Navigation – Plan du site
2005

Moustier-Ventadour – Château de Ventadour

Responsable(s) des opérations : Christian Rémy, Laurent D'Agostino et Bernard Pousthomis

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122391, 122401 et 122403

Date de l'opération : 2005 (FP)

1Ventadour est le site castral éponyme d'une vicomté constituée pour un cadet des vicomtes de Comborn,  Ebles [l] - d'après Geoffroy de Vigeois (ca. 1180) - vers le milieu du XIe s., lorsqu'elle échoit aux Lévis.

2 On peut s'interroger sur le rôle qu'a pu jouer le château de Ventadour, qualifié de castellumen1117, pour les vicomtes et la vicomté. En effet, contrairement à leurs congénères Turenne, Rochechouart ou Limoges, les vicomtes de Ventadour ne semblent pas avoir fait de leur château éponyme leur « capitale » politique. Lorsque l'on reprend l'ensemble des chartes (connues) produites par les vicomtes, des origines jusqu'au XVIe s., et que l'on retient celles qui sont « localisées », on se rend compte qu'un certain nombre d'entre elles sont - certes - datées de Ventadour même. Mais, la ventilation chronologique - toute relative, compte tenu du faible nombre d'actes « localisés   - montre que le château éponyme a sans doute hébergé les vicomtes durant les premières décennies de son existence (jusqu'au début du XIIIe s.) et surtout durant le XVe s., où la présence à Ventadour est manifeste, avant même le contrat de reconstruction du grand logis (1455).

3En revanche, le XIVe s. montre une nette prédilection des vicomtes pour leur résidence de Davignac. D'autres actes sont passés dans les quatre principales villes de la vicomté : Ussel, Egletons, Meymac et Neuvic. On remarque, enfin, quelques séjours au château de Peyroux (c. Liginiac), qui semble avoir été un lieu apprécié, et qui a - à plusieurs reprises - servi de douaire à des vicomtesses ou d'apanage à des cadets. On peut observer que la documentation nous livre un XIIIe s. particulièrement mal documenté.

4Pour ce qui concerne les recherches sur site, les suivis archéologiques des travaux de restauration et la fouille programmée se complètent pour renseigner la construction et l'évolution du site castral.

5Ainsi les travaux de restauration engagés sur les murailles de la barbacane ont permis l'étude d'un pan important de rempart qui présente de nombreuses similitudes avec les autres courtines déjà étudiées : parements, technique de construction par tronçons verticaux, présence de mâchicoulis sur corbeaux, remploi dans le blocage d'éléments lapidaires provenant d'un édifice incendié, etc. Tous ces éléments renforcent l'idée d'une grande campagne de construction, à la charnière du XIIIe s. et du XIVe s.

6La situation du secteur sud-est, à la pointe de l'éperon, pouvait laisser penser à une occupation précoce dans l'histoire du site. Les résultats obtenus cette année semblent a contrario démontrer que la forme naturelle de l'éperon, une étroite arête rocheuse, était peu propice à l'installation d'une fortification d'ampleur, et que seuls des travaux de remblaiement considérables ont permis l'aménagement de constructions, et surtout de terrasses probablement mises en culture : seule l'extrémité sud-est de l'éperon semble avoir accueilli un bâtiment, dont les dispositifs architecturaux ne sont pas antérieurs au XVIe s.

7En revanche, les sondages et le suivi des travaux de terrassement dans le secteur de la tour carrée et de la poterne sud-est de la cour centrale ont permis de mettre en évidence le caractère très ostentatoire de la fortification tardi-médiévale de cette zone, et de découvrir des éléments attribuables à un premier bâtiment à contreforts partiellement chemisé dans l'épaisseur des maçonneries de la tour du XVe s., ouvrant de nouvelles perspectives de recherche concernant les phases anciennes de l'occupation du site.

8La découverte de ce qui semble avoir été la tour maîtresse du château à la fin du XIIe s. est sans doute une donnée essentielle et inédite acquise sur la morphologie et la chronologie du site castral.

9La poursuite de la fouille du corps de logis du XVe s. a fini de révéler l'ensemble du bâtiment, long édifice pourvu de deux cages d'escaliers polygonales sur cour qui desservent les salles en enfilade et l'étage. En outre, elle a confirmé une construction ex nihilodu bâtiment à l'exception de deux salles extrêmes : celle au nord-ouest semble utiliser pour mur-pignon un ancienne courtine, passablement remaniée sur une face lors de la construction d'une cheminée et d'un four domestique ; la façade côté ravin de la salle sud-est est en grande partie fondée sur une courtine du XIIIe s.-XIVe s. Enfin, seul le parement externe de la façade côté ravin est soigné, et sans doute destiné à rester apparent, contrairement aux autres maçonneries à l'appareillage médiocre qui devaient être couvertes d'un enduit.

10Des quatre salles qui composent le rez-de-chaussée de ce logis, une seule a perdu son pavement. Pour les autres, la qualité du sol semble refléter la fonction des lieux : tapis de carreaux de terre cuite pour la grande salle, dallage de granite en remplacement d'un sol carrelé usé pour une autre pièce et dallage de granite aménagé d'un écoulement d'évier pour la dernière.

11Bernard Pousthomis, ChristianRémy et Laurent D'Agostino

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Moustier-Ventadour – Château de Ventadour », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7880

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals