Navigation – Plan du site
2007

La Teste-de-Buch – Lette du Grand Baron, École Gambetta

Responsable(s) des opérations : Philippe Jacques
Notice rédigée par : Philippe Jacques

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025119

Date de l'opération : 2007 (FP)

1Il s’agit là de la troisième campagne de fouille programmée menée sur la commune de La Teste. Elle avait un double but : prouver l’existence d’un habitat médiéval en périphérie de la nécropole sondée en 2005 et 2006 et re-qualifier le site de « la  lette du Grand Baron » (2 km au sud de l’agglomération actuelle) qui a été, de tout temps et à tort, interprété comme l’emplacement du premier village de La Teste, enseveli par les dunes mobiles à la fin du Moyen Âge.

Le site de la lette du Grand Baron

2Partiellement fouillé à la fin du XIXe s., il a révélé les restes d’une petite chapelle et une vingtaine de tombes de sujets adultes. Les sondages réalisés en 2007 ont permis de retrouver sur une vingtaine de mètres de long des structures fossoyées (fosses et trou de poteau) qui semblent caractériser une petite zone d’occupation (habitat ?). Quelques os humains ont été retrouvés hors contexte dans les niveaux remaniés.

3La céramique donne une chronologie d’occupation qui va du XIVe s. au début du XVe s., ce terminus post quemmarquant très certainement l’abandon et l’ensevelissement de ce site par l’avancée des sables dunaires. Le reste du mobilier est constitué par une vingtaine de monnaies en billon du duché d’Aquitaine, du royaume de France et une très intéressante série en provenance de l'archevêché d'Arles. Deux boucles en bronze des XIIIe s.-XIVe s. ont également été retrouvées, une d’entre elles comporte une plaque qui présente un blason s’apparentant à celui de l’ordre des cisterciens. Cet ordre monastique est présent à La Teste au moins à partir de l’an 1300 et le site de la « lette du Grand Baron » correspond certainement au premier emplacement du petit prieuré de Notre-Dame-des-Monts, siège de cet ordre. Sous la menace de l’avancée des dunes mobiles, le prieuré est transféré un kilomètre et demi au nord-est dans un lieu qui porte toujours le toponyme de Notre-Dame-des-Monts. À la Révolution, la chapelle sera vendue comme bien national et détruite en 1793.

Le centre ville, école Gambetta

4Nos investigations se sont concentrées sur la cour de l’école Gambetta dont le terrain jouxte au nord l’église paroissiale et la nécropole sondée en 2005 et 2006. D’après la configuration du site de La Teste au Moyen Âge, la ville à cette époque n’a pu se développer qu’au sud et à l’est de l’ensemble château-église, l’ouest étant occupé par un marécage et la marée haute venant au pied du château.

5Cinq sondages ont été réalisés, répartis du nord au sud de la cour de l’école, sur un linéaire de trente mètres. La partie nord a révélé une urbanisation importante aux périodes modernes et contemporaines.

6Les vestiges de l’ancien presbytère, édifié à la fin du XVIIIe s., sont assez bien conservés : construits en pierres de lest, les murs ont une largeur de 0,50 m sur des fondations de 0,70 m ; un système d’égout a pu être dégagé ainsi qu'une salle carrelée qui correspond sans doute à une cuisine. Le XVIIe s. est caractérisé par un niveau de sol lié à des trous de poteaux de section quadrangulaire et par des empreintes parallèles de sablières basses reposant sur un lit d’argile ; tous ces éléments appartiennent à deux bâtiments à ossature en bois.

7La phase médiévale a été détectée sur l’ensemble des sondages. Elle est matérialisée par une couche archéologique, inégalement conservée de 0,20 m à 0,30 m d’épaisseur, contenant essentiellement de la céramique. Un sondage a livré un mobilier qui s’échelonne du XIIe s. au XVe s., tandis qu’un autre montre un niveau homogène attribuable aux XVe s.-XVIe s.

8Le plus au sud a révélé les éléments les plus caractéristiques, avec une strate des XIe s.-XIIe s. liée à des empreintes de poteau porteur appartenant à un bâtiment dont nous ne connaissons pas l’emprise.

9Sous cet horizon nous avons dégagé une sépulture isolée, située à 100 m de la nécropole. Elle a une orientation nord-sud et l’inhumation a été pratiquée en décubitus ventral. Elle est antérieure au XIe s., une analyse 14C devant prochainement préciser sa chronologie.

10 Le mobilier céramique rencontré dans ces différentes strates est constitué par un gros pourcentage de formes produites dans la région du Bassin d’Arcachon mais également par des importations de Sadirac et de Lamérac (Charente).

11Tous les niveaux du bas Moyen Âge ont livré de la céramique mérovingienne confirmant ainsi la chronologie observée sur la première phase du cimetière sondé en 2005 et 2006. La période gallo-romaine est aussi représentée par quelques tessons dont un fond d’assiette sigillée de forme BET 49 attribuable à l’officine de Lezoux (sondage 11). Une monnaie du Bas-Empire a également été découverte dans le sondage 13. Tout ce mobilier était hors contexte dans des US modernes;

12Cette dernière campagne de fouille programmée permet de clore notre premier axe de recherche sur la commune de La Teste. Le but principal était de déterminer la genèse d’implantation du bourg de La Teste que de nombreux historiens situaient à la fin du Moyen Âge. Il est maintenant clair que la première phase d’urbanisation remonte au moins aux VIIe s.-VIIIe s. de notre ère. Une occupation antérieure n’est pas à exclure, le mobilier gallo-romain découvert appartient très certainement à un site voisin qui n’a pu être identifié. L'oraganisation du village commence aussi à se dessiner avec au nord l’église paroissiale entourée de son cimetière. À l’ouest s’implante au cours du XIIe s. un ensemble castral, système défensif complété par deux autres mottes (motte du Pujeau et Truc des Baillons). Le long de la craste qui se déversait dans les eaux du Bassin et où la marée remontait jusqu’au pied du château, une zone portuaire semble se dessiner. L’habitat s’organise au sud et sans doute à l’est, sans que nous puissions pour l’instant en préciser les limites.

13Cette réécriture de l’histoire de l’agglomération testerine a permis de s’intéresser au site de la « lette du Grand Baron » qui était considéré jusqu’à présent comme l’emplacement du premier village de La Teste.

14Cette légende, inscrite dans la mémoire collective locale, était devenue une vérité historique. Or, les découvertes faites ces dernières années sur ce site aussi bien qu’en centre ville montrent que le village a toujours été à son emplacement actuel et que « la lette du Grand Baron » est très certainement l’emplacement du premier prieuré cistercien de Notre-Dame-des-Monts.

15 (Fig. n°1 : Plaque boucle avec blason)

16 (Fig. n°2 : Organisation de l’agglomération médiévale)

17 (Fig. n°3 : Sépulture du sondage 13)

18Jacques Philippe

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plaque boucle avec blason

Fig. n°1 : Plaque boucle avec blason

Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques, Philippe (2007)

Fig. n°2 : Organisation de l’agglomération médiévale

Fig. n°2 : Organisation de l’agglomération médiévale

Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques, Philippe (2007)

Fig. n°3 : Sépulture du sondage 13

Fig. n°3 : Sépulture du sondage 13

Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques Philippe (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plaque boucle avec blason
Crédits Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques, Philippe (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. n°2 : Organisation de l’agglomération médiévale
Crédits Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques, Philippe (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. n°3 : Sépulture du sondage 13
Crédits Auteur(s) : Jacques, Philippe (BEN). Crédits : Jacques Philippe (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Jacques, « La Teste-de-Buch – Lette du Grand Baron, École Gambetta », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7755

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Jacques

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals