Navigation – Plan du site
2007

Casseneuil – L’enclos Laborde

Responsable(s) des opérations : Anne Pons-Métois
Notice rédigée par : Anne Pons-Métois

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025039

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Suite au projet de construction d’un lotissement sur la commune de Casseneuil, au sud-est de Villeneuve sur Lot, une opération de diagnostic archéologique a été déclenchée. Le site appartient au bassin versant du Lot, rivière qui coule à moins d’un kilomètre au sud-ouest de la zone concernée par l’opération. Il est bordé au sud-est (quelques centaines de mètres) par le ruisseau de la Lède.

2D’une superficie d’un peu plus de 60 000 m², il s’étend sur deux secteurs topographiquement distincts. Le premier au nord est situé à flanc de coteau, le second au sud, est subhorizontal. L’ensemble des structures découvertes l’a été dans ce second secteur.

3Sur les trente-deux sondages réalisés, treize se sont révélés positifs et ont permis de mettre au jour trente-deux structures parmi lesquelles une batterie de six silos, une série de fosses rectangulaires creusées côte à côte peu profonde, et de grande dimension (entre 3 m et 4 m de large pour une longueur de 6 m à 10 m) dont la fonction demeure inconnue, trois fossés est-ouest et un nord-sud (gallo-romain), deux foyers de galets très arasés et deux sépultures.

4La première est une sépulture à incinération contenant quatre vases très fragmentés, le vase ossuaire conservant les fragments osseux brûlés et trois vases accessoires Une lame de couteau en fer faisant partie du dépôt date cette sépulture du premier âge du Fer (observations réalisées par B. Béhague (INRAP), l’étude des ossements a permis d’identifier l’individu comme sujet adulte ou subadulte (étude réalisée par I. Souquet-Leroy (INRAP).

5La seconde « sépulture » est plus problématique, non fouillée dans le cadre du diagnostic, elle a simplement fait l’objet d’observations sommaires permettant l’identification des ossements. Ils ont été mis au jour dans une fosse conservée sur une profondeur de 0,60 m environ. Si aucune connexion n’a pu être observée, une logique anatomique a pu être constatée dans la position des os du fond de la fosse vers le haut (os du pied, membre inférieur, humérus, crâne). Une fouille devrait permettre de compléter les observations réalisées et de confirmer ou non qu’il s’agit bien d’une sépulture.

6Le diagnostic confirme l’occupation déjà attestée du secteur au Moyen Âge et durant la période gallo-romaine. Il permet, en outre, d’identifier une occupation plus précoce, présente au moins dès le premier âge du Fer.

7 (Fig. n°1 : Sépulture mésolithique ou néolithique en position assise)

8PONS-MÉTOIS Anne

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sépulture mésolithique ou néolithique en position assise

Fig. n°1 : Sépulture mésolithique ou néolithique en position assise

INRAP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sépulture mésolithique ou néolithique en position assise
Crédits INRAP (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne Pons-Métois, « Casseneuil – L’enclos Laborde », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7859

Haut de page

Responsable d'opération

Anne Pons-Métois

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals