Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201740 – LandesHaut-Mauco – Bidalot et Maouhum

2017
40 – Landes

Haut-Mauco – Bidalot et Maouhum

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Alexandra Hanry

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet déposé par la société SATEL pour la construction d’une technopole agrolandes, une évaluation archéologique a été réalisée par l’Inrap afin de déterminer si ce projet était susceptible d’affecter des éléments du patrimoine archéologique. En raison de contraintes environnementales liées aux zones humides, boisées et à la présence de faunes protégées, l’emprise du diagnostic archéologique est réduite au nord, en excluant les parcelles cadastrées C 284, C 163, C 447 et C 167 et réduisant ainsi la surface à évaluer à environ 163 254 m2, contre les 192 403 m2 préalablement demandés par la société SATEL. Pour ces raisons techniques et de sécurité, la partie accessible du projet a donc été réduite à environ 126 000 m2 (présence de réseaux HTA enterrés et aériens). Les sondages, couvrant une surface de 14 174 m2, ont été réalisés, soit 8,7 % de la surface prescrite après modification et 11,2 % de la surface accessible. L’occupation est dense (les . de l’emprise sont concernés) et attestée de la Préhistoire à l’époque moderne.

2Les indices les plus anciens se caractérisent par un « bruit de fond » d’objets façonnés relatifs au Paléolithique moyen et plusieurs locus datant du Paléolithique supérieur. Pour cette période, on retiendra la concentration de mobilier de la zone « médiane » de l’emprise du diagnostic (F1002, tranchée 1113) qui semble la mieux conservée (enfouissement moyen des vestiges à moins 1 m de la surface actuelle, au sommet des limons pléistocènes). Le locus est structuré autour de galets de quartzite oblongs aux surfaces planes de grande taille, associés à de nombreux éléments débités (jusqu’aux restes de taille inférieurs au centimètre). Les galets présentent de nombreux stigmates mécaniques sur une ou plusieurs surfaces planes. L’utilisation de ces artefacts comme billot ne s’arrête pas à cette fonction puisque d’autres traces sont visibles : percussion sur les extrémités étroites, broyage répété jusqu’à créer un méplat ou action abrasive créant une facette lisse et plane. Pour l’âge du Bronze moyen, une soixantaine de sondages livrent des concentrations de mobilier de densités irrégulières, réparties en quatre sous-ensembles. Elles sont chronologiquement cohérentes, toutes datées du Bronze Moyen II de type « médocain ». Une analyse multicritère tend à démontrer que le diagnostic a sans doute délimité une unité d’habitation complète, organisée en espaces d’activités domestiques dédiés. L’âge du Fer est également représenté par une aire funéraire qui s’exprime sous la forme d’un probable tertre renfermant trois fosses à crémation et de trois concentrations de mobilier plus épars (fosses et/ou mobilier écrasé en place). Enfin, les structures les plus récentes découvertes sur l’emprise du projet correspondent à des structures en creux d’époque moderne (xvie-xviie s. : seize tronçons de fossés et cinq fosses).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Hanry, « Haut-Mauco – Bidalot et Maouhum » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/79028

Haut de page

Auteur

Alexandra Hanry

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alexandra Hanry

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search