux successifs sont apparus, ainsi qu’un sol en béton de tuileau et un seuil. Le système est similaire à celui de l’aile sud-ouest, dont la datation se situe entre la fin du IIe s. et le IIIe s.

20La fouille de ces deux remblais l’année prochaine permettra de resserrer la fourchette chronologique de l’aile sud-ouest de la galerie et de confirmer l’abandon du bassin.

21 (Fig. n°1 : Plan général) et (Fig. n°2 : Vue générale de la pars urbanaaprès la fouille de 2007)

22Marian Jérôme

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général

Fig. n°1 : Plan général

Auteur(s) : Marian, Jérôme (SUP). Crédits : Marian, Jérôme, SUP (2007)

Fig. n°2 : Vue générale de la pars urbanaaprès la fouille de 2007

Fig. n°2 : Vue générale de la pars urbanaaprès la fouille de 2007

Auteur(s) : Marian, Jérôme (SUP). Crédits : Marian, Jérôme, SUP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général
Crédits Auteur(s) : Marian, Jérôme (SUP). Crédits : Marian, Jérôme, SUP (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. n°2 : Vue générale de la pars urbanaaprès la fouille de 2007
Crédits Auteur(s) : Marian, Jérôme (SUP). Crédits : Marian, Jérôme, SUP (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jérôme Marian, « Loupiac – Saint-Romain, fouille de la pars urbana de la villa », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7622

Haut de page

Responsable d'opération

Jérôme Marian

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals