Navigation – Plan du site
2008

Melle – Paléométallurgies et expérimentations

Responsable(s) des opérations : Florian Téreygeol
Notice rédigée par : Florian Téreygeol

Texte intégral

Date de l'opération : 2008 (PC)

1La poursuite des travaux en archéologie expérimentale s’est faite selon les trois axes définis en 2007 : métallurgies extractives, métallurgies secondaires et les traitements de surface. Les résultats énoncés ci-dessous sont le fruit des travaux de dix équipes regroupant sept chercheurs et sept doctorants et deux post-doctorants montrant l’approche éminemment interdisciplinaire de ce travail qui regroupe des archéologues, des archéomètres, des restaurateurs et des historiens.

2De plus ces travaux expérimentaux se déroulant au sein d’une structure à vocation touristique et culturelle, ils donnent l’opportunité de présenter les recherches faites sur le site même sous le regard des visiteurs. Ils offrent également la possibilité de valoriser les opérations archéologiques qui sont à la base de ces expérimentations ainsi que le travail de laboratoire qui s’ensuit.

32008 a vu la seconde année d’utilisation de la plate-forme expérimentale sur le site des mines d’argent de Melle.

4Un important programme a pu être conduit réunissant plus une dizaine d’équipes. 

Coupellation du plomb argentifère, essai et grande coupellation

5(M.-P. Guirado, UMR 5060 IRAMA  – LMC).

6 La séparation du plomb et de l’argent reste l’opération la plus spectaculaire de la chaîne opératoire de production de l’argent. Les opérations expérimentales ont porté principalement sur la composition des soles des fours en usage au Moyen Âge et sur la fabrication de coupelles à partir de cendre de bois.

Les essais de minerai à partir des recettes médiévales

7(J. Gauthier, université de Mulhouse)

8 La réussite d’une exploitation minière dépend principalement de la qualité des minerais extraits. Afin de la contrôler, il est indispensable de tester régulièrement ces minerais. Les recettes médiévales reproduites durant la phase expérimentale sont destinées à être mises en relation avec les différents types de minerai issus tant des mines de Melle que de gisements européens comme étrangers.

Argenture et fausses monnaies

9(L. Beck, C2RMF et E. Alloin, PAIR)

10 La fausse monnaie est une activité lucrative autant que dangereuse. Les techniques mises en œuvre pour contrefaire la monnaie officielle sont variables. La pratique de l’argenture permet à moindre coût de répondre à la fabrication de fausses monnaies d’argent. Néanmoins, le dépôt de la pellicule d’argent pose question et a fait l’objet des recherches de cet été.

La dorure et le monnayage axoumite

11(M. Blet-Lemarquand, UMR 5060 IRAMAT – CEB)

12 Rares sont les monnayages officiels qui comportent un traitement de surface à base d’or. La minutie du dépôt de la couche d’or, sa précision témoignent ici d’une activité que l’on pourrait qualifier d’orfèvrerie. Pour mieux comprendre ce processus, sa reproduction était indispensable tant dans la phase de dépôt que pour celle de la frappe.

Le nielle et les objets d’arts antiques

13(D. Robcis, C2RMF) 

14 Le nielle est un alliage dont le soufre, le plomb et l’argent forment les constituants principaux. Il permet d’obtenir des décors noirs souvent posés en incrustation sur des supports d’argent. Des recettes antiques et médiévales nous sont parvenues et sont mises en œuvre pour aider d’une  part à la compréhension des textes mais également fournir des pistes de recherche en termes de restauration des objets d’art.

L’orichalque et la fabrication des sesterces

15(A. Gaffiero, IRAMAT – CEB)

16 L’orichalque, ou laiton, est employé dans l’Antiquité pour la fabrication de monnaies. Cet alliage de zinc et de cuivre a une belle couleur or lorsque la teneur en zinc est élevée. A mesure que des refontes ont lieu, il y a un départ du zinc qui modifie cette couleur. Cette perte d’un des deux composants de l’alliage fait l’objet de toute notre attention.

La frappe monétaire antiqu: l’exemple des drachmes

17(T. Faucher, université de la Sorbonne).

18 La quantification des quantités produites au sein des ateliers monétaires repose pour partie sur le postulat de la longévité des coins monétaires. Ce postulat conduit à fournir des ordres de grandeur concernant la circulation de la monnaie et son rôle au sein de l’économie antique. L’expérimentation proposée repose sur la reconstitution d’un atelier monétaire antique et sur la longévité d’une paire de coins. Engagée l’été dernier, cette approche quantitative s’est poursuivie lors de cette nouvelle session.

L’affinage du fer

19(C. Colliou, université de Rouen)

20 Il est maintenant relativement aisé de produire du fer à partir d’un minerai dans un bas fourneau. Les expérimentations sur la sidérurgie ancienne se tournent vers le traitement de la masse de fer au sortir du four : comment la chauffer, comment la mettre en forme pour espérer passer à l’étape de la forge ?

La fabrication des plombs de vitraux au XVIe s.

21(A. Texier, LRMH)

22 Au XVe  s., Antoine de Pise rédige un traité sur l’art du vitrail. Il y explique comment réaliser des moules métalliques pour couler les plombs de vitraux. Les premiers travaux réalisés en 2007 ont montré la pertinence de cette recette. La nouvelle série expérimentale a permis de réaliser des plombs exploitables dans le cadre de la restauration de vitraux anciens.

Séparer l’argent du cuivre : liquation et ressuage

23(M. L’Héritier, UMR 9956 LPS).

24 Une des révolutions techniques du XVe  s. a été de pouvoir enfin traiter les cuivres faiblement argentifères. Ce procédé connu sous le nom de liquation est reproduit afin de créer un référentiel utilisable dans le cadre d’une recherche sur les plombs architecturaux des monuments gothiques de l’Est de la France.

Monnaie martelée, monnaie laminée.

25 (F. Téreygeol, UMR 5060 IRAMAT – LMC)

26 Dans la chaîne de production de la monnaie, l’introduction du laminoir va bouleverser les techniques de fabrication de la monnaie. Cette innovation apparaît au milieu du XVIe  s. La reproduction de la chaîne de production de la monnaie selon les deux procédés (par martelage et par laminage) s’inscrit dans les recherches sur la structures des alliages pour mieux apprécier la diffusion de ce procédé au sein des ateliers monétaires du royaume du France.

27TÉREYGEOL Florian

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Florian Téreygeol, « Melle – Paléométallurgies et expérimentations », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/796

Haut de page

Responsable d'opération

Florian Téreygeol

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals