Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201276 – Seine-MaritimeEu – Le Bois l’Abbé

2012
76 – Seine-Maritime

Eu – Le Bois l’Abbé

Fouille programmée (2012)
Responsable d’opération : Étienne Mantel
Notice rédigée avec Stéphane Dubois

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La fouille programmée a porté en 2012 sur un quartier d’habitat pressenti au nord-est du complexe monumental de l’agglomération antique de Briga. Une vaste aire d’environ 3 100 m2 a été décapée autour d’un sondage ouvert en 2010, où avait été mise en évidence une voirie nord-sud bordée de substructions que l’on présumait correspondre à des maisons interprétées comme de l’habitat privé.

2L’objectif de cette opération était de dégager, sur une assez large emprise, un secteur d’habitation, afin d’asseoir de manière incontestable l’existence d’une agglomération autour des monuments publics. Celle-ci est en effet largement pressentie sur une superficie d’une cinquantaine d’hectares grâce aux prospections en forêt menées en 2007-2008. L’échec des prospections géophysiques en 2010 a toutefois semé le trouble sur la validité des données de surface et a rendu incontournable une approche, par le biais de sondages archéologiques étendus, sur les zones présumées d’habitat.

3Dans le secteur étudié en 2012, les résultats ont été à la hauteur des objectifs attendus. Outre la voie nord-sud (un cardo ?) déjà observée en sondage, deux autres rues transversales plus ou moins axées est-ouest (decumani A et B) ont été dégagées sur une soixantaine de mètres. Le cardo et le decumanus B sont bordés d’un ou deux fossés de drainage servant de caniveau ; l’existence d’un aménagement équivalent le long du decumanus A reste à vérifier. Les voies ne se croisent pas à angle droit, suggérant un quadrillage de rues irrégulier, qui s’adapte notamment à la topographie du terrain. Le decumanus A en particulier est implanté en limite de plateau et longe la rupture de la pente qui descend au nord vers la vallée de la Bresle.

4Ces rues délimitent des îlots d’habitation, dont quatre sont apparus dans l’emprise fouillée. La stratigraphie s’avère extrêmement indigente, en général limitée à une unique unité stratigraphique de 5 à 10 cm entre la terre végétale et le substrat géologique d’argile à silex. Seul l’angle nord-est de l’emprise de fouille présente une stratigraphie plus conséquente, avec une quarantaine de centimètres d’épaisseur (épais remblai de nivellement pour rattraper le départ de la pente, remblai et radier de préparation de sol, empierrement et ornières d’un chemin post-antique).

5L’ensemble des bâtiments dégagés présente une remarquable homogénéité de construction, qui se distingue par son caractère sommaire. Il s’agit de soubassements de murs constitués d’un ou quelques rangs de rognons de silex assemblés à sec, servant de supports à des sablières basses, avec régulièrement de gros rognons de silex disposés dans les angles pour soutenir des poteaux verticaux. L’usage de la tuile en couverture est avéré dans nombre de cas, mais ne semble pas avoir été systématique.

6L’îlot sud-ouest n’a été abordé que de façon marginale, avec l’angle d’un bâtiment doté d’une galerie de façade (bâtiment 7). Il se développe vers le sud en direction du complexe monumental dont il est probablement isolé par un decumanus supplémentaire. Un second îlot, au nord-ouest, n’a lui aussi été mis au jour que très partiellement, avec des segments de trois bâtiments successifs (bâtiments 12, 13 et 14). L’un d’entre eux présente un aspect un peu particulier et pour l’instant inexpliqué, avec une galerie de façade dotée à son extrémité d’une absidiole. Cette galerie s’ouvre sur le decumanus A par un seuil aménagé, avec probablement les fondations d’une ou deux marches. Le bâtiment voisin, partiellement arasé et disloqué, se présentait vraisemblablement sous la forme d’une construction rectangulaire compartimentée parallèle à la rue.

7Les deux autres îlots ont été ouverts de façon beaucoup plus conséquente. Des différences sensibles apparaissent clairement entre les habitats de l’îlot situé au centre-ouest, de dimensions assez modestes, et ceux de l’îlot oriental, où les constructions sont nettement plus spacieuses et complexes, et également mieux ordonnés avec un alignement des façades sur le decumanus A.

8À l’ouest, huit constructions se succèdent sur quatre emplacements voisins, sans délimitations de parcelles apparentes. La maison la plus à l’ouest a ainsi été reconstruite à quatre reprises (bâtiments 5, 8, 9 et 10), selon des orientations variables, avec trois états constitués d’un bâtiment rectangulaire à deux pièces accolées, et dans un dernier temps une construction plus élaborée alignée sur les voiries, avec à l’arrière une longère à trois pièces accolées, dotée d’un pavillon d’angle à l’ouest qui se prolonge sur la rue par une petite pièce servant de latrines.

9Au centre-nord de l’îlot, alignée sur le decumanus A, une autre maison (bâtiment 4) présente un plan rectangulaire à quatre pièces (dont deux étroites qui évoquent plus des galeries couvertes). L’angle nord-ouest du bâtiment, à la naissance de la pente, semble avoir été victime d’un glissement de terrain qui a nécessité une reprise de la construction.

10La partie orientale de l’îlot comprend, dans son angle sud, une maison rectangulaire à trois pièces alignée sur le decumanus B, l’une des pièces étant construite sur un cellier (bâtiment 6). Le long du cardo A, un départ de mur adossé au pignon constitue l’ultime vestige d’un aménagement non déterminable : galerie sur l’arrière, pavillon d’angle ou simple mur isolant une cour de la rue. Immédiatement au nord le long du cardo se sont succédées deux maisons (bâtiments 11 puis 2), la première (très arasée) implantée perpendiculairement à la rue, la seconde parallèlement. Il s’agit de longères à trois pièces accolées, le bâtiment 11 étant doté d’un porche ouvrant au sud, et le bâtiment 2 d’une galerie de façade sur le cardo.

11Le second îlot à avoir été fouillé sur une large emprise, à l’est de la surface décapée, compte six maisons se côtoyant ou se superposant sur quatre emplacements dépourvus là encore de limites parcellaires. La partie sud-est de l’îlot, vide de vestiges, a été totalement érodée probablement par les labours de la ferme du Vert-Ponthieu : le niveau géologique y apparaît directement sous une dizaine de centimètres de terre végétale. Les éventuelles constructions dans ce secteur ont donc été totalement oblitérées.

12À l’angle sud-ouest de cet îlot, une construction très arasée (bâtiment 3) présentait, pour ce que l’on peut désormais en percevoir, un plan rectangulaire comprenant plusieurs pièces, avec une galerie de façade donnant sur le cardo A, et un pavillon en saillie sur le pignon nord. L’angle nord-ouest de l’îlot voit se succéder deux grandes maisons (bâtiments 1 puis 21), avec un plan de type longère à plusieurs pièces accolées avec des galeries sur les deux façades. Celles-ci ouvraient au nord sur le decumanus A et au sud, avec un porche aménagé (peut-être un petit escalier ?), sur une grande cour au sol de cailloutis et de fragments de tuiles.

13Vers l’est, une bâtisse perpendiculaire au decumanus A et en retrait de la rue a été dégagée, avec deux états successifs (bâtiments 17-18). Elle se compose d’un corps de logis rectangulaire avec deux pièces de tailles inégales, auquel est adjointe sur le pignon nord une petite pièce en saillie et sans doute en contrebas d’une quarantaine de centimètres. Le premier état (bâtiment 17) présente dans deux de ses trois espaces de vie un radier de sol soigneusement aménagé en petits rognons de silex. Un mur perpendiculaire à ce corps de bâtiment témoigne d’extensions de nature indéterminée vers l’est, hors emprise, qui suggère qu’il ne pourrait s’agir ici que de l’un des éléments d’une domus plus complexe.

14Une dernière maison, toujours alignée sur le decumanus A, a été en partie fouillée en limite orientale de l’emprise, là encore avec deux états successifs (bâtiments 16-19). Parallèle à la rue, elle se présente manifestement comme une longère à galerie de façade donnant sur la cour arrière dans le premier état, sur la rue dans le second état. Le dégagement très partiel de ce bâtiment ne permet pas d’en comprendre l’organisation.

15Cette campagne de fouille a donc fourni la preuve de l’existence d’îlots agglomérés autour du complexe monumental et rend désormais définitivement caduque toute interprétation du « Bois l’Abbé » comme un simple « grand sanctuaire » ou conciliabulum, hypothèse encore avancée dans des publications récentes. La mise au jour du plan complet ou partiel d’une vingtaine de maisons évoque pour la majorité d’entre eux les modèles de l’habitat rural de la région (bâtiments rectangulaires segmentés à galeries de façades et parfois pavillons d’angle). Ces maisons sont insérées ici dans un cadre structuré de type urbain a minima (réseau de voiries, trottoirs aménagés au droit des maisons, système de gestion des eaux), mais on notera l’absence de limites de propriété lisibles entre les différentes constructions. Les espaces entre les maisons sont au contraire occupés par des passages plus ou moins larges, aux sols aménagés en cailloutis ou en radier de rognons de silex, qui ont pu servir de zones de circulation et/ou de coupe-feu.

16La gestion de l’eau pour alimenter ces maisons reste à déterminer, en l’absence de puits ou de citernes dans les cours. Il faut sans doute envisager un approvisionnement manuel extérieur à ce quartier, auprès de fontaines ou de points d’eau encore inconnus. Néanmoins un ou deux points où l’eau sourd encore aujourd’hui ont été repérés aux abords immédiats du quartier, et ont de ce fait pu être aménagés dans l’Antiquité.

17Le secteur d’habitat fouillé en 2012 se développe, d’après le mobilier recueilli, à partir des années 60-70 de notre ère et semble définitivement abandonné vers la fin du iiie s. Quelques rares témoins plus récents témoignent d’une fréquentation ponctuelle de nature non déterminée au Bas-Empire (quatre monnaies, une poignée de tessons) et durant le haut Moyen Âge (quelques éléments céramiques). Un chemin empierré réutilisant des matériaux antiques a ensuite été aménagé en travers de la zone fouillée, et semble se diriger de la ferme du xixe s. vers les terres en contrebas : il s’agirait donc d’un chemin d’exploitation.

Fig. 1 – Bâtiments superposés 5-8-8bis-9-10

Fig. 1 – Bâtiments superposés 5-8-8bis-9-10

Cliché : S. Charrier.

Fig. 2 – Plan général à l’issue de la campagne 2012

Fig. 2 – Plan général à l’issue de la campagne 2012

DAO : É. Mantel (SRA).

Fig. 3 – Plan des structures découvertes autour du sondage S.7

Fig. 3 – Plan des structures découvertes autour du sondage S.7

DAO : É. Mantel (SRA), S. Dubois (Inrap).

Fig. 4 – Plans comparés des différentes constructions liées à l’habitat du Haut-Empire

Fig. 4 – Plans comparés des différentes constructions liées à l’habitat du Haut-Empire

DAO : É. Mantel (SRA), S. Dubois (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bâtiments superposés 5-8-8bis-9-10
Crédits Cliché : S. Charrier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 2 – Plan général à l’issue de la campagne 2012
Crédits DAO : É. Mantel (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3 – Plan des structures découvertes autour du sondage S.7
Crédits DAO : É. Mantel (SRA), S. Dubois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 4 – Plans comparés des différentes constructions liées à l’habitat du Haut-Empire
Crédits DAO : É. Mantel (SRA), S. Dubois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Mantel, Stéphane Dubois, « Eu – Le Bois l’Abbé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77513

Haut de page

Auteurs

Étienne Mantel

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie), UMR 7041 Arscan (équipe GAMA)

Articles du même auteur

Stéphane Dubois

Inrap, UMR 7041 Arscan (équipe GAMA)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Mantel

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie), UMR 7041 Arscan (équipe GAMA)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search