Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie2012Projets collectifs de rechercheÉtude microtopographique des fort...

2012
Projets collectifs de recherche

Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Projet collectif de recherche (2012)
Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard-Héricher
Notice rédigée avec Bruno Lepeuple

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Rouen

Texte intégral

1Le PCR sur les fortifications de terre de Haute-Normandie s’est poursuivi en 2013 pour une toute dernière année. Il a permis à Bruno Lepeuple d’achever quelques relevés et études à Bézu-Saint-Éloi, Charleval, Étrépagny et sur un site emblématique de la naissance de la Normandie, bien qu’il se situe administrativement dans le Val d’Oise : Saint-Clair-sur-Epte. Il s’agit dans tous les cas de sites bouleversés et d’interprétation difficile.

Bézu-Saint-Éloi (Eure) : La Ferme

(Coord. Lambert II étendu, X : 553,380 ; Y : 2477,420)

2Le site de Bézu-Saint-Éloi occupe l’extrémité d’un petit éperon qui domine le cours de La Bonde. Le relevé topographique met en évidence une grande plateforme de 7 000 m2 et permet de poser l’hypothèse de deux parties : un tertre quadrangulaire auquel est associé un enclos circulaire. Un bâtiment construit en périphérie du tertre est l’élément le plus remarquable du site. Localement connu sous le nom de « Tour de la Reine Blanche », il est constitué d’un corps rectangulaire, de plain-pied avec le sol du tertre, de 10 x 7 m hors œuvre, avec des murs de 1,5 m d’épaisseur ainsi qu’une voûte en berceau et munie d’une succession de 5 arcs doubleaux. Il était flanqué de deux tours circulaires dont une seule reste en élévation à l’angle ouest. Elle présente deux niveaux, le second communique avec la salle et est muni d’une ouverture au sol qui constitue l’accès originel vers le niveau inférieur, réservé au stockage. Le second niveau de la tour ouest est percé de trois fenêtres de tir à ébrasement simple, la partie haute est constituée d’une coupole en brique correspondant à l’une des phases de réaménagement post-médiévales. En négligeant les nombreux réaménagements qui ont affecté l’ensemble, les principaux matériaux de la construction originelle sont des blocs de grès équarris employés en parement et du calcaire pour les encadrements et parties voûtées. Les sources écrites font défaut pour les indices chronologiques, mais l’emploi du grès orienterait la datation du bâti vers la fin de la période médiévale.

Charleval (Eure) : Le Mont Blanc

(Coord. Lambert II étendu, X : 530,700 ; Y : 2486,200)

3Le site de Charleval est implanté au sommet d’un côteau qui domine la vallée de l’Andelle et sa confluence avec la Lieure et contrôle l’une des routes menant au cœur de la forêt de Lyons. Il est très érodé : la partie septentrionale est totalement détruite par le passage d’une route et une grande partie des fossés est comblée. Le seul élément identifiable sur le terrain est un tertre que l’on peut qualifier de motte, sans que l’on puisse affirmer la présence d’une basse-cour. La partie conservée du site occupe une surface de 2 700 m2. Les données topographiques permettent d’envisager une plateforme de 37 m de diamètre, ceinte d’un double fossé dont le premier présente une ouverture d’environ 18 m. La puissance des vestiges ne contredit pas l’identification d’un château élevé par Henri Ier Beauclerc en 1119 et documenté par la chronique d’Orderic Vital.

Étrépagny (Eure) : le château

(Coord. Lambert II étendu, X : 547 400 ; Y : 2478 700)

4Le château médiéval d’Étrépagny est situé au carrefour de la Bonde et de l’axe principal traversant le bourg. Ce site est relativement discret et éclipsé par un corps de bâtiments dont une partie est éventuellement contemporaine de l’occupation liée au château. Les indices topographiques et parcellaires dessinent une plateforme d’environ 80 m de diamètre, soulignée au nord par une section de courtine flanquée de trois tours au plan en U et tronquée au sud par un bâtiment de plan rectangulaire. Une cave, médiévale à moderne, coïncidant avec cette construction, indique une occupation longue avec une éventuelle superposition de plusieurs états : dès le xiie et jusqu’au xviie s., où il est encore fait mention de travaux de fortifications.

Fig. 1 – Étrépagny, le château : relevé topographique

Fig. 1 – Étrépagny, le château : relevé topographique

DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).

Saint-Clair-sur-Epte (Val-d’Oise) : Le Pré de la Ferme

(Coord. Lambert II étendu, X : 551,800 ; Y : 2468,000)

5Le château de Saint-Clair-sur-Epte est implanté en fond de vallée, à proximité de l’Epte et se trouve par conséquent au contact de la frontière franco-normande.

6La faiblesse des reliefs a nécessité un maillage serré avec une équidistance de courbes produite au 1/10e de mètre. En excluant des niveaux de terres rapportées et les drains récents, le plan fait apparaître une vaste enceinte elliptique de 250 m de diamètre avec un double fossé. À l’intérieur s’inscrit un réduit fossoyé sur la périphérie duquel sont implantés les restes (une tour et une porte) d’une fortification attribuable à la charnière des xiie et xiiie s. Le déchaussement des maçonneries indique la présence d’un sol de plateforme à 1,2 m au-dessus du niveau actuel. Une voie antique, reliant Paris à Rouen, traverse le site et franchit la rivière au niveau d’un gué. Mentionné à partir de 1118, le site est probablement plus ancien et pourrait être d’origine carolingienne sur une terre dépendant de l’abbaye de Saint-Denis. La datation récente, des années 930, de bois issus d’une tranchée de palissade, découverte en 1989 à moins de 100 m au nord du site, fournit un indice quant à l’occupation du secteur. D’autre part, cette fortification pourrait avoir servi de cadre à la rencontre de 911, entre Charles le Simple et Rollon, qui a donné naissance à la Normandie.

Fig. 2 – Saint-Clair-sur-Epte, lle Pré de la Ferme : relevé topographique du château

Fig. 2 – Saint-Clair-sur-Epte, lle Pré de la Ferme : relevé topographique du château

DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).

Fig. 3 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : le site vu du nord-ouest lors d’un débordement de l’Epte

Fig. 3 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : le site vu du nord-ouest lors d’un débordement de l’Epte

Cliché : C. Toupet (Sdavo), 1994.

Fig. 4 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : plan analytique de la fortification et de son environnement

Fig. 4 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : plan analytique de la fortification et de son environnement

DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Étrépagny, le château : relevé topographique
Crédits DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 2 – Saint-Clair-sur-Epte, lle Pré de la Ferme : relevé topographique du château
Crédits DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 3 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : le site vu du nord-ouest lors d’un débordement de l’Epte
Crédits Cliché : C. Toupet (Sdavo), 1994.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Saint-Clair-sur-Epte, le Pré de la Ferme : plan analytique de la fortification et de son environnement
Crédits DAO : B. Lepeuple (université de Rouen).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/77833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Flambard-Héricher, Bruno Lepeuple, « Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/77833

Haut de page

Auteur

Bruno Lepeuple

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard-Héricher

Université de Rouen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search