Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201219 – CorrèzeSaint-Rémy – Les Fonts

2012
19 – Corrèze

Saint-Rémy – Les Fonts

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Fabien Loubignac

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

123213

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Texte intégral

1Le site antique « des Fonts » a été décelé en 2009 lors de travaux forestiers. De petits sondages ponctuels ont été alors réalisés pour évaluer le potentiel archéologique du site, appréhender son état de conservation général et récolter des éléments de datation. Cette petite intervention a pu montrer que nous étions en présence d’un habitat complexe, étendu et structuré, probablement en liaison avec une voie antique bordant l’occupation. Tous ces éléments ont conduit à une opération de sondage plus étendue. Un projet d’intervention s’est donc cristallisé autour de ce site dans le cadre d’une collaboration entre différents partenaires, notamment en réunissant des étudiants et professeurs en archéologie des universités de Limoges et de Clermont-Ferrand ainsi que des acteurs de l’archéologie opérant dans différents organismes professionnels (dans le cadre du centre d’histoire « Espaces et Cultures » - CHEC, EA 1001).

2Les sondages, qui ont été engagés durant l’été 2012, avaient pour objectif de confronter les hypothèses actuelles liées à la forme que prend l’habitat rural antique en moyenne montagne dans le Massif Central avec les vestiges mis au jour à Saint-Rémy. A priori, le site semblait correspondre à un habitat éclaté de grande dimension ancré sur plusieurs zones humides, ces éléments corroborant les observations établies en partie pour les occupations antiques dans ce contexte géographique.

3Le site archéologique « des Fonts » est implanté sur un petit plateau irrigué par plusieurs sources (le toponyme est évocateur). Deux d’entre elles, captées aujourd’hui, alimentent toujours la commune en eau potable. Trois limites de communes se rejoignent ici, dont l’une appartient au département de la Creuse. À l’est, un chemin forestier orienté nord/sud matérialise cette limite. Celui-ci, toujours en service, relie Ussel à La Courtine. Il pourrait s’agir d’une voie antique, comme semble l’attester une chaussée, encore très bien conservée dans la forêt de Mirambel, au sud-est de la commune de Saint-Rémy.

4Les sondages nos 3, 5 et 6 (fig. 1) sont relativement espacés et de petites dimensions. Ils ont néanmoins permis de mettre en évidence des éléments qui semblent appartenir à un seul et même bâtiment. Celui-ci s’implante sur une grande plate-forme dominant une source à l’ouest. Ses dimensions supposées sont de 39 m de longueur pour 34 m de largeur. Il possède des murs d’une soixantaine de centimètres d’épaisseur qui reposent sur des substructions dont la largeur oscille entre 70 et 80 cm. Les moellons de granite sont joints par un mortier de mauvaise qualité, essentiellement constitué de terre.

Fig. 1 – Localisation des sondages

Fig. 1 – Localisation des sondages

Topographie : C. Luzet (Éveha) ; mise au net : F. Loubignac (Éveha).

5Lors de la fouille, nous avons pu remarquer de très nombreuses récupérations de matériaux. L’élévation conservée est faible. Quelques observations ont toutefois pu être faites. Par exemple, dans le sondage 6, où ne subsiste que le radier, une préparation de sol, plus fine et correspondant aux vestiges d’un sol interne, a pu être reconnue. Dans le sondage 3, deux carreaux de deux pilettes provenant d’un hypocauste étaient encore visibles sur l’area (fig. 2).

Fig. 2 – Vue du sondage no 3

Fig. 2 – Vue du sondage no 3

Cliché : F. Loubignac (Éveha).

6Avant d’implanter le bâtiment, il apparaît que la terre végétale a été enlevée à l’échelle du bâtiment (rien n’exclut que ce travail ait pu être fait aussi sur une zone beaucoup plus importante). En effet, les murs sont posés, ou très légèrement ancrés, sur le substratum. Des remblais, constitués d’arènes, de blocs de granite, de fragments de tuiles etc., ont ensuite été compactés de part et d’autre des murs. Des déblais de démolition de bâtiment(s) antérieur(s) ont donc été utilisés pour permettre cet aménagement. On observe également que les niveaux internes du bâtiment sont surélevés par rapport aux niveaux de circulation externes, peut-être dans le but de mettre en valeur le bâtiment. Dans le sondage no 3, un niveau rubéfié, sur lequel repose une épaisse couche de charbons, vient s’associer aux vestiges d’un praefurnium. La voûte de ce dernier est encore visible dans le mur. Elle donnait accès à l’hypocauste pour y diffuser la chaleur. La vocation de ces aménagements reste difficile à définir, mais l’idée que nous puissions être en présence de la partie thermale de l’habitat est tout à fait envisageable. La présence de la source, située juste en contrebas, pourrait conforter cette hypothèse.

7Certains éléments laissent présumer une construction de qualité (fragments d’enduits peints, morceaux de verre à vitre, etc.). Cependant, le mobilier découvert in situ est constitué majoritairement de fragments de tuiles. L’étude en cours de la céramique indique que l’occupation ne semble pas s’étendre au-delà du iiis. apr. J.‑C. Plusieurs prélèvements, destinés à une étude paléoenvironnementale, feront l’objet d’un travail ultérieur.

8S’il est prématuré d’établir des comparaisons avec des habitats liés à la moyenne montagne dans le Massif Central, quelques observations concernant le site sont possibles. Tout d’abord, il convient de constater, contrairement à ce que nous attendions, que le site n’est pas formé de bâtiments modestes épars, implantés de façon lâche autour de sources. Il semble au contraire que plusieurs édifices, dont les dimensions et caractères nous échappent, s’organisent autour d’un grand bâtiment placé à proximité d’une source et en retrait d’une voie située à quelque 100 m en allant vers le nord-est. Cinq à six bâtiments ont été perçus dans un rayon de 500 m, mais il n’est pas exclu qu’il puisse en exister d’autres.

9Ces sondages ne permettent pas de caractériser l’occupation précisément. Il s’agit probablement d’une station routière au sens large du terme : villa, mansio, taberna, etc. Pour comprendre son caractère fonctionnel, il conviendrait probablement d’aborder cette question sous l’angle de la spatialisation des données, à une plus petite échelle. Nous sommes effectivement le long d’un axe de circulation antique, dont le tracé est relativement clair sur une vingtaine de kilomètres, qui semble avoir fédéré des implantations le long de son parcours de part et d’autre de la voie (prospections pédestres). Une prospection affinée de l’ensemble de ce tracé, liée à quelques nouveaux sondages sur le site, permettrait certainement de proposer un modèle d’occupation pour l’ensemble du secteur de la commune traversée par la voie et, ainsi, la nature de l’occupation du site « des Fonts » serait précisée.

Haut de page

Bibliographie

Loubignac F. 2012 : Saint-Rémy, Corrèze (19), Les Fonts, rapport de sondage, Limoges, SRA Limousin, 111 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des sondages
Crédits Topographie : C. Luzet (Éveha) ; mise au net : F. Loubignac (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Fig. 2 – Vue du sondage no 3
Crédits Cliché : F. Loubignac (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Loubignac, « Saint-Rémy – Les Fonts » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/79613

Haut de page

Auteur

Fabien Loubignac

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Loubignac

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search