Navigation – Plan du site
2007

Villetoureix – Chez Tuilet

Responsable(s) des opérations : Antoine Chancerel
Notice rédigée par : Antoine Chancerel et Gaëlle Chancerel

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025211

Date de l'opération : 2006 (FP)

1Repéré en 2006 sur l’emprise d’une ZAE réalisée par la communauté des communes du Ribéracois, au nord de l’agglomération de Ribérac, le site néolithique de Chez Tuilet a fait l’objet d’une fouille préventive de quatre mois sous maîtrise d’ouvrage déléguée du conseil général de Dordogne (service départemental d’Archéologie).

2Le site est implanté en fond de vallée au bord de la Dronne, au débouché d’un vallon affluent marqué d’un cône de déjection colluvio-alluvial formant promontoire à l’intérieur de la plaine alluviale. Le gisement en occupe le flanc ouest, à l’aval. Sur le cône même, les sols archéologiques sont érodés et seules subsistent les structures en creux. Sur sa périphérie, en revanche, les sols ont été davantage préservés, notamment à l’ouest dans un léger thalweg qui limite le site, et au sud en direction du lit actuel de la rivière.

3Ces deux zones ont fait l’objet d’approches différentes. La zone sans sol (16 000 m²) a été décapée jusqu’au niveau d’apparition des structures. La zone avec sol préservé (8 000 m²) a fait l’objet d’une fouille mécanique par passes fines et enregistrement 3D des vestiges. Les biais d’une telle collecte sont évidents (en particulier pour les petits éléments) mais ceux-ci étant partout identiques, la vision spatiale obtenue par ce mode d’échantillonnage demeure valide. Suivant leur nature, les structures (environ un millier) ont été fouillées manuellement ou mécaniquement.

4L’organisation générale des vestiges n’a fait apparaître aucune trace de bâtiments susceptibles de renseigner la forme de l’habitat, les trous de poteau, très nombreux, ne s’organisant jamais de façon cohérente, sauf un seul alignement de cinq. Des traces indirectes en sont cependant fournies par de très grandes fosses excédant rarement 2 m de profondeur mais présentant des creusements en sape à leur base. Ces fosses sont interprétées comme des carrières d’extraction de la grave carbonatée limono-sablo-argileuse en vue de la confection de torchis ou de pisé. La plus importante, de contour maculiforme, mesurait 30 m x 12 m. Outre les habituels creusements de morphologies diverses à fonction souvent difficile à déterminer, la fouille a livré une série de petites fosses circulaires à bords verticaux ou en cloche correspondant à des silos. Leur remplissage très charbonneux était, comme pour les carrières, très riche en vestiges.

5Une importante série de puits a également été mise au jour. Concentrés sur une possible ligne d’eau à l’est du site, ils apparaissaient sous des formes dégradées mais résultant de processus récurrents. Les bords cylindriques à l’origine et taillés dans la grave se sont dégradés et/ou écroulés, d’abord dans un milieu ennoyé où les matériaux se sont homogénéisés, puis exondé où ils se sont lités en cône inversé avec de remarquables effets de granoclassement gravitaire. Des colluvions sont ensuite venues sceller l’état stabilisé parfois marqué par une vidange de foyer. Ces structures profondes (3 m et plus en moyenne) n’ont livré aucun vestige hormis dans les colluvions supérieures. Enfin, des chablis ont été reconnus en très grand nombre.

6Dans la zone du sol préservé, la couche archéologique épaisse de plus d’une vingtaine de centimètres a été affectée par le phénomène de retrait/gonflement des argiles. Les artefacts s’y répartissent en deux grandes zones de concentration. La première est située sur le bord du thalweg ouest. Elle accompagne une exceptionnelle concentration de structures à galets chauffés où elles sont pratiquement bord à bord. Ces aménagements peu épais constitués de galets principalement siliceux (quartz et quartzites) recouvrent des matériaux ruisselés remaniant des vestiges néolithiques. Ils ont livré d’abondants charbons qui ont permis de les dater de l’âge du Fer.

7L’autre grande zone de concentration se développe au sud, en direction de la Dronne actuelle toute proche. Elle a livré d’autres structures à galets chauffés, beaucoup plus petites et sans charbons (ou presque) dont une en fosse, des restes de vases écrasés en place et un quasi-dépotoir ou radier d’assainissement sur une dizaine de mètres carrés.

8L’état de surface du mobilier montre que les vestiges issus de ce sol sont moins bien conservés que dans les fosses (météorisation, piétinement, etc.) et qu’ils ont pu dans certaines zones subir quelques déplacements.

9Le corpus mobilier est encore en cours d’étude. La céramique riche de près de trois cent dix vases reconstituables et éléments typologiques se divise en céramique fine à fond rond jamais décorée dont le répertoire se limite à des bols et des coupes, et en céramique grossière à fond plat et languettes appliquées avec de fréquents tracés digitaux obliques sur la panse. Le matériel lithique en silex, essentiellement local, est tourné vers la production d’éclats (I.L. très faible). L’outillage se caractérise par une extrême abondance de microdenticulés, la présence de poignards dont beaucoup sont en silex du Grand-Pressigny, de flèches à ailerons et pédonculés et plus rarement de grandes pièces foliacées et de racloirs à encoche. Les outils du fond commun (grattoirs, perçoirs, etc.) sont peu abondants. Des haches en silex du Bergeracois ont été identifiées.

10La position chronologique de ce mobilier a pu être déterminée par une série très cohérente de huit dates 14C comprises entre 2750 BC et 2550 BC (cal à 2 sigma).La série s’apparente à un faciès partageant avec l’Artenacien un même fond commun, mais s’en distinguant par l’absence de ses traits les plus caractéristiques comme les anses nasiformes, les carènes sinueuses ou les assiettes décorées. La présence de rares éléments céramiques et d’autres dates 14C attribuables au Bronze ancien/moyen (pastillages notamment) montre à tout le moins une perduration de l’occupation jusqu’à la première moitié du 2e millénaire. Un petit lot d’objets attribuables à La Tène B complète l’ensemble.

11D’autres traces d’occupations, fouillées pendant l’opération par les agents du service départemental d’Archéologie, ont également été repérées, notamment une voie antique associée à un parcellaire. Celle-ci conduisait à un gué toujours en usage au Moyen Âge. Elle semble pouvoir être datée entre la fin du 1er s. av. J-C et le 1er s. apr. J.-C.

12De même, lors d’un sondage profond à 2,30 m sous le décapage, a été reconnu sur quelques mètres carrés une occupation magdalénienne très bien conservée dans la grave carbonatée. Celle-ci se compose d’un foyer en cuvette garni de pierres chauffées jouxtant un amas de taille de silex accompagné de restes bien conservés de bovinés. Elle a été datée de 16100 BP à 16200 BP.

13 (Fig. n°1 : Plan de synthèse du site)

14 (Fig. n°2 : Planche de céramique – Synthèse des formes céramiques du Néolithique final)

15 (Fig. n°3 : Coupe d’une fosse d’extraction avec surcreusement en sape sur le pourtour)

16 (Fig. n°4 : Coupe d’un puits)

17CHANCEREL Antoine et CHANCEREL Gaëlle pour toute l’équipe scientifique

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de synthèse du site

Fig. n°1 : Plan de synthèse du site

(2007)

Fig. n°2 : Planche de céramique – Synthèse des formes céramiques du Néolithique final

Fig. n°2 : Planche de céramique – Synthèse des formes céramiques du Néolithique final

(2007)

Fig. n°3 : Coupe d’une fosse d’extraction avec surcreusement en sape sur le pourtour

Fig. n°3 : Coupe d’une fosse d’extraction avec surcreusement en sape sur le pourtour

(2007)

Fig. n°4 : Coupe d’un puits

Fig. n°4 : Coupe d’un puits

(2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de synthèse du site
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. n°2 : Planche de céramique – Synthèse des formes céramiques du Néolithique final
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. n°3 : Coupe d’une fosse d’extraction avec surcreusement en sape sur le pourtour
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. n°4 : Coupe d’un puits
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Antoine Chancerel et Gaëlle Chancerel, « Villetoureix – Chez Tuilet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7838

Haut de page

Responsables d'opération

Antoine Chancerel

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Gaëlle Chancerel

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals