Navigation – Plan du site
2007

Arudy – Grotte de Laà 2

Responsable(s) des opérations : Patrice Dumontier
Notice rédigée par : François Réchin, Patrice Courtaud et Patrice Dumontier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025116

Date de l'opération : 2006 (FP)

1La grotte de Laà 2 est située dans le petit massif calcaire de Garli, au sud-ouest du village d’Arudy. Une première opération de fouille programmée avait permis, en 2006, à partir de fenêtres ouvertes dans trois secteurs différents, d’évaluer plus précisément le fort potentiel archéologique de cette cavité.

2Notre intervention, en 2007 a concerné deux secteurs distincts: la petite entrée sud-est et la salle 3.

3 Entrée sud-est

4Nous nous étions fixés deux objectifs : étudier sur une surface significative les deux niveaux néolithiques apparus en 2006 et ouvrir le devant de l’entrée afin de rechercher les limites du porche.

5Dans le prolongement du sondage réalisé en 2006, nous avons pu étudier les occupations néolithiques sur 4,5 m². À ce stade de la fouille, nous pouvons proposer une fréquentation de la cavité dans la première moitié du IIIe millénaire avant notre ère, qui s’est matérialisée par un minimum de deux occupations avec pour chacune l’installation d’un foyer. Ces structures de combustion et la variété du mobilier céramique, notamment de la couche 4, évoquent plutôt des occupations de faible importance, du type campement. Pour ces deux niveaux (US 3004 et US 3006) les datations obtenues (première moitié du IIIe millénaire BC) confortent la chronologie que nous avions proposée à partir de l’étude du mobilier en 2006. La  céramique comporte des gobelets à lèvres amincies, avec des ouvertures convergentes (l’un d’entre eux présente un bouton sous le rebord) et un grand pot cylindrique à bord aminci et au fond arrondi. Ces morphologies, renvoient au niveau 5 de la grotte du Phare à Biarritz daté entre les XXVe s. BC et XXIVe s. BC et à la céramique de Loupiac dans le Lot.

6Ensuite, cette petite salle aurait accueilli le cadavre d’un adulte dont nous n’avons retrouvé que les vestiges incomplets. Ces deux fonctions (campement/sépulture) ont pu être contemporaines, ou bien séparées de quelques siècles, quatre au maximum selon les résultats des datations absolues qui se placent au début du Néolithique final. Le statut funéraire de la cavité reste à démontrer par le mobilier éventuellement associé au dépôt et par la découverte d’autres sujets.

7Les 5 m² ouverts devant l’entrée initiale (0,60 m de largeur) ont permis de dégager un porche de 3,50 m de largeur presque entièrement comblé par un cône d’éboulis externe. Ce remplissage recouvre les niveaux néolithiques sur près d’un mètre d’épaisseur. La première phase de dégagement réalisée permettra d’étendre l’étude des niveaux néolithiques à la totalité de cette petite salle en 2008.

8 La salle 3

9Nous avons étudié les aménagements apparus dans le sondage 2006 sur 15 m² en conservant un témoin de 7 m² contre la paroi Est. Concernant les formes qu’ont prises les différentes occupations de la grotte au cours du temps, l’avancement des connaissances est très net. Les travaux d’aménagement réalisés au deuxième âge du Fer sont remarquables, et particulièrement loquaces pour ce qui concerne le degré d’intensité d’occupation de la cavité. Des moyens assez notables ont été investis dans la construction de terrasses nivelées et des foyers ont été aménagés dans cette zone pentue (F1010 et F3023). Alors qu’une surface plane assez vaste était disponible en contrebas, cet état de fait est probablement l’indice assez sûr d’une occupation particulièrement dense de la cavité, par un groupe qui en utilisait complètement l’espace disponible.

10À partir de la conquête romaine, en revanche, la grotte ne semble plus avoir été fréquentée que de façon discontinue, probablement en deux étapes, à partir de la fin du IIIe s., puis à la charnière des IVe s. et Ve s.

11Si bien des questions restent en suspens, il est déjà possible d’établir un premier schéma général des différentes phases d’occupation de la grotte qu’il conviendra de compléter par la suite. L’intérêt sans doute majeur de cette campagne aura été de mettre en évidence une occupation, inédite dans la région, que l’on propose, à titre d’hypothèse, de dater du début du deuxième âge du Fer. Ainsi, les niveaux de cette époque découverts dans la grotte de Laà 2 pourraient-ils bien servir de référence régionale et de point de départ pour l’étude de cette période encore peu documentée dans les Pyrénées occidentales. La fréquentation de la grotte à la fin du deuxième âge du Fer revêt un caractère plus formel et plus précis qui permet de considérer différemment les découvertes ou ramassages effectués lors des fouilles anciennes de la région, et sur lesquels planait toujours une certaine suspicion. L’époque antique, uniquement représentée par sa période finale, est elle aussi formellement assurée par la présence de véritables niveaux archéologiques. Une première phase d’occupation vers la fin du IIIe s. est maintenant assurée, ainsi qu’une seconde, sans doute plutôt datable des environs de la charnière des IVe s. et Ve s. Par la suite, il convient de parler de fréquentation plutôt que d’occupation de la grotte car la période médiévale n’est présente qu’au travers de quelques tessons intrusifs, apparemment sans structure associée. La fermeture de la salle 3 est difficile à placer chronologiquement, mais elle pourrait bien être encore postérieure (époque moderne ou contemporaine ?).

12 (Fig. n°1 : Murets et terrasses de la salle 3, deuxième âge du Fer)

13DUMONTIER Patrice, COURTAUD Patrice, RÉCHIN François

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Murets et terrasses de la salle 3, deuxième âge du Fer

Fig. n°1 : Murets et terrasses de la salle 3, deuxième âge du Fer

(2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Murets et terrasses de la salle 3, deuxième âge du Fer
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Réchin, Patrice Courtaud et Patrice Dumontier, « Arudy – Grotte de Laà 2 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7701

Haut de page

Responsables d'opération

François Réchin

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Patrice Courtaud

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Patrice Dumontier

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals