Navigation – Plan du site
2007

Gaillan-en-Médoc – Terrefort

Responsable(s) des opérations : Jean-Marie Lourenço
Notice rédigée par : Jean-Marie Lourenço

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025154

Date de l'opération : 2007 (ME)

Les connaissances anciennes

1Le lieu-dit « Terrefort » est mentionné « Terres Fortes Est », section A sur le cadastre. Son appellation viticole actuelle est château Grand Gallius.

2 Un labour effectué en deux fois sur la parcelle 991 en 1968, puis en 1974 sur la partie restante au nord, a fait remonter en surface de nombreux tessons de tuiles, céramiques et poids de tisserands. Une autorisation de fouille de la direction des antiquités historique d’Aquitaine fut obtenue en 1968. Dans son rapport de sondage effectué en 1969, la responsable Mme A. Benharoum précise que l’on se trouvait en présence d’un édifice du Haut-Empire. Aucune structure n’a jamais été mise au jour.

Les données actuelles

3Près de 40 ans plus tard, la parcelle 991 a été totalement arrachée au cours de l’hiver 2006 et replantée au printemps 2007. La surface qui a été travaillée était de 115 m sur 48 m.

4 D’innombrables tessons ont été remontés en surface par les socs de la charrue et parmi les plus importants : tegulae, imbrices,sigillées, céramiques grises, céramiques claires et fines, bords de cruches à bec tréflé, de pichets, d’assiettes, d’amphores, pieds de tripodes, pots peignés, décors à la mollette et guillochés, etc. De nombreux enduits peints tutoyaient les céramiques avec des dominantes de couleurs rouges et vertes ainsi que des éléments de verre et plusieurs morceaux de marbre aux tons variés. De plus, une grande variété de coquillages jonchait le sol avec notamment des moules, huîtres plates, coques, patelles, etc., ainsi que des dents et des os de ruminants.

5Une détection systématique croisée a été réalisée avant la plantation et après tassement du sol par les intempéries. L’inventaire du petit mobilier métallique trouvé se résume ainsi : une fibule filiforme, deux fibules à plateau, deux anneaux, une bague, deux éléments décoratifs indéterminés, trois contre poids de balance avec attache métallique, un demi arc de balance et divers plombs ronds et plats, troués et non troués. De nombreux éléments en plomb (des centaines), coupés ou coulés, de formes variées, ainsi qu’une grande quantité de clous en fer sont omniprésents dans le sol.

6Cent douze monnaies ont été trouvées. Elles sont pour la plupart en bronze (sesterce, as, demi-as, nummus) ou en argent à bas titre (40 %) comme les antoniniens. Leur chronologie qui s’attarde sur quatre siècles s’attache à nous rappeler la dimension de l’occupation humaine sur ce lieu particulier situé entre mer et rivière.

7Ces données semblent confirmer que sur Terrefort, malgré un labour profond à 0,50 m, aucune structure en place n’a été trouvée sur les 5 500 m2 travaillés, et ce malgré un petit mobilier abondant et de grandes quantités de tessons de céramiques et de tuiles. Il y a bien ça et là quelques rares pierres mais aucune liaison au mortier n’a été identifiée comme telle.

8Pourtant certaines découvertes comme les enduits peints et le marbre suggèrent la présence d’un bâti charpente. Les éléments de plomb qui, au cours du Haut-Empire, servaient à sertir les contenants alimentaires (entre autres) pourraient nous orienter vers un établissement à vocation commerciale ou agricole (ou les deux) que l’abondant petit monnayage en bronze, utilisé comme monnaie d’échange, pourrait corroborer. N’oublions pas que la dénomination « Terres Fortes » n’est pas anodine et caractérise un terrain au potentiel élevé. On peut aussi penser que l’on se trouve sur une zone dépotoir proche d’un habitat et que les hommes en ont effacé les traces pour optimiser les cultures. Les vignes alentour pourraient bien receler des surprises.

9Quoi qu’il en soit, bien que le doute subsiste sur l’existence et l’identité d’un bâtiment, la présence humaine à partir de l’époque augustéenne est bien attestée sur le site de Terrefort jusqu’au IVe s.

10Lourenço Jean-Marie

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marie Lourenço, « Gaillan-en-Médoc – Terrefort », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7692

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Marie Lourenço

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals