Navigation – Plan du site
2005

Saint-Angel

Responsable(s) des opérations : Jean-Pierre Colombain
Notice rédigée par : Jean-Pierre Colombain

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122350

Date de l'opération : 2005 (PR)

1Sur une commune comportant d'importantes zones forestières peu favorables, les indices préhistoriques - présence très clairsemée d'un outillage de lamelles et grattoirs, d'éclats en jaspe et silex, hache polie, pierre levée (menhir) - restent cantonnés au Néolithique ; en outre, deux ensembles de tertres funéraires, certains isolés, d'autres très rapprochés formant des tumulus allongés, sont à rattacher à la même période. Les quinze autres tertres localisés jusqu'à présent, de facture traditionnelle, appartiennent aux différents âges des métaux - les plus fréquents au deuxième âge du Fer - ainsi qu'à la période gallo-romaine.

2La romanisation du territoire de Saint-Angel est nettement marquée : indices (tuiles) de bâtiments arasés, entre autres à la Fabrie, Cussac, Plaziat, Puy des Fourches, céramique commune et sigillée décorée récoltée sur un tumuluspartiellement détruit (domaine du Faux) ; coffre funéraire de grand module (Cussac), meule en basalte (Beaune), sculpture en granite de main tenant une patère provenant d'une statue de probable divinité fragmentée par les travaux agricoles.

3Quatre tronçons fossilisés de voies de technique romaine s'ajoutent à l'inventaire. L'un d'eux prolonge la voie Lyon - Bordeaux déjà répertoriée au Pont de Pierre, deux autres sont des axes nord-sud dont l'un pourrait appartenir à une voie Le Mont - Dore-Limoges,   le quatrième étant parallèle à la voie Lyon - Bordeaux (situé plus au nord) est proche de l'actuelle RN 89, tout comme le tronçon de la zone des Roches déjà signalé.

4 Si l'église fortifiée demeure un site majeur de l'époque médiévale, la prospection a permis la découverte de l'emplacement de l'église arasée de Saint-Jean-Baptiste du Bouchaud, celui de l'église de Saint-Fréjoux le Pauvre restant à établir ; par ailleurs, a été mise en évidence la motte féodale de Murat placée au XIVe s. sous l'autorité de Pierre de Murat, seigneur de Saint-Angel. Deux croix seulement sont recensées, dont l'une présente une vierge à l'enfant au lieu du Christ. Cette rareté très inhabituelle peut s'expliquer par l'intensité des mouvements populaires locaux lors de la Révolution. Cette première approche de Saint-Angel a fourni plusieurs occasions d'élargir les recherches à des communes avoisinantes : Ussel (une nécropole gallo-romaine à la Goudounèche, une autre très vaste sur la butte de Montplaisir en partie seulement déjà explorée), Sornac (importantes ruines gallo-romaines), Palisse (motte féodale), Combressol (tertres funéraires d'époques différentes).

5Les investigations seront poursuivies sur tous ces sites, ainsi que sur les voies antiques et moulins de Saint-Angel, certaines zones à fort potentiel restant à approfondir.

6Jean-Pierre Colombain

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Colombain, « Saint-Angel », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7925

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Pierre Colombain

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals