Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201227 – EureBrionne – Collège Pierre-Brossolette

2012
27 – Eure

Brionne – Collège Pierre-Brossolette

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Pierre Wech

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Eure

Texte intégral

1La commune de Brionne est bien connue pour son passé antique. Nous savons en effet qu’elle renferme dans son sous-sol les vestiges d’une agglomération gallo-romaine connue sous le nom de Breviodurum, mais dont très peu d’éléments sont connus à l’heure actuelle. Le projet de construction, par le Conseil général de l’Eure, d’une nouvelle demi-pension dans l’enceinte du collège Pierre Brossolette, est à l’origine d’un diagnostic réalisé en décembre 2010 par Vincent Dartois (Made). L’opération avait mis en évidence une stratigraphie conséquente et des structures bâties, organisées de part et d’autre d’une voirie, suggérant ainsi l’existence à cet emplacement d’un quartier de l’agglomération antique. La fouille qui a suivi, réalisée entre les mois d’octobre 2011 et mars 2012, a permis de préciser ces observations (fig. 1).

Fig. 1 – Plan schématique des occupations gallo-romaines reconnues dans la parcelle

Fig. 1 – Plan schématique des occupations gallo-romaines reconnues dans la parcelle

DAO : P. Wech (Made).

Le substrat

2La parcelle explorée se situe en rive gauche de la Risle, plus ou moins en face du débouché d’un petit affluent : le Ru des Fontaines. Le substrat y est constitué en premier lieu par les alluvions grossières de la Risle (grave). Celles-ci sont ensuite recouvertes d’alluvions argileuses certainement déposées par le Ru des Fontaines, au sommet desquelles quelques pièces lithiques, malheureusement non discriminantes, ont été mises au jour. Ces argiles sont finalement scellées par un dépôt de tuf calcaire, d’épaisseur et de consistance variables, également dû au fonctionnement hydrodynamique du Ru des Fontaines.

Une carrière

3La parcelle apparaît dans un premier temps comme extérieure à l’agglomération. Il semble en effet que la première occupation mise en évidence, précédée d’un premier découpage parcellaire, corresponde principalement à une exploitation du tuf calcaire, sous la forme d’une carrière à ciel ouvert. Celle-ci se caractérise par le creusement de vastes fosses polylobées, peu profondes, et occupant essentiellement la moitié nord de l’emprise. Le mobilier récolté dans le comblement de cette carrière, en cours d’étude, semble attribuable au ier s. de notre ère, et pourrait suggérer une exploitation de longue durée, depuis l’époque augustéenne.

Une tannerie ?

4À proximité immédiate, mais sans connexion physique avec les structures de la carrière, les vestiges d’une probable tannerie ont été mis en évidence dans l’angle nord-est de la parcelle. Ils consistent en une série de fosses cylindriques, aux parois verticales et au fond plat, reliées entre elles par un système de rigoles (fig. 2). L’étude fonctionnelle en cours de cet ensemble permettra sans doute d’en cerner la nature exacte, en lien avec les grandes quantités de chevilles osseuses mises au jour à proximité.

5Les éléments recueillis dans les comblements, correspondant à une réutilisation en tant que fosses dépotoirs, autorisent leur datation dans la seconde moitié du ier s. de notre ère et nous incitent à restituer à cet artisanat une période de fonctionnement sans doute de peu antérieure. Une occupation synchrone de la carrière et de la probable tannerie n’est pas à exclure.

Fig. 2 – Possible fosse de tannerie dans la partie nord de l’emprise fouillée

Fig. 2 – Possible fosse de tannerie dans la partie nord de l’emprise fouillée

Cliché : P. Wech (Made).

L’extension de la ville

6Le iie s. semble correspondre à une phase de croissance du tissu urbain. La ville conquiert de nouveaux espaces et atteint vraisemblablement son extension maximale à cette époque. Notre parcelle, initialement périphérique, accueille alors un quartier artisanal. Celui-ci se compose de plusieurs unités bâties, réparties de part et d’autre d’une rue présentant un revêtement de gravier, mais dépourvue de trottoir (fig. 3).

7Les constructions consistaient en des murs de terre et bois reposant sur des solins ou des radiers de silex. Quatre unités ont pu être individualisées, comportant un nombre variable de pièces (de 1 à 3). Certaines offraient en outre une cour ouvrant sur la chaussée, et toutes possédaient un accès à l’eau sous la forme d’un puits. Plusieurs arguments permettent de reconnaître dans cet ensemble un quartier artisanal plutôt que résidentiel : l’absence de foyer, l’assemblage carpologique ne reflétant aucune activité culinaire classiquement observée en contexte domestique (étude Sabrina Save, Amélie Environnement), le nombre important d’outils et de scories découverts (étude C. Loiseau, Éveha)…

8La chronologie de cet ensemble semble couvrir une large part du iie s. au moins, et s’étendre jusque dans le courant du iiie s. Il semble donc probable que ce quartier, associé au nord à de larges dépotoirs, succède à la carrière et à la tannerie, tout en pérennisant la fonction artisanale des lieux. Vu l’état d’avancement des études, une création dans le courant du ier s. ne peut cependant pas être totalement repoussée. En tout état de cause, la fouille a révélé, au nord de l’emprise, un groupe de fossés parcellaires, orientés est-ouest, au-delà desquels aucune structure ni trace d’occupation n’a été relevée. Il semble donc certain que nous nous situions ici à la limite de la ville et son tissu urbain.

Fig. 3 – Vue d’ensemble des bâtiments implantés au sud de la voirie

Fig. 3 – Vue d’ensemble des bâtiments implantés au sud de la voirie

Cliché : P. Wech (Made).

Les puits et leur mobilier

9Les puits mis au jour dans les unités bâties se présentaient tous sous la forme de conduits cylindriques, d’un diamètre intérieur d’environ 1 m, pourvus d’un parement de silex liés à l’argile (fig. 4). Ce chemisage, d’une hauteur moyenne de 2,75 m, reposait sur un assemblage quadrangulaire de madriers en chêne, agencés à mi-bois (fig. 5). La faible profondeur de la nappe phréatique, due à la situation de la parcelle en fond de vallée, offrait un accès facile à l’eau et nous a permis de vider entièrement quatre des cinq puits identifiés. La présence de l’aquifère a également permis la conservation de mobiliers en matériaux organiques (fig. 6) parmi lesquels un lot d’une vingtaine d’éléments en cuir (découpes, semelles cloutées ou non, lanières de sandales… ; étude V. Montembault) et de très nombreux objets en bois dont plusieurs fragments de pyxides, une fusaïole, un gobelet décoré, des pièces d’huisserie et de charpente, des planches… (étude D. Pousset et C. Locatelli, Laboratoire d’expertise du bois et de datation par dendrochronologie).

Fig. 4 – Vue en coupe du chemisage de l’un des puits

Fig. 4 – Vue en coupe du chemisage de l’un des puits

Cliché : P. Wech (Made).

Fig. 5 – Vue en plan du soubassement en madriers de l’un des puits

Fig. 5 – Vue en plan du soubassement en madriers de l’un des puits

Cliché : P. Wech (Made).

Fig. 6 – Quelques éléments mobiliers mis au jour sur le site

Fig. 6 – Quelques éléments mobiliers mis au jour sur le site

Dessin et clichés : P. Wech (Made), S. Zeller.

Un mobilier abondant et de qualité

10Le mobilier mis au jour est extrêmement abondant et comprend, outre les éléments déjà évoqués ci-dessus, plusieurs dizaines de milliers de tessons (étude D. Théolas, Made), de nombreuses monnaies (étude P. Wech, Made), des éléments de parure en métal et des petits objets en os (étude S. Zeller, Made), des vestiges archéozoologiques… S’il n’est bien entendu pas possible d’en exposer ici le détail, notons simplement que ce mobilier, outre son abondance, se caractérise par une très grande diversité et une qualité factuelle qui, malgré le contexte vraisemblablement artisanal, pourrait refléter la richesse des occupants des lieux.

Abandon du site

11Les puits sont comblés dans le courant du iiie s., en même temps que les bâtiments semblent abandonnés. Seule la voirie paraît subsister un temps au cours du Moyen Âge, sans doute sous la forme d’un chemin rural, encadré de parcelles remises en culture. Cette fonction agricole, et le dépôt de nouvelles alluvions au cours du Moyen Âge et de la période moderne ont largement contribué à fossiliser les vestiges de l’occupation antique des lieux. Notons avec intérêt que la persistance de la voirie est sans doute à l’origine de l’orientation discordante de la maison située dans la parcelle voisine, à l’ouest, dont la façade s’aligne très exactement avec le bord de la voirie antique.

12La fouille menée préalablement à la construction de la nouvelle demi-pension a ainsi permis de mettre en lumière une occupation antique couvrant les trois premiers siècles de notre ère. Témoins de l’évolution d’une petite agglomération, les occupations successives révèlent une fonction essentiellement artisanale qui a abouti, entre la fin du ier et le courant du iie s. à la création d’un véritable quartier bâti. Celui-ci marque très nettement la limite nord de l’agglomération, dont l’emprise précise restait jusqu’à aujourd’hui très largement incertaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan schématique des occupations gallo-romaines reconnues dans la parcelle
Crédits DAO : P. Wech (Made).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 – Possible fosse de tannerie dans la partie nord de l’emprise fouillée
Crédits Cliché : P. Wech (Made).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble des bâtiments implantés au sud de la voirie
Crédits Cliché : P. Wech (Made).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 – Vue en coupe du chemisage de l’un des puits
Crédits Cliché : P. Wech (Made).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 – Vue en plan du soubassement en madriers de l’un des puits
Crédits Cliché : P. Wech (Made).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 6 – Quelques éléments mobiliers mis au jour sur le site
Crédits Dessin et clichés : P. Wech (Made), S. Zeller.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Wech, « Brionne – Collège Pierre-Brossolette » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77198

Haut de page

Auteur

Pierre Wech

Made

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Wech

Made

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search