Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201250 – ManchePortbail – Genestel

2012
50 – Manche

Portbail – Genestel

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Laurent Paez-Rezende
Notice rédigée avec Karine Chanson, Dominique Corde, Stéphanie Dervin, Magali Heppe et Laurent Vipard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

163191

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille s’est déroulée sur 7 500 m2 au cœur du secteur le plus dense de la ville « haute ». Localisée sur le littoral occidental du département de la Manche, face aux îles anglo-normandes, l’agglomération antique de Portbail est intégrée à l’organisation territoriale de la civitas des Unelles, peuple du Nord-Cotentin attesté par César durant la Guerre des Gaules comme appartenant aux tribus gauloises armoricaines, qu’il vainc et soumet en 56 av. J.‑C. Les signalements de vestiges gallo-romains y sont récurrents et réguliers depuis le début du xixe s. Ils se répartissent en deux secteurs distants de 800 m, l’un, situé en bordure immédiate du havre, autour de l’église Notre-Dame, l’autre plus étendu sur le plateau du village Saint-Marc et jusqu’au hameau de Gouey. Cette répartition, nettement illustrée par l’enregistrement des données dans la base « Patriarche » du Ministère de la Culture, alimente le débat sur l’existence d’une agglomération antique, constituée d’une ville haute à caractère résidentiel sur le plateau Saint-Marc, et d’une ville basse tournée sur une activité portuaire autour du havre.

Quelques traces antérieures à la période antique

2Les premiers signes d’une fréquentation des lieux se manifestent, en premier lieu, vers la fin de l’âge du Bronze ancien, aux alentours du xviie s. avant notre ère, sous la forme d’un vase dépourvu d’anse dont la forme renvoie à la deuxième série de la culture des tumulus armoricains. D’après C. Marcigny, ces vases étaient déposés avec des inhumations sous des tertres. Ici, aucune des inhumations présentes ne semble en relation avec ce vase et aucune trace d’un tel monument n’a été relevée.

3En second lieu, vers la fin de l’âge du Fer, probablement dans le courant des iie et ier s. av. J.‑C., une occupation semble investir le rebord de plateau, à l’intérieur d’une enceinte. Celle-ci est seulement marquée sur le site par un fossé au tracé curviligne qui a livré quelques fragments céramiques. Au xixe s., Duhérissier de Gerville imaginait, en ces lieux surplombant le havre et qu’il faisait fouiller, une « fortification celtique » sur laquelle la ville antique se serait posée, mais la fouille de 2012 ne livre aucun témoignage stratigraphique et chronologique d’une telle filiation. Entre cette enceinte gauloise, qui ne présente pas de caractères défensifs flagrants, et la préfiguration des développements urbains monumentaux gallo-romains, il existe à l’évidence un hiatus de près d’un siècle.

Les premiers aménagements (première moitié du ier s.)

4Précédant les constructions en dur, les équipements urbains les plus anciens prennent la forme de réseaux de fossés restituant un quadrillage orthogonal souple, d’orientation nord-est – sud-ouest et perpendiculaire. Il s’agit à l’évidence de la projection d’un plan d’urbanisme, qui connaît au moins deux phases successives. Dans la première, les fossés semblent composer des bandes de 15 m de large sur l’axe nord-est – sud-ouest à l’intérieur desquelles ne subsistent que des fosses, tandis que dans la seconde, les tracés perpendiculaires modifient la taille des espaces ainsi découpés et refondent l’orientation sur laquelle l’organisation des bâtiments maçonnés va ensuite s’appuyer.

5Un premier bâtiment maçonné de 9 m par 5 m est implanté à une vingtaine de mètres à l’est d’une batterie d’au moins trois fours à chaux, structures qui symbolisent le mieux cette période de construction du quartier.

La phase du monumental (milieu du ier s.-début du iiie s.)

6En retrait d’une voirie de galets d’axe nord-est – sud-ouest, l’une des rues (voie décumane) de l’agglomération, la fouille révèle quatre grands ensembles architecturaux mitoyens mais distincts, bien que fermés pour trois d’entre eux par une même façade arrière, longue de plus de 105 m. Le premier ensemble n’a été appréhendé que partiellement sur la bordure occidentale de l’emprise de la fouille. Un bâtiment à plan en L à deux refends maçonnés vient cerner une cour qui ne s’ouvre pas directement sur la voie. Le second ensemble occupe un grand tiers ouest de l’emprise. Il met en scène un vaste édifice de 33 m de long sur 12 m de large, compartimenté en quatre pièces et pourvu de contreforts. Vers l’ouest, le bâtiment s’adosse à une cour close sur trois côtés et ouverte au nord sur la voie. Cette cour partage une partie de sa façade ouest avec le premier ensemble. Au centre est de l’emprise, le troisième ensemble est constitué d’une « cour » de plus de 1 500 m2 et de plusieurs petites pièces flanquées le long des murs nord et sud-orientaux, au sein desquelles une pièce étroite suggère l’emplacement d’un escalier. À l’intérieur de la cour, deux petits bassins construits en tuiles et mortier hydraulique, dont l’un est relié à un petit système hydraulique souterrain, viennent agrémenter l’espace. De loin le plus vaste et le plus soigné, cet ensemble évoque l’architecture une grande domus à étage s’ouvrant sur un jardin. Les débris de dalles de schiste sciées, les fragments d’enduits peints polychromes et les rares morceaux de marbre blanc renseignent sur le soin des décors mis en œuvre dans les bâtiments de ce secteur. Éléments de tubulures, débris de pilettes et mortier de tuileau dans le remblai d’une ancienne carrière indiquent également la proximité d’un dispositif de chauffage par hypocauste voire d’un balnéaire.

7Sur la frange orientale, une fosse sépulcrale, recoupant l’enceinte gauloise, et une urne cinéraire reléguée dans l’un des dix dépotoirs postérieurs, matérialiseraient un espace funéraire en limite de l’agglomération. Dans la fosse, les restes d’une crémation sont déposés a priori sans conteneur. Ils sont accompagnés de cinq vases faisant office d’offrandes et sur lesquels se perçoivent des impacts de sacrifices rituels. Pour la même phase, un cerf est également inhumé dans ce secteur.

Fig. 1 – Détail d’un petit bassin d’agrément construit en moellons calcaires (ier-iiie s. apr. J.‑C.)

Fig. 1 – Détail d’un petit bassin d’agrément construit en moellons calcaires (ier-iiie s. apr. J.‑C.)

Cliché : L. Clouet (Inrap).

Fig. 2 – Bassin d’agrément construit en tuiles plates à rebords

Fig. 2 – Bassin d’agrément construit en tuiles plates à rebords

Cliché : Éva Bisson (Inrap).

L’expansion du quartier (iie-iiie s.)

8Par-dessus l’espace funéraire initial et les dépotoirs qui lui succèdent, un quatrième et dernier ensemble maçonné est implanté en un léger surplomb sur le quart nord-est des terrains. Mitoyen de la domus, il fonde néanmoins ses propres maçonneries en léger retrait d’une vingtaine de centimètres. Il s’agit d’un péristyle de 5 m de large dont le plan en quadrilatère dépasse les 30 m de côté. Du mur périmétrique ne subsiste que la trace linéaire des déchets de mortier et de moellons abandonnés dans la tranchée de récupération. En revanche, les fondations du portique sont encore partiellement en place et laissent entrevoir les points d’appui de la colonnade, sous forme de cubes de maçonneries espacés en moyenne de 2,5 m et profondément ancrés dans le sol, ainsi que les murs de liaison dont l’élévation devait s’apparenter à un parapet. En façade sud-est, une pièce de 7,5 x 3,5 m est adossée en exèdre au mur périmétrique. Elle fait face à un petit foyer en tuile, incorporé dans le soubassement du portique.

9L’espace ainsi délimité a livré, uniquement dans l’angle méridional, les fondations d’un autre portique à la configuration identique mais moins massive. La fonction de cette seconde colonnade, à laquelle ne correspond aucun autre élément architectonique cohérent, à l’exception d’une possible prolongation vers le nord-est sous la forme d’une série de quatre trous de poteau présentant le même intervalle que celui des ancrages maçonnés, pose question notamment en raison de son aspect partiel, pour ne pas dire inachevé, et d’une étonnante dissymétrie dans les espacements des points d’appui de la colonnade (2 m sur la ligne sud-ouest et 2,80 m sur la ligne nord-est). Dans ce secteur, l’arasement et l’absence d’élément chronostratigraphique obligent à envisager une série d’hypothèse : s’agit-il d’une première ébauche vite remplacée par la plus massive ou, a contrario, d’une réfection tardive mais avortée ? À moins que ces vestiges ne soient l’empreinte d’un bâtiment à colonnade presque entièrement effacé ou encore ceux d’un aménagement paysager à vocation décorative dans la cour ? La question reste ouverte d’autant que, sur un plan altimétrique, elle est associée à un petit bassin situé plus à l’ouest. Plus globalement, c’est la destination de tout cet ensemble qui souffre pour le moment d’une identification peu précise.

Du démantèlement à la reconversion du quartier (à partir du iiie s.)

10L’abandon des édifices du quartier se signale par l’implantation de bâtiments sur poteaux dans les « jardins » de la domus et la conversion du bassin central qui reçoit les restes de crémations d’animaux. Dans le même laps de temps, le démontage du bâtiment mitoyen de l’ensemble 2 est en cours. Des pans de murs arrachés sont basculés dans des fosses disposées de manière irrégulière le long la façade orientale. Loin d’être une ultime tentative d’embellissement par l’adjonction d’une galerie, ce dispositif a servi de socle pour l’étaiement du bâtiment, trahissant soit un renfort sommaire afin de « sécuriser » des pans de mur dans un état de délabrement avancé, soit un système de butons soutenant les échafaudages utilisés dans les activités de démontage. Dans les autres cours s’implantent également des constructions sur poteaux qui témoignent d’un habitat plus sommaire ou d’appentis liés au démantèlement de toutes les grandes architectures du quartier et conduisant à un arasement rapide et quasi systématique.

11Ce constat est avéré par la création d’un nouvel espace funéraire autour des vestiges du quatrième ensemble, qui vient notamment empiéter sur le mur nord-est de la grande domus. Le péristyle est peut-être encore partiellement en élévation puisque le mur périmétrique semble servir de guide à l’implantation des dix tombes à inhumation disposées en parallèle ou en perpendiculaire le long de celui-ci. L’une d’elle a révélé une architecture inédite pour la région. Installé sur le flanc nord-ouest d’un vaste et profond creusement de 2,20 x 1,30 m, le corps est placé dans un coffre en tuiles plates (tegulae), lui-même recouvert par un coffrage en bois. Une tuile-canal (imbrex) servait de coussin repose-tête et deux monnaies l’accompagnaient et devaient être posées à l’origine sur les yeux du défunt. Cette manifestation du rituel dit de « l’obole à Charon » est plus surement attestée par deux autres sépultures voisines, puisque les monnaies étaient en place dans les orbites oculaires des deux crânes. Au-dessus du cercueil, à l’aplomb de la tête du défunt, six tuiles canal sont agencées à la verticale pour former un conduit qui devait servir à la réalisation périodique de libations en son honneur. Les autres tombes n’en disposent pas et les architectures ne sont pas aussi travaillées. Elles témoignent d’une généralisation de l’inhumation en cercueil de bois dont ne subsistent bien souvent que les clous d’assemblage et au mieux l’empreinte plus sombre des planches. L’une d’elles était recouverte de dallage de schiste en remploi, aussi mis en œuvre dans la tombe voisine mais comme « repose-pieds ». La présence de monnaies est un caractère commun. Des vases complets en céramique sont déposés en offrande dans deux des tombes tandis que dans une autre, de la céramique brisée se trouvait sur le buste du défunt. Des dépôts de boucherie semblent associés aux trois tombes situées le long du mur sud-ouest du péristyle. Dans une fosse distincte de la tombe, mais à l’aplomb de chacun d’elles et à environ un mètre de distance, est déposé un crâne, ou seulement la mâchoire inférieure, voire un os long, et chaque dépôt correspond à un animal distinct : cheval, bœuf et porc ; autant de signes qui permettent de les interpréter comme des offrandes liées aux sépultures qu’elles côtoient.

12Des recoupements légers entre trois tombes, dont la plus insolite, signalent d’une part une pratique funéraire étalée dans le temps et d’autre part tendent à indiquer que la tombe à libations pourrait être l’élément fédérateur de ce groupe funéraire.

13Sur un plan chronologique, le mobilier funéraire oriente vers des inhumations du Haut-Empire, mais les interactions stratigraphiques tendent à les rejeter dans une phase postérieure et consécutive. Dans ce cas une reconversion de mobilier plus ancien reste envisageable, mais ce dilemme motive la mise en œuvre d’une série de datations radiocarbones sur quelques squelettes pour assurer le cadrage chronologique et valider la cohérence du groupe.

Fig. 3 – Coffrage de tuiles plates à rebords de la sépulture à libations

Fig. 3 – Coffrage de tuiles plates à rebords de la sépulture à libations

Cliché : D. Corde (Inrap).

Fig. 4 – Sépulture en cercueil avec offrande en céramiques

Fig. 4 – Sépulture en cercueil avec offrande en céramiques

Cliché : D. Corde (Inrap).

Des textes ?

14Dans l’un des dépotoirs situé dans les jardins de la grande domus, ont été découvertes six plaquettes de schiste gravées. A priori complètes, ces plaquettes d’une dizaine de centimètres de côté comportent des inscriptions recto-verso sous forme de lignes successives d’écriture en capitales cursives. Le déchiffrement est en cours dans l’espoir qu’ils ne s’agisse pas seulement de travaux d’entraînement à l’écriture mais de véritables textes qui permettront d’illustrer autrement l’histoire de cette ville.

Fig. 5 – Plaquette de schiste gravée de lignes d’écritures en majuscules cursives

Fig. 5 – Plaquette de schiste gravée de lignes d’écritures en majuscules cursives

Cliché : L. Paez-Rezende (Inrap).

15Après deux siècles d’observations et de découvertes régulières, dont il ne subsiste souvent que de trop légères descriptions et localisations approximatives, cette intervention a constitué la toute première opportunité de vérifier l’état des vestiges, et surtout d’appréhender sur une surface importante (presque un tiers de la surface estimée du périmètre urbain), l’organisation, la nature, la configuration et la chronologie des aménagements urbains de la ville antique de Portbail.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail d’un petit bassin d’agrément construit en moellons calcaires (ier-iiie s. apr. J.‑C.)
Crédits Cliché : L. Clouet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Bassin d’agrément construit en tuiles plates à rebords
Crédits Cliché : Éva Bisson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Coffrage de tuiles plates à rebords de la sépulture à libations
Crédits Cliché : D. Corde (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4 – Sépulture en cercueil avec offrande en céramiques
Crédits Cliché : D. Corde (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Plaquette de schiste gravée de lignes d’écritures en majuscules cursives
Crédits Cliché : L. Paez-Rezende (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/78635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Paez-Rezende, Karine Chanson, Dominique Corde, Stéphanie Dervin, Magali Heppe et Laurent Vipard, « Portbail – Genestel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/78635

Haut de page

Auteurs

Laurent Paez-Rezende

Inrap

Articles du même auteur

Karine Chanson

Dominique Corde

Articles du même auteur

Stéphanie Dervin

Articles du même auteur

Magali Heppe

Inrap

Articles du même auteur

Laurent Vipard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Paez-Rezende

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search