Navigation – Plan du site
2007

Podensac

Responsable(s) des opérations : Jean-Marc Depuydt
Notice rédigée par : Jean-Marc Depuydt

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025174

Date de l'opération : 2007 (PR)

1En continuité des recherches entreprises en 2006 sur la commune de Podensac, trois axes de recherches ont été approfondis en 2007.

La stèle de Sainte-Sportalie

2Cette stèle gravée retrouvée en 2006, semble avoir fait partie d’un ensemble commémoratif de la fondation d’un édifice primitif, comme atteste sa transcription : Anno domini millesimo trecentesimo nonagento. Secundo, crastino die kalendas, mensis octobris, prius opus fuit conditum, L’an du Seigneur mille trois cent quatre vingt dixième. Au deuxième, lendemain du jour des calendes, du mois d’octobre, le premier ouvrage fut fondé.

3 La paléographie est de type gothique, elle paraît être l'oeuvre d'un artisan travaillant d'après un modèle manuscrit plutôt que d’un artiste. On retrouve des abréviations courantes de manuscrits. Cette stèle remploie un élément d’architecture romane : soit un support de retombée d’une voûte, d’un arceau ou d’une charpente, adossé à la maçonnerie d’un mur ou engagé dans celui-ci, soit un support du dôme d’un ciboriumsurmontant un autel dégagé du fond de l’abside ou adossé à celui-ci, soit encore un support de la table d’un autel dégagé du fond de l’abside ou adossé à celui-ci.

4Le 2 octobre 1390 est tombé un dimanche, jour de la fête de précepte retenu par la pratique liturgique continue de l’Antiquité chrétienne jusqu’au concile de Trente, pour la consécration des autels et la dédicace des église, avec quelques autres fêtes majeures. Il convient en conséquence d’envisager la fondation d’un premier édifice un dimanche 2 octobre entre la fin du XIe s. et le début du XIIIe s. L’inscription n’est pas formellement indicative d’une dédicace, le saint patron n’est pas mentionné, mais la fixation de la date dans la pierre est conforme à une célébration liturgique annuelle commémorative de ce genre. Bref, une première fondation cultuelle dans le XIIe s., peut-être sous le vocable de Saint-Ladre ou Saint-Lazare, nom conservé par le chemin d’accès, serait suivie d’une reconstruction conséquente achevée et une consécration renouvelée en 1390 sous un patronage déjà substitué dans l’usage au premier, sinon le nouveau vocable serait mentionné dans le texte de la gravure.

5Reste à retrouver qui fut Sainte-Sportalie ou ce que ce terme représente au regard de l’oeuvre dont cet édifice fut la chapelle, sans exclure éventuellement une exception à la règle liturgique qui ne retenait comme « titulaire » des autels et des églises qu’une personne divine, un mystère du Seigneur ou de la Vierge ou un saint et obligeait à placer dans le loculus ou sépulcre de l’autel une ou plusieurs reliques.

La Chapelle Sainte-Sportalie

6Nos recherches sur la chapelle ont permis d’en connaître davantage sur son occupation historique. En effet, les documents collectés permettent d’attester son utilisation comme lieu de culte jusqu’en 1563. Puis un vide documentaire contraint à rester prudent quant à son utilisation jusqu’en 1865. Nous devons poursuivre en 2008 nos recherches pour combler les trois siècles de lacunes documentaires.

7 L’étude menée en parallèle sur les monnaies trouvées autour de la chapelle depuis 60 ans montre une occupation continue du site depuis le IIIe s. jusqu’au XXIe s. Cinquante-sept monnaies représentent toutes les périodes de l’histoire. Le mobilier issu des fouilles d’André Pezat en 1958 donne la certitude de l’existence d’un édifice antique, notamment trois Tetricuset un Nummusde Constantin.

Les vestiges de l’atelier tuilier

8Nous avons réalisé cette année un relevé en plan des vestiges de la dernière tuilière en élévation sur la commune de Podensac. Les archives industrielles de 1826 fournissent les noms de deux propriétaires sur les trois tuilières en activité cette année là. Les recherches menées sur la commune voisine de Virelade montrent bien l’existence d’un port à proximité des tuilières de Podensac qui leur servait à charger les gabares en briques et tuiles pour les chantiers bordelais.

9Depuydt Jean-Marc

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marc Depuydt, « Podensac », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7694

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Marc Depuydt

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals