Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201214 – CalvadosSaint-André-sur-Orne – La Delle d...

2012
14 – Calvados

Saint-André-sur-Orne – La Delle du Poirier

Opération préventive de diagnostic (2012)
Responsable d’opération : Ivan Jahier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

162939

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1À Saint-André-sur-Orne, la Delle du Poirier et ses abords constituaient jusqu’à une date récente comme une enclave, au sein d’un tissu particulièrement fourni en sites archéologiques de toutes périodes connus sur la rive droite de l’Orne. Le sondage à cet endroit d’une zone de 13 ha pour l’extension de la Zac des « Portes de la Suisse normande », ceci sur la plus haute terrasse alluviale du fleuve, a révélé la présence à son niveau de différentes traces de fréquentation et d’occupations anciennes.

2Si une fréquentation du secteur dès le Paléolithique moyen est de nouveau attestée sur cette rive par la découverte, dans les labours, d’un éclat Levallois, les vestiges les plus significatifs mis au jour dans le cadre de l’intervention sont incontestablement ceux provisoirement attribués au Néolithique moyen II.

3L’élément principal consiste là en une grande construction « circulaire » de 40 m de diamètre (45 x 42 m) aujourd’hui située au centre de l’emprise. L’ouvrage, établi à partir d’un cercle de poteaux et d’une robuste construction quadrangulaire centrale assise sur des poteaux jumelés et triplés est à rapprocher, de par sa constitution, des « timbers circles » édifiés durant le Néolithique et l’âge du Bronze dans le sud des Iles Britanniques et aux Pays-Bas. La dimension des fosses d’implantation (env. 1,50 x 1,20 m) dans lesquelles étaient bloqués les piliers de la construction centrale, ou sortes de pilastres, témoigne bien de la monumentalité de cet ensemble. Il s’agirait donc, si tant est que la fonction cultuelle de cet ensemble soit la bonne, d’un des plus anciens exemplaires de ce type à ce jour reconnus et, avec les petites constructions du Bronze final de Cahagnes et de Ifs, dans le Calvados, ou de Longueuil-Sainte-Marie dans l’Oise, d’un des premiers reconnus de ce côté de la Manche : un document en conséquence innovant et fondamental, tant pour l’enrichissement du débat sur des relations culturelles transmanche au Néolithique moyen II, que pour la connaissance de l’architecture (cultuelle, domestique ?…) de cette époque dans le Nord de la France.

Fig. 1 – Plan restitué du « timber circle »

Fig. 1 – Plan restitué du « timber circle »

Les fondations de la construction centrale vues depuis son petit côté est.

DAO : Inrap.

4Autour de cette construction, sont identifiées deux zones investies de fosses peu profondes et de trous de poteau. La mieux définie, au sud (ens. 2), qu’il est également possible d’attribuer au Néolithique moyen II grâce à la présence dans ses fondations de débris de coupes à socle cubiques, peut être comprise comme une première aire domestique attenante en aire ouverte.

5Celle établie à l’ouest (ens. 3) est d’une définition plus délicate. L’interprétation d’ensemble hésite encore aujourd’hui entre les fondations très arasées d’un espace doté d’une clôture curviligne et une seconde aire domestique attenante en aire ouverte.

6Un groupe de trois fosses accolées, du type silo, identifié à 130 m au sud (T. 5), celles-ci au comblement charbonneux mais non datées faute de mobilier, peut se référer à cette période.

7L’occupation suivante (ens. 4) identifiée dans l’emprise se réfère à l’âge du Bronze. Celle-ci comprend les fondations possibles d’une habitation circulaire établie sur poteaux porteurs (5 m de diamètre pour le cercle de fondations internes), inscrite dans la tradition de l’architecture domestique d’outre-manche et telle que l’on en connaît plusieurs exemplaires, isolées comme à Saint-André-sur-Orne et sur les communes environnantes de Saint-Martin-de-Fontenay, de Ifs et de Cagny, ou groupées, sur la commune plus éloignée de Cahagnes. Cette première installation en aire ouverte s’accompagne au sud de la base d’au moins deux fosses globulaires (silos ?) et, possiblement, des restes d’une grande parcelle agraire peu marquée d’orientation sud-ouest – nord-est.

8Cette parcelle, tant au niveau de son orientation, de la forme de ses fossés en V prononcé, que de leur comblement argileux clair, est en effet à distinguer du parcellaire nord-sud reconnu en plusieurs points de l’emprise et figurant, comme le chemin qui le traverse, au cadastre napoléonien. Il s’agirait donc, avec l’exemplaire de Tatihou, d’un des premiers sites de l’âge du Bronze de la région à réunir une unité domestique, comprenant maison et possibles fosses de stockage, et tout ou partie de son finage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan restitué du « timber circle »
Légende Les fondations de la construction centrale vues depuis son petit côté est.
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Jahier, « Saint-André-sur-Orne – La Delle du Poirier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/78385

Haut de page

Auteur

Ivan Jahier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ivan Jahier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search