Navigation – Plan du site
2005

Résidences aristocratiques en Basse Manche limousine

Responsable(s) des opérations : Didier Delhourme
Notice rédigée par : Didier Delhourme

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122372

Date de l'opération : 2005 (PT)

1La campagne de recherches mise en œuvre en 2005 a concerné le canton de Saint-Sulpice-les-Feuilles, en limite nord-est du département de la Haute-Vienne, au contact de l’Indre au nord et de la Creuse à l’est. Ce canton, composé de neuf communes, constituait le dernier à étudier parmi les cinq cantons appartenant au territoire d’étude qui a été défini en 2001, au démarrage de la première campagne.

2Au terme du travail de recherches documentaires et de prospection de terrain, vingt-quatre édifices documentés ont pu être intégrés au corpus régulièrement enrichi depuis 2001, dont la moitié seulement comporte encore des élévations. La vaste commune d’Arnac-la-Poste, au sud, s’avère la plus riche (cinq édifices retenus), alors que dans celle de Saint-Georges-les-Landes, aucun édifice n’a été identifié.À l’issue de la dernière campagne de recherches, le corpus définitif des sites reconnus depuis 2001 s’établit donc à un total de cent cinquante-trois édifices retenus, dont soixante-dix-neuf comportant des vestiges observables. Près de la moitié des édifices étudiés est donc représentée par des sites de nature strictement archéologique.

3En corollaire au travail de terrain, le complexe dépouillement des sources écrites a permis d’éclairer d’un jour nouveau la genèse des sites repérés et de réexaminer la question des origines de la « Terre-aux-Feuilles » (Jean-Pierre Boucher). Cette vaste seigneurie, dans la mouvance de la vicomté de Brosse, tire son nom de la famille chevaleresque des « La Feuille », sans doute présente sur place dès les premières décennies du XIIIe s., et vraisemblablement plus tôt encore. Le fief semble s’être organisé précocement autour de six châteaux : « Jançay » et « Puylaurent » (Les Grands-Chezeaux), Mondon (Mailhac-sur-Benaize), Piégut et Lavau (Lavaupot) (Saint-Sulpice-les-Feuilles), et enfin Soulignac (Cromac). La dispersion patrimoniale des anciennes châtellenies semble amorcée dès le XIIIe s. ; entre le XIIIe s. et le XVIe s., la multiplicité des ayants droit sur la seigneurie est manifeste, mais peu à peu le lignage des Pot parvient à rassembler l’essentiel des droits relevant de l’ancienne « Terreaux-Feuilles ». En regard de cette origine commune, la prospection de terrain met en lumière une parenté forte des sites castraux concernés, dont la phase constructive la plus marquante semble s’établir autour des XIIIe s. et XIVe s., avant un abandon probable en tant que lieu de résidence (Jançay, Lavaupot) ou des remaniements tardifs et destructeurs (Soulignac, Mondon, Puylaurent). Ce corpus réduit pose à lui seul la question des modalités d’une mise en place volontariste, au cours du Moyen Âge classique, de véritables réseaux organisés de constructions fortifiées. L’étude mériterait ici d’être menée plus avant.

4Pour en revenir aux résultats de la campagne de recherches 2005, précisons que les catégories typologiques élaborées au cours des campagnes précédentes n’ont pas été remises en cause, les édifices repérés en 2005 s’insérant bien dans les schémas déjà présentés en 2001-2004. Il en est de même pour la terminologie utilisée dans les sources écrites pour désigner les édifices. L’ampleur des sites observés est fort variable : « le Seux » (Arnac-la-Poste) n’est ainsi qu’une plateforme fossoyée (dont l’état de conservation actuel est d’ailleurs préoccupant), alors que les châteaux de « Lascroux » (Cromac) ou la grande tour du château de « Loubignac » (Arnac-la-Poste) marquent encore le paysage de leur empreinte. À « Puylauren t», le site castral – dont le détail de l’organisation nous échappe – se développait à l’intérieur d’une vaste enceinte polygonale, aujourd’hui totalement arasée.

5De nouveaux indices des vastes campagnes de reconstruction engagées dans les années 1460-1480 ont également été collectés : ainsi à « Lavaupot », une mention de 1486 évoque le « chastel et place fort nouvellement bastieou lieu ou estoit ledit chastel fondu». De nouveaux fiefs émergent également au cours de cette période : en 1472-1474, est ainsi délivrée une autorisation royale de fortification du site de « la Goutte-Bernard » (Les Grands-Chezeaux), aujourd’hui passablement remanié (et doté d’un colombier de plan circulaire en bon état de conservation).

6On relèvera enfin le cas original du bourg des Grands-Chézeaux, où ont été repérées plusieurs demeures nobles : l’étude des sources écrites tendrait à montrer que l’on se trouverait ici dans un chef-lieu de châtellenie n’ayant jamais été équipé de château. Les droits, exercés par une poignée de coseigneurs, seraient issus de la seigneurie castrale de « Jançay », précocement démembrée. Le développement du bourg serait ainsi issu de l’exercice durable – en ce « terrain neutre » – de l’autorité judiciaire par les coseigneurs.

7Avant de conclure, on évoquera les résultats des premières analyses dendrochronologiques menées à terme par Christelle Bélingard sur trois édifices repérés lors des campagnes précédentes. Au « vieux château » du « Fraisse » (Nouic), la position relative des bois (poutres et solives) étudiés dans la chronologie moyenne du site ainsi que leurs caractéristiques anatomiques (aubier, cambium, etc.) ont révélé deux phases d’abattage, l’une des années 1488-1512, l’autre de 1524. La cohérence architecturale du logis nous incline à penser que les bois les plus anciens auraient pu être entreposés pendant plusieurs décennies avant leur mise en œuvre dans la construction – probablement terminée autour de 1525. Au château de « Beireix » (Blond), l’abattage des bois s’établit dans une fourchette (1573-1590) concordant avec la datation qui était proposée pour l’édifice, à l’exception d’une poutre datée de 1456 qui pourrait être un réemploi provenant d’un autre bâtiment. À « Rochelidoux » (Nouic), la position relative des bois dans la chronologie du site ainsi que leurs caractéristiques anatomiques (aubier, cambium etc.) tendent à montrer que la partie la plus ancienne du logis (à l’exclusion des vestiges du donjon des XIIIe s. et XIVe s.) est en place depuis la seconde moitié du XVe s. (abattage des arbres entre 1466 et 1487). La date fournie par l’analyse dendrochronologique est donc un demi-siècle plus jeune que la date proposée par l’étude des éléments d’architecture. Par ailleurs, les bois réemployés dans la reconstruction du porche appartiennent à au moins trois phases d’abattage étalées sur le XVe s. et le XVIe s. On peut espérer que les résultats – très riches – d’une telle campagne d’analyses contribuent à en montrer l’intérêt scientifique et à susciter le large développement de ces études sur le vaste corpus des édifices limousins, notamment dans le cadre des études menées sur ceux protégés au titre des Monuments historiques.

8À l’issue de cette dernière campagne de recherches, on ne peut que souligner l’intérêt, pour les périodes médiévale et moderne, de mettre en œuvre de telles campagnes de recherches – à la fois extensives, thématiques et étroitement liées à un travail sur les sources écrites. Les résultats obtenus nous semblent en effet avoir alimenté notablement la connaissance du patrimoine archéologique et architectural d’un secteur de confins jusqu’alors passablement délaissé, et d’en dresser un état sanitaire assez complet.

9Par ailleurs, le travail approfondi sur des archives très fragmentaires et dispersées a induit une meilleure compréhension des phénomènes historiques ayant présidé à la naissance et à l’évolution morphologique des sites repérés. Au final, on espère que notre recherche contribuera à un certain renouvellement des problématiques gravitant autour de l’habitat aristocratique (hébergements, hostels,repaires).

10 (Fig. n°1 : Cadastre de 1836, section C, quatrième feuille) et (Fig. n°2 : Château de Montmagner : façade sud-est, tour d’escalier)

11DELHOUME Didier

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Cadastre de 1836, section C, quatrième feuille

Fig. n°1 : Cadastre de 1836, section C, quatrième feuille

Auteur(s) : Gravelat, Claire (SRA). Crédits : Gravelat Claire SRA (2005)

Fig. n°2 : Château de Montmagner : façade sud-est, tour d’escalier

Fig. n°2 : Château de Montmagner : façade sud-est, tour d’escalier

Auteur(s) : (SRA). Crédits : SRA Limousin (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Cadastre de 1836, section C, quatrième feuille
Crédits Auteur(s) : Gravelat, Claire (SRA). Crédits : Gravelat Claire SRA (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. n°2 : Château de Montmagner : façade sud-est, tour d’escalier
Crédits Auteur(s) : (SRA). Crédits : SRA Limousin (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7884/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Didier Delhourme, « Résidences aristocratiques en Basse Manche limousine », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7884

Haut de page

Responsable d'opération

Didier Delhourme

SDA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals