Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201214 – CalvadosFalaise – Château, cour de la Rei...

2012
14 – Calvados

Falaise – Château, cour de la Reine, front ouest

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Joseph Mastrolorenzo

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

163282

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1En préalable au projet de décaissement du rempart ouest par paliers, un sondage a été pratiqué dans la zone orientale de la cour de la Reine afin de détecter la puissance archéologique et également à quelle altitude apparaissent les couches médiévales. D’axe nord-sud, il mesure 12 m de long sur 3 m de large.

2Sa limite occidentale est constituée par un mur moderne (M5001) fermant la cour de la Reine suite à l’ouverture de la brèche dans le rempart occidental au xviie s. La partie supérieure de cette maçonnerie a été, au préalable, démontée par l’entreprise de restauration pour assurer la sécurité des terrassements.

Fig. 1 – Vue générale du sondage

Fig. 1 – Vue générale du sondage

Cliché : J. Mastrolorenzo.

3Le sondage a d’abord révélé, à environ 1,20 m sous le niveau actuel, l’arase d’un mur (M5000) perpendiculaire au mur M5001 et antérieur à ce dernier. Le mur M5000 divise le sondage en deux zones distinctes. Il est visible sur environ 1 m de hauteur et sa largeur est de 0,35 m. Au nord, un sol en mortier (Us5005) a été découvert entre 2,20 m et 2,70 m en dessous du niveau actuel sous d’épaisses couches de remblais modernes. Ce sol, accusant un fort pendage vers le nord, sert d’assise au mur M5001. Ce niveau de circulation s’installe lui-même sur une couche d’argile rubéfiée contenant de nombreux fragments de carreaux de pavement et de céramique médiévale. Il disparaît au nord du sondage, détruit probablement à l’époque moderne.

4Au sud du mur M5000, un sol en mortier (Us5007) apparaît à environ 1 m sous le niveau actuel ; contrairement au sol Us5005, cette couche s’appuie sur le mur M5000 et s’installe sur des niveaux contenant du grès domfrontais (xive-xve s.). Le mur M5000 appartiendrait donc vraisemblablement à la période du Moyen Âge central.

5Le mur de soutènement, d’axe nord-sud, est constitué quant à lui de deux maçonneries d’époques différentes. Le premier état (M5001) s’installe sur du remblai de destruction recouvrant le sol en mortier Us5005. Sa tranchée de fondation apparaît au sud du mur M5000, coupant le sol en mortier Us5007. Ce mur fut par la suite l’objet d’une réfection au xixe s. (M5008) au sud du sondage, formant un mur de soutènement moins épais (0,40 m).

6On a donc pu constater que les niveaux médiévaux apparaissent très rapidement sous le niveau actuel à environ 1 m au sud du mur M5000 et environ 2,20 m au nord de ce mur, ce qui implique de revoir l’emprise des paliers prévus (ou adapter un autre système de retenue des terres) pour la sécurité des archéologues et des maçons lors des terrassements en contrebas afin de mettre au jour la courtine d’origine (travaux à venir).

7Enfin la question de la datation de la cour de la Reine reste entière. Fut-elle créée afin de compléter la défense du flanc ouest ? Elle pourrait dater de la fin de la phase de remaniement, peut-être au milieu du xiiie s. et être ainsi postérieure à l’élévation de la tour Talbot. D’autre part, tout comme la tour C du front est, la tour d’angle à plan en U presque en fer à cheval, dite de la Reine, semble constituer l’aboutissement de l’évolution morphologique des tours du château. Quoiqu’il en soit, la basse-cour initialement limitée au tracé de la grande terrasse, s’étendait sur environ 22 m vers l’ouest pour atteindre dorénavant près de 1,5 ha. Une nouvelle courtine fut élevée avec la construction de deux tours, la tour de la Reine (I) qui ne fut mentionnée qu’en 1359, tout comme la tour Ravenel (H) qui est aujourd’hui effondrée (en raison du siège de 1579 ?). Les sondages ainsi que des carottages effectués dans ce périmètre indiquent une occupation vers le milieu du xiiie s. installée sur des remblais d’une hauteur au minimum de 7 m. On peut maintenant affirmer que le promontoire délimité par la cour de la Reine est artificiel. La courtine entre la tour de la Reine et la tour Ravenel devait servir également de mur de soutènement. Enfin, la tour Ravenel devait venir initialement protéger l’entrée du fossé ceinturant la haute-cour, tout comme la tour dite de l’Échiquier (G) sur le front nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du sondage
Crédits Cliché : J. Mastrolorenzo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Mastrolorenzo, « Falaise – Château, cour de la Reine, front ouest » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/78190

Haut de page

Auteur

Joseph Mastrolorenzo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Mastrolorenzo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search