Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201227 – EureÉvreux – Place du Général-de-Gaulle

2012
27 – Eure

Évreux – Place du Général-de-Gaulle

Surveillance de travaux (2012)
Responsable d’opération : Philippe Fajon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1En raison de son état de dégradation très avancé, la fontaine monumentale faisant face à l’Hôtel-de-Ville à Évreux devait faire l’objet d’une remise en état complète. Ce chantier a été mis en œuvre par la ville en 2011 et les travaux ont pu avoir lieu en 2012 et 2013. La fontaine repose sur des installations techniques enterrées.

2Cet élément emblématique de la ville du xixe s. est dû à l’architecte Charles Genuys et au sculpteur Émile Décorchemont. Son édification s’est déroulée dans le cadre des travaux de construction du réseau d’eau potable de la ville, financés par Mme Adélaïde Janin, riche héritière de l’ancien maire, le président Huet, et veuve de l’écrivain Jules Janin, membre de l’Académie Française. Alors que la réception des travaux du réseau d’eau s’achève en 1881, la fontaine ne sera inaugurée que le 14 juillet 1882 par Charles Corbeau, nouvellement élu maire d’Évreux. La sculpture est une allégorie de l’Eure : une jeune femme incarne la rivière, tenant une rame dans la main gauche et s’appuyant sur l’écu de la ville d’Évreux. Elle est accompagnée de deux jeunes enfants représentants deux des affluents de l’Eure, l’Iton et le Rouloir. L’eau jaillit par quatre têtes de lion dans des vasques, et de quatre dauphins dans le bassin. Sous chacun de ces derniers sont sculptés le nom et les armes des principales villes du département : Louviers, Bernay, Les Andelys et Pont-Audemer (extrait de l’exposition « La Fontaine de l’Hôtel-de-Ville », ville d’Évreux).

3Cet élément fort du patrimoine monumental ébroïcien a ainsi été construit face à l’Hôtel de ville, à 17 m de celui-ci exactement. Son emplacement a été défini pour être au croisement de l’axe de l’Hôtel-de-Ville avec le projet d’une rue devant relier une nouvelle salle de conférence (entre le théâtre et le musée) à la place du Grand-Carrefour. Outre l’intérêt architectural indéniable de l’édifice, c’est par cet emplacement, au cœur du castrum de la ville antique de Mediolanum Aulercorum, que les travaux de réfection et d’agrandissement des installations techniques ont justifié l’intervention archéologique. Elle a pu être conduite grâce à la bienveillance de M. Olivier Bouhris, chef du service environnement et des projets d’architecture urbaine.

4Le secteur impacté par les travaux d’agrandissement se trouve à l’ouest de la fontaine, sur un point haut de la place. Les terrassements proprement dits n’ont rencontré que des niveaux de remblais mais la stratigraphie observée a été détaillée en deux points des travaux (coupes sud et nord-ouest). Elle fournit de nouveaux éléments de comparaison avec les séquences sédimentaires déjà observées en d’autres lieux proches à l’intérieur du castrum antique.

5La stratigraphie se présente comme suit : sous l’enrobé de surface se trouve un lit de blocs irréguliers (couche 1) reposant sur une succession de cailloutis et tout-venant (couches 2 à 4) sur une cinquantaine de centimètres. Puis, un remblai monocouche et à granulométrie hétérogène de 60/70 cm de puissance (couche 5) indique une séquence de modification importante de la topographie des lieux. À sa base, un horizon de même texture mais plus orangé et d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (couche 6), marque une rupture.

6La stratification est ensuite beaucoup plus fine. Les couches se limitent parfois à une épaisseur de seulement quelques centimètres (couches 7 à 9). On remarque entre 1,55 et 1,60 m de profondeur, un niveau chargé de petits graviers à glauconie (couche 10).

7En dessous, des niveaux de type « terres noires » apparaissent. Leur charge en mobilier archéologique et fragments divers est irrégulière. Une stratification interne a pu être observée sur la coupe nord-ouest. Les divers niveaux n’ont pas été différenciés sur la coupe sud. Sur la coupe nord-ouest, on peut observer qu’un niveau noir caillouteux repose sur un second niveau noir plus fin contenant de nombreux restes osseux de faunes. Puis un horizon brun chocolat a livré quelques fragments céramiques gallo-romains (céramiques communes grises et sigillées). Enfin, un niveau noir riche en vestiges de faune, tuiles et céramiques très fragmentées, termine la séquence. Les niveaux archéologiques se poursuivent plus profondément mais au-delà des cotes du chantier (62 m NGF).

8De façon synthétique, 4 séquences stratigraphiques sont présentes. Elles correspondent successivement à l’occupation stratifiée gallo-romaine avec pseudo « terres noires » (ensemble A, en dessous de 63 m NGF environ) dont la base n’a pas été atteinte, puis de fins niveaux d’occupation médiévaux ou modernes (ensemble B, de 63,10 à 63,50 m NGF environ), vient ensuite un remblai général du secteur au moment de l’aménagement du terre-plein au début du xixe s. (ensemble C, de 63,50 à 64,30 m NGF environ), enfin les différents niveaux de sols et circulation des xixe et xxe s. (ensemble D au-dessus de 64,30 m NGF) recouvrent le tout.

9En comparant ces résultats aux autres coupes disponibles à l’intérieur et à proximité du castrum (square Georges-Brassens, rue de la Petite Cité, musée, rue Saint-Louis, parvis de la cathédrale, rue de l’Horloge), on peut constater de nombreuses similitudes. Il apparaît qu’une légère pente des niveaux antiques est visible, logiquement orientée vers le cours de l’Iton situé à une trentaine de mètres au Nord.

10On constatera enfin qu’aucun élément particulier, susceptible de témoigner du château d’Évreux dont l’Hôtel-de-Ville et la place du Général de Gaulle constituent l’emplacement, n’a été observé.

Fig. 1 – Localisation et coupes stratigraphiques de la fontaine monumentale

Fig. 1 – Localisation et coupes stratigraphiques de la fontaine monumentale

DAO : P. Fajon (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation et coupes stratigraphiques de la fontaine monumentale
Crédits DAO : P. Fajon (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Fajon, « Évreux – Place du Général-de-Gaulle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77213

Haut de page

Auteur

Philippe Fajon

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Fajon

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search