Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201227 – EureGaillon – Château

2012
27 – Eure

Gaillon – Château

Étude du bâti (2012)
Responsable d’opération : Dominique Pitte
Notice rédigée avec France Poulain

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le château de Gaillon est connu pour avoir été un fleuron de l’architecture de la première Renaissance en France. C’est essentiellement à ce titre qu’il a intéressé les chercheurs. Ces derniers ont oublié que Gaillon était au xiie s. une puissante forteresse mais ont aussi occulté son histoire contemporaine. Celle-ci est pourtant édifiante.

2Déclaré bien national par la loi du 5 novembre 1790, le château, auquel on peine à trouver une affectation, est bientôt vendu à des particuliers. Les premières démolitions suivront rapidement l’acquisition. L’administration française s’intéresse de nouveau au monument dans les premières années du xixe s. : elle cherche en effet un lieu pour établir une maison centrale de détention pour les départements de l’Eure, de la Seine-Inférieure, de l’Orne, du Calvados, de l’Eure-et-Loir et de la Somme. Le choix se porte sur Gaillon, qui est acquis en 1812. La résidence des archevêques de Rouen devient alors prison et ce, au prix de transformations considérables. L’établissement accueille dans un premier temps des prisonniers de droits communs auxquels s’ajoutent, à partir de 1876, des détenus aliénés cantonnés dans un quartier particulier. En 1901, la maison de détention ferme ses portes, et l’année suivante l’armée prend possession des lieux. Le château accueille, à partir de 1916, une école de sous-officiers belges, le CISLA 1. L’armée abandonne le site en 1925, mais la période militaire et carcérale de Gaillon ne s’arrête pas là, même si le château est vendu à cette époque à un particulier. La Seconde Guerre mondiale ajoute une ultime mais non moins terrible page à ce passé : le monument, redevenu propriété de l’État, est dans un premier temps transformé en centre d’internement administratif. Un certain nombre de personnes ont séjourné à Gaillon avant d’être internées à Drancy ; le centre accueille également des « marchés noirs ». À la Libération, des individus accusés de collaboration avec l’occupant y sont enfermés.

3Le château redevient propriété privée jusqu’en 1975, lorsque l’État s’en rend de nouveau acquéreur. Depuis lors, ce dernier n’a de cesse de gommer les traces du passé récent du monument et de lui restituer une part de sa splendeur d’antan. Longtemps en chantier, le site n’a été accessible qu’exceptionnellement au public.

4À partir de 2011, un processus de réouverture progressive et partielle a conduit le Service territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure (maître d’œuvre de l’opération) et le Service régional de l’archéologie à établir un partenariat axé sur deux objectifs : d’une part la préservation du potentiel archéologique du monument, qui doit être épargné par les travaux de mise en accessibilité ; d’autre part une étude de certains aspects méconnus du château.

5L’attention a tout d’abord porté sur des témoignages non « officiels » du passé récent du monument : il s’agit d’innombrables graffitis réalisés sur ses murs au cours des deux derniers siècles. Ces inscriptions sont l’œuvre de détenus ou de leurs gardiens, ou bien encore de militaires en station à Gaillon : elles apportent sur la vie quotidienne au château à cette époque un témoignage qui complète celui fourni par les archives. Une première campagne de relevés a été effectuée au cours de l’année 2012. Elle a essentiellement porté sur des inscriptions réalisées au cours de la Seconde Guerre mondiale, dans les étages de la Grant Maison et dans les cellules présentes au rez-de-chaussée du bâtiment situé dans le prolongement sud de l’aile ouest du château.

6Il y avait urgence à entamer une telle démarche, compte tenu de la fragilité de ces témoignages réalisés pour bon nombre d’entre eux au crayon ou à la mine de plomb sur des supports dégradés par les ans (les enduits des murs des cellules), ou appelés à disparaître à plus ou moins long terme, comme les cloisons divisant les étages de la Grant Maison.

7L’opération sera poursuivie en 2013, de façon méthodique, avec pour objectif l’achèvement du relevé (quasi) exhaustif de ces inscriptions en 2014.

8D’autres parties du château ont attiré notre attention, comme ce curieux « souterrain » qui a son origine dans un angle de la cour d’honneur et se déroule sur plusieurs dizaines de mètres de longueur en direction du nord-ouest. L’ouvrage est connu depuis la fin des années 1970, puisqu’il figure sur un plan réalisé à cette époque par G. Duval, architecte en charge du monument. Rare témoin physique du château médiéval, l’ouvrage étonne tout d’abord par sa structure : il semble en effet composé d’une succession d’éléments disparates.

9On y accède aujourd’hui, de manière totalement artificielle, par une ouverture pratiquée dans la voûte d’un couloir qui se termine au sud par deux niches perpendiculaires (cf. plan, point 1). L’espace évoque, par sa composition et son architecture, les celliers à cellules latérales si communs dans la région à partir du xive s. Il se raccorde au nord avec une galerie de facture très soignée, longue de près de 10 m (2). Tout d’abord voûtée en berceau, la galerie est ensuite couverte de dalles de pierre ; au trois-quarts de son parcours, apparaît l’arcature d’une porte dont le montant ouest présente à la base un élégant confort qui trahit également la fin du Moyen Âge (3). L’extrémité nord de ce passage a été percée dans l’épaisseur d’une muraille qui pourrait correspondre à l’escarpe du château médiéval (4). Son parement apparaît immédiatement à droite, au débouché de la galerie ; le mur rejoint au nord le châtelet dont la base a été mise au jour lors de travaux effectués en 1975 (5). La galerie se raccorde, de façon confuse, avec un grand vaisseau divisé en travées par trois puissants doubleaux (6). L’ouvrage se situe sur l’emprise du fossé figuré sur les vues du château par Androuet du Cerceau. Sa position, à l’angle des fossés nord et ouest, fait penser à une casemate. Aucune bouche à feu n’est cependant visible dans ses murs latéraux, dont la partie inférieure est, il est vrai, masquée par des remblais. Plus au nord encore, on pénètre dans un cellier comprenant six cellules réparties de part et d’autre d’un couloir central, aménagé dans le calcaire de la contrescarpe du fossé. Les parois de ce cellier ont été maçonnées (7).

10Des creusements postérieurs sont venus perturber la lecture de ce souterrain, à l’instar de cette galerie creusée dans le substrat et se déroulant sur plus de 20 m en direction du sud-ouest (8). Deux puits d’aération, au moins, ventilaient cet ensemble, dont la logique et la fonction nous échappent encore aujourd’hui. L’origine médiévale de la plupart de ses composants est probable et il faudra attendre que les remblais qui le comblent soient évacués, pour en entreprendre une lecture architecturale précise.

Fig. 1 – Le paquebot « Asie », dessiné au crayon sur un mur du château

Fig. 1 – Le paquebot « Asie », dessiné au crayon sur un mur du château

Le navire a réellement existé et sa représentation est fidèle, malgré l’apparente naïveté du trait. Mis à flot en 1914, le paquebot est réquisitionné deux ans plus tard et transformé en navire hôpital. Il reprend sa fonction civile en 1919. Saisi par les Allemands en 1943, il est coulé l’année suivante par un bombardement allié dans le port de Gênes.

Cliché : D. Pitte (SRA).

Fig. 2 – La plainte d’un « marché noir »

Fig. 2 – La plainte d’un « marché noir »

Cliché : D. Pitte (SRA).

Fig. 3 – Le mitard, évoqué dans une cellule située au rez-de-chaussée de l’aile ouest du château

Fig. 3 – Le mitard, évoqué dans une cellule située au rez-de-chaussée de l’aile ouest du château

Cliché : F. Poulain (STAP 27).

Fig. 4 – Plan du « souterrain » du château de Gaillon

Fig. 4 – Plan du « souterrain » du château de Gaillon

Document STAP 27.

Fig. 5 – Une galerie dont la voûte est confortée par de puissants doubleaux

Fig. 5 – Une galerie dont la voûte est confortée par de puissants doubleaux

Au fond de l’ancien fossé du château.

Cliché : D. Pitte (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le paquebot « Asie », dessiné au crayon sur un mur du château
Légende Le navire a réellement existé et sa représentation est fidèle, malgré l’apparente naïveté du trait. Mis à flot en 1914, le paquebot est réquisitionné deux ans plus tard et transformé en navire hôpital. Il reprend sa fonction civile en 1919. Saisi par les Allemands en 1943, il est coulé l’année suivante par un bombardement allié dans le port de Gênes.
Crédits Cliché : D. Pitte (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 2 – La plainte d’un « marché noir »
Crédits Cliché : D. Pitte (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3 – Le mitard, évoqué dans une cellule située au rez-de-chaussée de l’aile ouest du château
Crédits Cliché : F. Poulain (STAP 27).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 4 – Plan du « souterrain » du château de Gaillon
Crédits Document STAP 27.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 5 – Une galerie dont la voûte est confortée par de puissants doubleaux
Légende Au fond de l’ancien fossé du château.
Crédits Cliché : D. Pitte (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Pitte, France Poulain, « Gaillon – Château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77223

Haut de page

Auteurs

Dominique Pitte

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

France Poulain

STAP de l’Eure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Pitte

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search