Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201227 – EureAlizay, Igoville – Le Fort (tranc...

2012
27 – Eure

Alizay, Igoville – Le Fort (tranche 3 nord)

Opération préventive de diagnostic (2012)
Responsables d'opération : Cyril Marcigny et Sylvain Mazet
Notice rédigée avec Bruno Aubry et Vincent Carpentier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La poursuite des fouilles sur les communes d’Alizay et Igoville a permis d’étudier, sur cette portion de la Seine, les dynamiques de comblement de la vallée et le rythme des occupations humaines sur un peu moins de 5 ha. Ces résultats viennent compléter les travaux présentés dans le cadre du Bilan scientifique 2011 (2013, p. 19-21).

2Cette année, les fouilles ont principalement porté sur la lecture des dynamiques sédimentaires et des restitutions paléoenvironnementales afférentes dans un secteur parcouru par de nombreux talwegs et bordé au sud par la montille déjà reconnue lors des opérations archéologiques précédentes. Le schéma chronostratigraphique proposé permet une reconstitution fidèle des différents environnements du Paléolithique à nos jours, en proposant pour chaque phase, et grâce à une lecture multi proxy associant les travaux palynologiques, malacologiques, géomorphologiques et archéologiques entre autres, une modélisation de la topographie, des espaces végétaux et des flux hydriques de la vallée ; la restitution des hydrosystèmes étant une des composantes et un des angles de lecture des anthroposystèmes, étudiés ici sur la longue durée.

3Nous retrouvons sur cette portion de la vallée les mêmes occupations que celles observées l’année précédente. La montille est occupée dès le Mésolithique moyen, puis au Néolithique moyen II et au Néolithique final. Les zones de talwegs seront quant à elles fréquentées au cours du Néolithique moyen I, puis seront le siège d’activités spécifiques (nombreux foyers en bordure des zones humides) au cours du Néolithique moyen II. Le fond du talweg qui borde la montille au sud est aménagé au cours du Néolithique final avec l’installation d’un gué qui sera probablement au cours du IIIe millénaire le lieu d’une rixe entre groupes humains comme semble l’attester la forte densité de balles de fronde de forme ogivale découvertes de chaque côté du passage.

4Les fouilles de 2012 ont surtout été l’occasion de rouvrir un dossier clos depuis les années 1980 : celui du « fort » et du pont carolingien d’Igoville, construit dans les années 862-873 sur ordre de Charles le Chauve dans le but de contrer les raids vikings sur Chartres et Paris. Ce castrum avait déjà donné lieu à une série de sondages d’ampleur limitée au tout début des années 1970, sous la conduite de l’archéologue anglais Brian Dearden. À cette occasion, le rempart de la fortification avait été en partie identifié, de même qu’un poutrage calciné formant l’ossature de l’un des talus le ceinturant. Les dates radiocarbone obtenues sur ces poutres avaient confirmé l’attribution de la fortification au ixe s.

5Une partie de cette enceinte quadrangulaire, située dans l’emprise des fouilles, a pu être entièrement dégagée et étudiée. Il s’agit de l’angle nord-est du castrum carolingien. Trois puissants retranchements, sous la forme de fossés concentriques larges de 15 à 20 m pour une profondeur comprise entre 4 et 5 m, ont été mis au jour. Chacun des trois fossés est bordé d’un talus de terre, encore partiellement conservé. L’un d’entre eux, identifié par Brian Dearden, est renforcé d’un poutrage de chêne. Le comblement de ces fossés a livré un mobilier abondant, essentiellement métallique, dont les datations s’échelonnent du ixe au xve s. (monnaies, armement, boucles diverses, méreaux, etc.). La série atteste les phases successives d’occupation militaire de la forteresse, dans la seconde moitié du ixe s., aux xiie-xiiie puis aux xive-xve s.

6Plusieurs grands fours culinaires ainsi que quelques ensembles de trous de poteaux ont également été mis au jour à l’extérieur de l’enceinte et datés du ixe s.

7À proximité de ces fours, un petit groupe funéraire comprenant trois sépultures a été étudié et daté par radiocarbone de la même époque. Il s’agit d’inhumations individuelles, n’ayant subi aucun recoupement, et toutes orientées ouest/est, la tête se situant à l’ouest. L’étude en cours a d’ores et déjà révélé que les corps présentent divers stigmates d’usure squelettique liés à des travaux de force et à des conditions de vie pénibles. Dès lors, il pourrait s’agir d’une population de basse condition affectée aux travaux de mise en défense du site, hypothèse qui recoupe certaines informations produites dans les sources écrites : capitulaires de Charles le Chauve, dont l’édit de Pîtres de 864, ou Annales de saint Bertin. La confrontation des données archéologiques et de ces archives est en cours.

8Les fouilles devraient se poursuivre ultérieurement permettant de compléter les restitutions proposées jusqu’à présent.

Fig. 1 – Passage à gué daté du Néolithique final

Fig. 1 – Passage à gué daté du Néolithique final

Cliché : C. Marcigny (Inrap).

Fig. 2 – Les deux retranchements externes du « fort » avec le rempart encore partiellement conservé

Fig. 2 – Les deux retranchements externes du « fort » avec le rempart encore partiellement conservé

Cliché : C. Marcigny (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Passage à gué daté du Néolithique final
Crédits Cliché : C. Marcigny (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 2 – Les deux retranchements externes du « fort » avec le rempart encore partiellement conservé
Crédits Cliché : C. Marcigny (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Marcigny, Sylvain Mazet, Bruno Aubry et Vincent Carpentier, « Alizay, Igoville – Le Fort (tranche 3 nord) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77163

Haut de page

Auteurs

Cyril Marcigny

Inrap

Articles du même auteur

Sylvain Mazet

Inrap

Articles du même auteur

Bruno Aubry

Inrap

Articles du même auteur

Vincent Carpentier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Cyril Marcigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sylvain Mazet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search