Navigation – Plan du site
2005

Saint-Jean-Ligoure – Châlucet Haut

Responsable(s) des opérations : Sylvie Campech
Notice rédigée par : Sylvie Campech

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122382

Date de l'opération : 2005 (SD)

1Les deux opérations archéologiques menées en 2005 (en avril et en novembre) sur le château haut de Châlucet ont été orientées par les projets de restauration de l’architecte en chef des Monuments historiques : la poursuite du dégagement du chemin d’accès conduisant à la porte du château, la mise en sécurité de la barbacane. Ces travaux ont pour but de permettre une circulation libre du public dans ces espaces.

2 Le chemin d’accès

3Le chemin d’accès qui mène à la barbacane et à la porte du château est formé d’un revêtement dallé suivant une forte pente. Déjà reconnu lors d’interventions précédentes (en 2003 et 2004), il longe la façade nord du château et tourne vers le sud, au bas de la tour nord-est. Le sol de cet aménagement est construit majoritairement avec des blocs de gneiss, disposés de chant le plus généralement. Quelques éléments sont posés à plat, notamment sur les bordures. Ce chemin est délimité au nord par un large mur de 1,30 m, en pierres sèches, qui s’appuie contre la barbacane. On le suit le long de la rampe d'accès (au nord). Il forme angle avec la courtine orientale de la basse-cour du castrum qui longe et protège le chemin à l’est. Sa liaison avec l’enceinte se fait par un redan maçonné formant une brisure dans l’alignement du mur.

4Le mobilier ramassé dans les interstices des dalles de la rampe renseignent sur la période de fréquentation de ce chemin, soit du XIVe s. au XVIe s., ce qui semble confirmer l’abandon du château après son démantèlement en 1594.

5 La barbacane

6La fouille de la barbacane s’est achevée sur les niveaux d’occupation épandus à la surface de la terrasse de construction qui nivelle l’espace. La stratigraphie de ce secteur a été perturbée par différents évènements : l’effondrement de la courtine orientale qui a eu pour conséquence le glissement en contrebas du remblai de terrasse et des niveaux d’occupation; mais aussi divers travaux de terrassements mécaniques (1999, 2003) et manuels (2003, 2004) liés aux fouilles archéologiques précédentes et aux travaux de restaurations des murs écroulés.

7La surface de la terrasse intra murosconstituant la barbacane n’a fait l’objet d’aucun aménagement (en dehors du chemin d’accès). Au-delà de la voie pavée, on circulait directement sur le sol de terre. Cet espace correspond à une aire ouverte. Les seuls vestiges reconnus de construction sont un massif maçonné et un trou de poteau. Le premier, fortement arasé, s’appuie contre le soubassement du chemin de ronde qui court tout le long de la courtine. Ce massif carré de 1 m de côté n'a pas de fondation. Il est directement posé sur le remblai de terrasse. Sa mise en œuvre rapprocherait cette maçonnerie d’un support pour une structure légère, peut-être un escalier en bois ? Le trou de poteau, assez profond (0,11 m) pourrait contribuer à la mise en place de cette structure disparue. Distant de 1,30 m du massif, les pierres de calage sont encore conservées. Il calait un poteau de section rectangulaire (0,11 m x 0,08 m).

8Une fosse creusée dans le sol en terre a été dégagée. De forme circulaire et assez évasée (0,94 m de diamètre), elle est aussi assez profonde (0,26 m).

9Son fond est couvert de plaquettes de gneiss posées à plat suivant un assemblage concentrique autour d'un « axe » matérialisé par une plaquette centrale.

10Aucun résidu de l’activité liée à cette fosse n’était conservé ni sur le fond, ni dans son comblement. Sa fonction reste indéterminée.

11Un trou creusé dans la terrasse, contre le massif carré contenait un ensemble d’objets liés à la fabrication de monnaies. Plusieurs coins, trente-six flans, une monnaie pliée, des déchets de taille, une plaque d’alliage cuivreux (sorte de lingot) étaient enterrés dans ce trou de 0,26 m de diamètre et 0,23 m de profondeur.

12À quelques centimètres de la surface un ensemble de scories en grande quantité recouvrait des éléments et des déchets en alliage cuivreux. Dessous, au milieu du creusement, se trouvaient, regroupés, les coins collés entre eux par l’oxydation, posés sur le lot de flans au fond du trou. La monnaie associée pourrait dater le lot de la fin du Moyen Âge (XVe s.).

13L’étude de cet ensemble (actuellement en restauration) apportera des données nouvelles pour cette période d’occupation mal connue du château : frappe de monnaie officielle, fausse monnaie ? La raison de la cache d’un tel outillage reste tout aussi énigmatique (fabrication clandestine, insécurité, etc.).

14Des épandages sont restés piégés à la surface de la terrasse. Ils nous informent sur la dernière activité pratiquée sur ce sol avant son remblaiement. À l’angle nord de la barbacane, très localisés, sont conservés des épandages de matériaux de construction. Tout d’abord, on trouve du sable grossier de couleur ocre orangé identique à celui utilisé pour le liant des constructions de la barbacane. Au-dessus, s’amoncellent des éclats de taille de gneiss.  Ces derniers sont concentrés autour de deux empreintes de poteau laissés par l’amoncellement d’éclats de taille autour de leur base distante de 1 m. Ils pourraient être les marques laissées par un établi de maçon. À cet amas de cailloux, des pierres rangées suivant un « L », (alignements de 0,23 m à 0,33 m de large) ont été disposées devant l’atelier de taille.

15L’activité de maçonnerie reconnue sur le sol de terrasse est recouverte par un épais remblai (de 0,50 m à 0,20 m d’épaisseur). Sa mise en place s'effectue après l'arasement du massif carré (support d’escalier ?), et l'arrachement des dalles du chemin de ronde et de son soubassement. Il remplit les fosses et les trous de l’occupation antérieure. Ce remblai conserve à sa surface la dernière fréquentation de la zone. Le mobilier qu’il contient nous indique sa mise en place vers les XVe s.-XVIe s. La barbacane est alors mal entretenue voire partiellement détériorée (chemin de ronde). On a toutefois la volonté de niveler le secteur nord de la barbacane en recouvrant les maçonneries arasées et les déchets de chantier pour « faire propre ». Si rien ne prouve l’activité de fabrication de monnaie dans la cour de la barbacane, en revanche, l’atelier de taille de pierre apparaît évident au vu des vestiges conservés. La barbacane a servi d’aire de stockage de matériaux et d’aire d’activité de préparation des pierres. Ce qui semble étrange c’est qu’il s’agit de la dernière activité avant le remblaiement du secteur (de la fin du Moyen Âge). On en déduit que le chantier s’est arrêté, que les maçons sont partis et que l’espace encombré par des matériaux en déchets a été remblayé. Deux hypothèses sont  envisageables : soit ce chantier concerne des aménagements tardifs dans le château à une époque ou la barbacane n’a plus vraiment de fonction défensive ; ou bien, cette aire est en relation avec la récupération de matériaux de la barbacane, au moins sur les parties basses (chemin de ronde).

16CAMPECH Sylvie

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvie Campech, « Saint-Jean-Ligoure – Châlucet Haut », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7938

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvie Campech

HADES

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals