Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201276 – Seine-MaritimeRouen – Archevêché

2012
76 – Seine-Maritime

Rouen – Archevêché

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Dominique Pitte
Notice rédigée avec Éric Follain

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La Direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie a initié, au printemps 2012, des recherches historiques, analyses architecturales et investigations archéologiques en préalable à la création d’un historial dédié à Jeanne d’Arc, dans une partie des locaux de l’archevêché de Rouen.

2Dans les sous-sols des constructions que l’on s’apprête à aménager, subsiste une salle voûtée, généralement considérée comme un vestige du palais érigé entre 1079 et 1110 par l’archevêque Guillaume Bonne-Âme. Cette identification repose sur une mise en parallèle du décor architectural de la salle (des chapiteaux à godrons) et d’un texte du chroniqueur Orderic Vital, précisant que l’archevêque avait reconstruit, en les mettant au goût du jour, les bâtiments de sa résidence (Claustrum episcopii domosque convenientes a fundamentis eleganter renovavit).

3En 1904, le docteur Coutan considère la salle « comme le plus antique vestige du manoir archiépiscopal ». Dans son introduction aux Comptes, devis et inventaires du manoir, archiépiscopal de Rouen publiés en 1908 par le chanoine Jouen, le cardinal Edmond-Frédéric Fuzet conforte cette identification. Cette opinion fait autorité durant tout le xxe s. ; dans un ouvrage consacré en 2012 à la cathédrale, Henry Decaëns confirme qu’il faut voir dans la salle « la seule construction qui subsiste du palais élevé par l’archevêque Guillaume Bonne-Âme, mort en 1110 ».

4Il est aujourd’hui admis que les chapiteaux à godrons apparaissent en Normandie dans la dernière décennie du xie s., mais cet argument est-il suffisant pour dater l’édification de la salle ?

5Long de 12,90 m et large d’environ 5,50 m, cet espace appartient aujourd’hui au niveau inférieur d’un édifice orienté nord-sud, présentant un mur pignon sur la rue Saint-Romain. La salle est voûtée d’arêtes sur doubleaux, et comporte cinq travées ; on y accède par un escalier à vis dont la cage est située dans l’angle nord-est et elle communique au sud avec un ensemble complexe qui sera évoqué plus loin. Les doubleaux de la voûte s’amortissent sur des chapiteaux portés par des colonnes sur dosserets intégrés aux murs goutterots.

6On est tout d’abord frappé par un certain nombre d’anomalies dans l’architecture de la salle :

  • les chapiteaux et les bases des colonnes ne sont pas situés aux mêmes altitudes ;

  • les arcs doubleaux paraissent avoir été réalisés avec des éléments en remploi, ce que suggère l’absence de sommiers, remplacés par de simples claveaux mis en bascule ;

  • on ne trouve nulle part trace, dans les murs goutterots, de ce moyen appareil soigneusement assisé, si caractéristique de l’architecture romane à Rouen ;

  • parementés de façon très irrégulière, les murs latéraux semblent par endroits déverser vers l’extérieur.

7Les recherches ont montré que la salle, telle qu’elle apparaît aujourd’hui, a été créée vers la fin du xiiie s. et qu’elle résulte du scindement d’un espace plus ancien et beaucoup plus vaste, dont des parties ont été retrouvées en place plus au sud. Les investigations ont permis de restituer une construction primitive orientée nord-sud, longue de plus de 30 m, pour une largeur supérieure à 7,60 m, hors-oeuvre. Les fondations de son mur ouest ont été reconnues sur toute cette longueur : elles supportaient un mur scandé par de puissants contreforts traversé à sa base par des fenêtres à double ébrasements. Ces dernières éclairaient une salle voûtée partiellement enterrée, comportant au moins onze travées. Le parement extérieur de ce mur associe appareil irrégulier et moyen appareil layé, caractéristique de l’architecture romane en Normandie. L’importance de cette construction permet de penser que nous sommes en présence d’un bâtiment appartenant à l’archevêché des xie-xiie s. Nous ignorons tout des élévations de l’édifice ; à l’est, un probable escalier hors-œuvre menait au cellier. Le mur opposé a servi très tôt d’appui à deux cheminées situées à l’étage ; leur existence est révélée par deux massifs parementés, rapportés contre le mur occidental du cellier.

8La construction a connu, vers la fin du xiiie s., un bouleversement complet. C’est en effet à cette époque que l’on place, non sans raisons, la reconstruction totale de l’archevêché, sous le ministère de Guillaume de Flavacourt (1278-1306). En 1280, l’archevêque échange avec le chapitre un terrain en arrière de la rue Saint-Romain, permettant à ce dernier de créer une liaison entre la cathédrale et la rue ; il reçoit en contrepartie deux maisons canoniales situées dans la paroisse Saint-Étienne. Le « passage des Libraires », comme on l’appelle aujourd’hui, constitue la limite occidentale du nouveau palais abbatial, dont les contours sont connus. Selon Philippe Lardin, le palais comprenait à l’est une tour d’angle autour de laquelle étaient installées les cuisines et leurs dépendances ainsi que les salles basses du « tinel », c’est à dire les appartements communs aux familiers du palais. À l’opposé, le long du passage des Libraires, se trouvait l’appartement de l’archevêque, qui comprenait la « chambre vermeille », la « chambre de parement » et la « chambre de Monseigneur ». Entre ces deux éléments s’intercale une vaste construction qui présente encore sur la rue Saint-Romain un mur-pignon traversé par une grande baie ayant conservé une partie de ses remplages. Une chapelle complète cet ensemble auquel on accédait par l’actuelle rue des Bonnetiers, en empruntant une porte édifiée dans les premières années du xive s. sur un emplacement acquis du chapitre en échange d’un terrain sur lequel fut élevée la chapelle de la Vierge.

9Pour édifier ce nouvel ensemble, on a fait table rase du palais de Guillaume Bonne-Âme. La construction romane évoquée plus haut ne disparaît pas totalement pour autant. Les élévations sont modifiées, et on souhaite, semble-t-il, conserver la salle basse dans sa partie septentrionale, sur une longueur de cinq travées. La construction, à l’ouest, de la grande salle, entraîne la condamnation des fenêtres qui ont peut-être existé dans les murs latéraux. Le mur nord du cellier, qui supporte désormais une partie de la façade du nouveau palais sur la rue Saint-Romain, est presque totalement reconstruit. Un escalier à vis, enserré dans une cage à pans coupés, est intégré dans l’angle nord-est de la salle basse. La base de la vis présente une mouluration que l’on retrouve dans les baies des parties de la cathédrale édifiées aux alentours de 1300. Les travaux sont importants, entraînant un effondrement puis une reconstruction de la voûte ; les murs latéraux sont vraisemblablement repris à cette occasion. À la jonction de la 5e et de la 6e travée, un mur de refend est élevé : il est percé d’une porte large de 2,20 m, ouvrant vers le sud. Les montants de la porte et ceux de celle de la cage d’escalier sont ornés en partie inférieure d’un congé qui accuse également la jonction des xiiie-xive s.

10La porte du refend dessert au sud un escalier de pierre d’environ 9 marches. Au-delà de cette limite, le sol de la salle basse romane a en effet été décaissé d’1,80 m ; cette opération a nécessité la reprise en sous-œuvre des murs latéraux, sur une longueur de deux travées, demeurées voûtées d’arêtes sur doubleaux. Dans la portion conservée du mur oriental, s’inscrivent deux fenêtres à double ébrasement et appui intérieur rampant : elles sont, au même titre que le parement, caractéristiques de l’architecture romane rouennaise. Un arc doubleau sépare les deux travées ; il s’amortit, à l’est, sur une colonne surmontée par un chapiteau à godrons reposant sur une base moulurée posée sur un dé de pierre chanfreiné dans sa partie supérieure. L’arc, le chapiteau, la colonne et sa base sont du même type et de mêmes proportions que ceux observés plus au nord. On peut raisonnablement voir ici une partie restée en place de la salle romane primitive.

11Plus au sud, enfin, on pénètre dans une vaste salle voûtée correspondant à des travées du sous-sol situé sous la chapelle du palais archiépiscopal. L’espace se caractérise par une voûte sexpartite, dont l’une des nervures retombe sur des colonnes jumelles. Ces caractéristiques ont inspiré des propositions de datations diverses, couvrant les xiie-xiiie s. L’analyse architecturale de ce secteur, à peine esquissée au cours de la présente campagne, n’a pas apporté de précision sur ce point. L’espace retient cependant notre attention pour s’appuyer, au sud, sur une partie du mur occidental de la construction romane ; dans son angle sud-ouest, la base et le départ d’une colonne permettent d’établir l’existence d’une 11e travée.

12L’analyse architecturale qui vient d’être proposée synthétise les résultats d’observations, relevés et sondages archéologiques réalisés en 2012. À l’extérieur et à l’ouest de cet ensemble, un sondage a été effectué sur l’emprise d’un escalier créé dans le cadre du projet d’historial. La partie centrale du sondage était occupée par un imposant massif de fondation : large de 2,30 m, il supportait un mur orienté est/ouest, épais d’environ 1,70 m. Ce mur a été construit en appui sur un contrefort du mur ouest de l’édifice roman. Des remblais, rapportés contre ce massif alors qu’on élevait le mur, ont livré des fragments de céramique peinte ou décorée à la molette à motif losangé, attribuables au xie s. Situé en retrait par rapport à la rue Saint-Romain qu’il longe, ce mur correspond vraisemblablement à l’enceinte du palais édifié par Guillaume Bonne-Âme.

13Le sondage a également permis d’observer une stratigraphie sur 3 m de hauteur. Un niveau datable du haut Moyen Âge a été reconnu à 2,20 m de profondeur. Plus haut, un niveau empierré correspond peut-être à une voie nord/sud, ayant existé entre les viie et xie s. On notera enfin la découverte d’un dépotoir du xiiie s., dans lequel on a recueilli plusieurs fragments de panses de pichets décorés de croix latines : le lieu de la découverte permet de penser à une vaisselle produite spécialement pour l’archevêque.

Fig. 1 – La partie nord de la salle

Fig. 1 – La partie nord de la salle

Dans son état en 2012.

Cliché : É. Follain (SRA).

Fig. 2 – Restitution, d’après les éléments archéologiques reconnus, de la salle basse du bâtiment appartenant au palais de Guillaume Bonne-Âme et localisation des figures

Fig. 2 – Restitution, d’après les éléments archéologiques reconnus, de la salle basse du bâtiment appartenant au palais de Guillaume Bonne-Âme et localisation des figures

DAO : É. Follain (SRA).

Fig. 3 – Une colonne de la salle

Fig. 3 – Une colonne de la salle

DAO : É. Follain (SRA).

Fig. 4 – Chapiteau à godrons, enrichi d’un motif perlé

Fig. 4 – Chapiteau à godrons, enrichi d’un motif perlé

Cliché : D. Pitte (SRA).

Fig. 5 – Relevé photogrammétrique de deux travées du mur est de la salle

Fig. 5 – Relevé photogrammétrique de deux travées du mur est de la salle

Clichés et DAO : É. Follain (SRA).

Fig. 6 – Fragment de pichet orné d’une croix latine

Fig. 6 – Fragment de pichet orné d’une croix latine

Cliché : D. Pitte (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La partie nord de la salle
Légende Dans son état en 2012.
Crédits Cliché : É. Follain (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Titre Fig. 2 – Restitution, d’après les éléments archéologiques reconnus, de la salle basse du bâtiment appartenant au palais de Guillaume Bonne-Âme et localisation des figures
Crédits DAO : É. Follain (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 3 – Une colonne de la salle
Crédits DAO : É. Follain (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 4 – Chapiteau à godrons, enrichi d’un motif perlé
Crédits Cliché : D. Pitte (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5 – Relevé photogrammétrique de deux travées du mur est de la salle
Crédits Clichés et DAO : É. Follain (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 – Fragment de pichet orné d’une croix latine
Crédits Cliché : D. Pitte (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Pitte, Éric Follain, « Rouen – Archevêché » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77663

Haut de page

Auteurs

Éric Follain

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Dominique Pitte

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Pitte

Drac Haute-Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search