Navigation – Plan du site
2007

Arancou – Bourouilla

Responsable(s) des opérations : Morgane Dachary
Notice rédigée par : Morgane Dachary

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025114

Date de l'opération : 2006 (FP)

1Découvert en 1986, fouillé en 1990-1991 puis sans interruption depuis 1998, le gisement de Bourrouilla, a livré des vestiges archéologiques variés et en parfait état de conservation: industrie lithique et osseuse, faune, parure et art mobilier. La grotte est occupée depuis la fin du Paléolithique supérieur– Magdalénien moyen et supérieur à final – jusqu’à la Protohistoire.

2Depuis 1986, l’intérêt scientifique de ce gisement n’a cessé de croître. Bien que victime de perturbations naturelles et anthropiques, les riches informations scientifiques qu’il délivre démontrent progressivement qu’il est un des gisements fondamentaux pour la compréhension de la fin du Paléolithique supérieur pyrénéen.

3Durant la campagne 2007, les fouilles se sont concentrées dans le couloir et la salle terminale. Les opérations de terrain ont été précédées d’une session d’étude en laboratoire.

4Au printemps 2007, un mois a été consacré à la réalisation de remontages entre les fouilles réalisées en 1990-1991 et celles réalisées depuis 1998. Leurs enseignements sont venus enrichir les projections informatiques du matériel coté. L’objectif était de vérifier l’intégrité des niveaux paléolithiques, et de valider les rapprochements stratigraphiques proposés depuis 1998. Si cette session n’a permis de trouver qu’un très petit nombre de raccords physiques entre fouilles anciennes et récentes et aucun raccord entre zones extérieures et intérieures, elle a, en revanche, montré que les occupations des ensembles A et B1 étaient trop brèves pour livrer un matériel suffisamment abondant pour obtenir des remontages. Il sera donc nécessaire de fouiller l’équivalent du niveau B2 dans le vestibule afin de valider l’ensemble de la séquence.

5 Sur le terrain, l’opération de déblaiement commencée en 2006 dans le couloir s’est poursuivie. Les sédiments remaniés par la construction du four à chaux et par les fouisseurs ont été retirés jusqu’à atteindre le sommet des niveaux paléolithiques conservés. Ainsi, il a pu être démontré que les perturbations ont mélangé des vestiges issus des occupations paléolithiques à médiévales. Les premiers niveaux conservés ont été dégagés sur une petite surface mais n’ont pas été fouillés. Il n’est donc pas possible de discuter de leur attribution chronologique, même si leur altitude de découverte correspond au Magdalénien supérieur. Notons que ce déblaiement a permis de démontrer que la galerie d’accès a une forme d’ogive. Elle était suffisamment vaste en largeur comme en hauteur pour que des activités techniques s’y soient déroulées au cours du Paléolithique.

6Dans la cavité, les opérations se sont concentrées sur l’US 2007. Deux phases d’occupation du Magdalénien supérieur, séparées par un niveau d’inondation qui a été dégagé et nivelé, ont été fouillées. La partie supérieure, base des occupations fouillées l’an passé, a livré un riche matériel, essentiellement constitué de restes de grande faune et d’avifaune. Ils sont accompagnés de nombreux fragments d’industrie sur matière dure animale (déchets de fabrication, quatre fragments de harpons, nombreux éclats d’os, etc.) et de vestiges lithiques taillés (dont un outillage varié). La partie inférieure, fouillée sur une petite surface, est nettement moins riche en restes de poissons et d’oiseaux. Cependant, elle a livré un bois de massacre de Renne avec des impacts. Notons que l’ensemble de ces découvertes documente, une fois encore, la répartition différentielle des aires d’activité.

7Rappelons la découverte, en 2005, d’une grande surface de sédiments du Magdalénien supérieur, préservés des atteintes du fouilleur clandestin, qui laisse entrevoir pour les années à venir la possibilité d’une fouille extensive de ces niveaux particulièrement riches et bien conservés.

8Le bilan de la campagne 2007 est largement positif. Les travaux de laboratoire (remontages et projections informatiques) ont conduit à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de fouilles dans le vestibule. Parallèlement, les travaux de terrain ont abouti à une meilleure perception de la géométrie de la cavité pendant le Paléolithique, et la poursuite des fouilles fines a simultanément enrichi notre corpus de données (notamment en industries osseuses). Elle rend désormais possible la mise en œuvre d’une fouille sur une surface de plus en plus vaste.

9Les prochaines campagnes pourront donc s’attacher à la poursuite des fouilles du niveau B2 dans le vestibule et de l’US 2007 dans la grotte. Les travaux dans le couloir nous permettront progressivement de rapprocher les stratigraphies intérieures et extérieures.

10 (Fig. n°1 : Harpon découvert dans l’US 2007)

11DACHARY Morgane, avec la collaboration scientifique de CHAUVIÈRE François‑Xavier, COSTAMAGNO Sandrine et DAULNY Loïc

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Harpon découvert dans l’US 2007

Fig. n°1 : Harpon découvert dans l’US 2007

Auteur(s) : Plassard, Frédéric (CNRS). Crédits : Plassard Frédéric CNRS (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Harpon découvert dans l’US 2007
Crédits Auteur(s) : Plassard, Frédéric (CNRS). Crédits : Plassard Frédéric CNRS (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Morgane Dachary, « Arancou – Bourouilla », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7829

Haut de page

Responsable d'opération

Morgane Dachary

DOC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals