Navigation – Plan du site
2007

Aire-sur-Adour – Déviation RN124–RN134

Responsable(s) des opérations : Frédéric Prodéo
Notice rédigée par : Frédéric Prodéo, Florence Cavalin et Isabelle Kérouanton

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 024831

Date de l'opération : 2007 (EX)

1La déviation d’Aire-sur-Adour est rendue nécessaire par un trafic routier croissant, qui provoque d’importants engorgements au niveau du franchissement de la rivière. Sous maîtrise d’ouvrage de la direction départementale de l’équipement des Landes, son tracé a été implanté à l’ouest de l’agglomération, sur une longueur d’environ 8,2 km, qui représente une emprise totale de 57,3 ha. À terme, il est prévu que ce segment s’intègre au tracé de l’A 65.

2En raison de multiples problèmes fonciers successifs, l’opération de diagnostic archéologique a été découpée en quatre phases. Elles totalisent deux cent soixante-neuf tranchées qui représentent une longueur de 9,4 km, soit une superficie équivalente à 3,3 % de l’emprise totale.

3Trois contextes géomorphologiques ont été traversés. Au nord, le tracé franchit le fond de vallée de l’Adour, dont seule la rive droite a fait l’objet d’une prescription archéologique. Au centre, le tracé a été implanté dans la vallée du Brousseau, qui est un affluent secondaire de l’Adour. Son fond de vallée et ses versants ont été sondés. Au sud, le tracé se termine sur un rebord de plateau, qui domine d’une quarantaine de mètres la plaine de cet affluent.

4Les indices archéologiques sont particulièrement ténus et dispersés. Ils appartiennent à deux ensembles chronologiques. Le plus ancien est attribué à la Protohistoire et se manifeste par un petit lot de tessons, concentrés dans la basse vallée du Brousseau. Bien qu’ils soient certainement en position secondaire, ces indices témoignent d’une fréquentation discrète à cette époque, qui est peut-être en relation avec l’un ou l’autre des sites inventoriés dans la carte archéologique, sur les rebords de plateau dominant ce vallon.

5Le second ensemble remonte à l’Antiquité et se manifeste différemment selon les secteurs traversés. Il s’agit le plus souvent d’indices dispersés, parfois roulés dans des alluvions récentes, qui témoignent d’une fréquentation à des fins d’agriculture. En rive droite de l’Adour, quelques structures sont associées à ces éléments (foyers d’essartage, fossés, radiers de galets). Elles indiquent la proximité d’un terroir agricole structuré, probablement régi par une villa,qui se trouve certainement sur des points hauts, en-dehors du tracé.

6Un autre ensemble structuré a pu être identifié sur le rebord de plateau au sud, qui s’illustre par des rejets détritiques, associés à des aménagements en galets.

7Même si elles ne justifient pas d’investigations complémentaires, ces découvertes abondent avantageusement la connaissance du peuplement de ce secteur, en indiquant notamment que sa mise en valeur agricole a débuté assidûment à l’Antiquité.

8PRODÉO Frédéric, CAVALIN Florence et KEROUANTON Isabelle

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Frédéric Prodéo, Florence Cavalin et Isabelle Kérouanton, « Aire-sur-Adour – Déviation RN124–RN134 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7783

Haut de page

Responsables d'opération

Frédéric Prodéo

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Florence Cavalin

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Isabelle Kérouanton

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals