Navigation – Plan du site
2007

Sanguinet – Le Lac

Responsable(s) des opérations : Bernard Maurin
Notice rédigée par : Bernard Maurin

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025099

Date de l'opération : 2007 (PT)

1La vallée de la Gourgue prospectée entre 2001 et 2005 entre les sites de l’Estey du large et de Put Blanc a amené la découverte de zones d’habitat liées chronologiquement à ces deux espaces archéologiques. Ainsi sur une distance de près d’un kilomètre, nous avons affaire à une occupation humaine qui recouvre la totalité de l’âge du Fer.

2Pour compléter la connaissance du peuplement de la vallée ennoyée, nous avons pensé qu’il était intéressant de prolonger la prospection à l’ouest de l’espace archéologique de Put Blanc, en formulant l’hypothèse que nous étions susceptibles de découvrir des vestiges plus anciens.

3 (Fig. n°1 : Bathymétrie de la vallée de la Gourgue)

4 Zone B prospectée en 2007

5En 2006, la prospection a concerné la zone A placée directement au sud de l’axe général défini sur le site de Put Blanc et prolongé vers l’ouest. Il s’agissait d’une bande d’orientation est-ouest de 400 m de longueur sur 50 m de largeur. De nombreux vestiges anthropiques ont été mis au jour. C’est d’abord un important ensemble de pieux : l’habitat A. Les résultats des analyses 14C ont montré qu’il s’agissait d’une installation humaine aménagée au Bronze final II. Des tessons de céramiques caractéristiques ont également été relevés ; par leur typologie, ils correspondent bien à la phase terminale de l’âge du Bronze. (Fig. n°4 : Bathymétrie des zones A et B)

6La prospection de la rive gauche de la vallée de la Gourgue s’est poursuivie cette année sur la bande B de dimensions équivalentes et située immédiatement au nord de la bande A. Cette zone se rapproche du lit de la rivière antique et les profondeurs s’échelonnent entre 12 m et 16 m, les plus importantes étant dans la partie occidentale de l’espace.

7La couverture de ce vaste espace s’effectue par bandes successives de 10 m de largeur. Des équipes de trois plongeurs reliés par un tube plastique de 4 m de longueur font une prospection systématique par des allers-retours de part et d’autre d’un cordeau amovible numéroté tous les cinq mètres.

8Pour une étude environnementale, les souches et les troncs rencontrés sont comptabilisés, ce qui permet d’évaluer la densité du couvert forestier qui existait avant la montée des eaux. Les vestiges anthropiques (céramique, pieux, etc.) sont relevés avec précision. L’espace sur lequel ils sont découverts peut alors faire l’objet d’une prospection plus fine.

9 Découverte de l’habitat « C »

10La prospection sur la bande des 40 m de la zone B et à proximité du cordeau nord, a amené la découverte de six pieux assez rapprochés. Une équipe de plongeurs a aussitôt entrepris des investigations dans l’environnement immédiat et il s’est avéré très vite que d’autres pieux se trouvaient au nord de l’espace de prospection que nous nous étions fixés. Dix nouveaux pieux ont ainsi été repérés. Une première observation montre qu’il s’agit de troncs de petits pins.

11Au cours des plongées suivantes, le relevé de chacun de ces pieux a pu être réalisé à partir des points 40 m et 45 m. Il est intéressant de noter que quatorze de ces pieux ont un diamètre qui avoisine ou dépasse 0,20 m de diamètre. Le report sur plan a montré que nous avions affaire à deux ensembles distants de quatre mètres.

12Le premier ensemble de six pieux, au sud de l’axe principal, dessine un quadrilatère d’environ 10 m², mesurant sensiblement 4 m d’est en ouest et 2,50 m du nord au sud. Le deuxième ensemble de huit pieux, au nord de l’axe principal dessine une structure circulaire de 3,50 m environ de diamètre, soit une superficie proche de 10 m². Deux pieux d’un plus petit diamètre (0,14 m), sont isolés à l’est de l’ensemble circulaire.

13Il convient de noter que cet aménagement est situé à environ 14,50 m de profondeur actuelle, soit seulement à 6,50 m au-dessus du niveau de l’Océan. Nous avons désigné cet ensemble sous l’appellation d’habitat C. Bien entendu une datation 14C permettra de situer chronologiquement ces structures.

14 Le matériel archéologique

15C’est sur les bandes des 330 m et 340 m, entre 15m et 20 m au nord de l’axe principal, qu’une cinquantaine de fragments d’un très grand vase décoré de sillons digités et de pastillages ont été relevés.

16Parmi les tessons, les plongeurs ont également mis au jour une pointe de lance que l’on peut attribuer par sa typologie à l’âge du Bronze. (Fig. n°2 : Grand vase à anses (007-0028))

17Par ailleurs, tout au long de la prospection quelques pieux isolés ont été repérés ainsi que des tessons de céramique.

18 De nouvelles pirogues

19Sur cette zone, quatre pirogues avaient été découvertes fortuitement au cours des campagnes précédentes. En 1993, les pirogues n° 20 et n° 22 datées à l’âge du Bronze avaient été repérées et fait l’objet d’une étude. En 1996 ce fut la mise au jour puis l’étude des pirogues n° 24 et n° 25 datées du premier âge du Fer.

20L’année 2007, a été particulièrement riche puisque trois nouvelles pirogues ont été découvertes lors des travaux de prospection et de bathymétrie. Les datations envisagées nous permettront de les rattacher à l’un des sites connus le long de la vallée de la Gourgue.

21 Étude de la topographie

22En 2007 l’étude fine de la topographie s’est poursuivie sur environ 250 m à l’ouest des zones A et B. Nous avons pu nous rendre compte que la rivière coulait au nord d’une large zone sans relief marquant, à une profondeur comprise entre 14,50 m et 16 m. Cette large vallée se resserre brusquement à 250 m environ des zones de prospection. (Fig. n°3 : pointe de lance)

23 Découverte de l’habitat « D »

24C’est en effectuant une série de mesures de bathymétrie que les plongeurs ont découvert une pirogue qui a pris le n° 33 de notre classification. À proximité, ils se sont immédiatement rendu compte de la présence de nombreux pieux. Pour matérialiser ces découvertes, un cordeau de 260 m de longueur a été mis en place. Pour une première évaluation, il a été décidé de prospecter de part et d’autre du cordeau deux bandes de terrain d’environ 5 m de largeur. Au fur et à mesure de leur découverte, les pieux rencontrés ont été numérotés et reliés à une balise implantée près de la pirogue n° 33. C’est en définitive un ensemble de 38 pieux qui ainsi été repéré. Une première observation montre que la quasi-totalité de ces pieux sont d’un diamètre important, très souvent supérieur à 0,20 m.

25De part et d’autre de la zone ainsi visitée, aussi bien au nord qu’au sud, les plongeurs ont pu se rendre compte qu’ils rencontraient beaucoup d’autres pieux. L’habitat D apparaît donc comme un espace archéologique exceptionnel par l’étendue de ses structures.

26De nombreux indices concordants comme des ensembles de pieux correspondant à des habitats mais aussi un mobilier archéologique caractéristique, confirment que cette portion de la vallée de la Gourgue à l’ouest de Put Blanc constitue un site archéologique bien spécifique que nous avons identifié sous l’appellation de Site de Matocq.

27 Du point de vue de la chronologie, cette vaste zone correspond à une occupation humaine couvrant, selon les premières datations en notre possession, une large période de l’âge du Bronze.

28Ainsi, avec ce nouveau site majeur, la vallée ennoyée la Gourgue témoigne, sur près de trois kilomètres, d’une présence continue des hommes des périodes anciennes de l’âge du Bronze jusqu’aux premiers siècles de notre ère avec le village gallo-romain de Losa.

29MAURIN Bernard

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Bathymétrie de la vallée de la Gourgue

Fig. n°1 : Bathymétrie de la vallée de la Gourgue

(2007)

Fig. n°2 : Grand vase à anses (007-0028)

Fig. n°2 : Grand vase à anses (007-0028)

(2007)

Fig. n°3 : pointe de lance

Fig. n°3 :                                      pointe de lance

(2007)

Fig. n°4 : Bathymétrie des zones A et B

Fig. n°4 : Bathymétrie des zones A et B

(2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Bathymétrie de la vallée de la Gourgue
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. n°2 : Grand vase à anses (007-0028)
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. n°3 : pointe de lance
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. n°4 : Bathymétrie des zones A et B
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7841/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bernard Maurin, « Sanguinet – Le Lac », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7841

Haut de page

Responsable d'opération

Bernard Maurin

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals