Navigation – Plan du site
2005

La châtaigneraie limousine – Construction, fonctionnement et reconversion d’un territoire forestier du Néolithique à nos jours

Responsable(s) des opérations : Philippe Allée
Notice rédigée par : Philippe Allée

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122375

Date de l'opération : 2005 (PC)

1Problématique

2Ce projet de recherche s’inscrit dans un courant scientifique en plein essor depuis quelques années : celui de l’archéologie forestière. Rassemblant archéologues et historiens, géographes et forestiers, écologues et paléobotanistes, l’archéologie forestière associe, tout à la fois, archéologie en forêt et archéologie de la forêt. Si, depuis une quinzaine d’années, de nombreuses recherches ont été entreprises sur les grandes forêts domaniales du nord et de l’est de la France et sur les forêts montagnardes des Pyrénées, rares sont les travaux conduits dans le Massif central. C’est dans ce contexte scientifique que ce projet collectif de recherche, consacré à la châtaigneraie limousine, a été engagé en 2005. Il a pour objectif l’étude archéologique et géohistorique d’un territoire forestier. Il s’agit d’aborder, de façon globale et diachronique, la construction, le fonctionnement et les multiples reconversions d’un anthroposylvosystème.

3Située aux confins du Limousin, du Périgord et du Pays charentais, sur les lignes de hauteurs qui séparent les bassins hydrographiques de la Loire et de la Dordogne, la châtaigneraie limousine est un territoire forestier dont la forte identité s’est construite autour d’un arbre emblématique : le châtaignier. Son étymologie s’explique par le rôle fondamental que cet arbre a joué, dans le passé, dans l’économie régionale: fonction vivrière des châtaigneraies fruitières et fonction proto-industrielle des taillis monospécifiques.

4Cependant, au-delà de cette éponymie, la châtaigneraie limousine est un territoire forestier original, dont l’histoire complexe se devine dans ses paysages actuels. Il s’agit d’un massif forestier hétérogène et morcelé, formé d’une mosaïque mêlant espaces boisés (futaies anciennes de feuillus et jeunes futaies résineuses ; taillis de chênes, de charmes et de châtaigniers ; accrues multiformes, etc.) et espaces agricoles (dont des châtaigneraies fruitières).

5Ces forêts conservées, remodelées, créées ex nihiloà partir d’essences introduites plantées ou régénérées par accrues spontanées traduisent une longue et complexe histoire des relations homme-forêt. La mobilité spatiotemporelle des espaces forestiers et de leurs lisières témoigne d’abord du long antagonisme historique entre défrichement agricole et domaine boisé. Quant aux sylvofaciès, leur diversité s’explique par les multiples fonctions passées et actuelles de la forêt : fonction vivrière (forêt usagère et fruitière) ; fonction domestique (affouage et bois de construction) ;  fonctions proto-industrielle (demande en charbons de bois des forges et des tuileries régionales ; alimentation en  tannin des mégisseries) et artisanale (production de piquets et de feuillards pour les vignobles du Sud-Ouest) passées ; fonction industrielle plus récente (consommation de la forêt résineuse par les industries de la pâte à papier et du bois).

6L’étude des relations séculaires complexes entre les hommes et la forêt est donc au centre de la problématique de ce projet collectif de recherche. Dans ce travail d’archéologie forestière, la forêt n’est pas appréhendée comme un écosystème naturel modifié par l’homme, mais comme un véritable anthroposystème produit et géré par l’homme, territoire approprié, enjeu économique et politique, objet de réglementation et de conflit, espace de projection mentale et d’identification.

7Ce programme de recherche pluridisciplinaire associe archéologues du service régional de l’Archéologie du Limousin et de l’association Archéa, paléoenvironnementalistes, historiens, géographes et linguistes de l’université de Limoges et forestiers du Centre régional de la production forestière.

8Les sources documentaires utilisées sont variées. Elles associent des archives naturelles (tourbières, banquettes agricoles, sols enterrés, etc.), archéologiques (sites d’habitats et sites proto-industriels, charbonnières, etc.), historiques (archives cadastrales, cartes, registres, textes, etc.) et actuelles (imagerie satellitale, bases de données forestières, etc.). (Fig. n°1 : Les principaux sylvofaciès de la châtaigneraie limousine et leurs fonctions dominantes actuelles et passées)

9 Méthodologie

10Dans sa plus grande extension spatiale (définition IFN), la châtaigneraie limousine occupe une superficie de 7 179 km². Impossible, bien évidemment, de travailler de façon exhaustive sur un territoire aussi vaste. Pour résoudre cette difficulté méthodologique, une démarche multiscalaire par emboîtement a été retenue. Les recherches sont organisées en trois ateliers de travail combinant méthodes et échelles spatiotemporelles variées selon une logique de zoom. On passe ainsi, progressivement, d’une démarche extensive mais exhaustive, menée sur l’ensemble du territoire forestier, à une approche intensive mais spatialement fragmentée, réalisée sur de petites unités territoriales représentatives.

11Dans un souci d’organisation du travail en équipe et afin de valoriser l’ensemble des bases de données utilisées, un SIG de grande envergure, multithématique, est mis progressivement en place. L’élaboration d’un tel outil permet d’avoir une gestion structurée de toutes les données disponibles et d’en réaliser une analyse spatiale de façon automatisée. La mise en système de la base de données « Châtaigneraie limousine » est un préambule nécessaire à la conduite d’une approche systémique par emboîtement d’échelle et d’une analyse territoriale multithématique.

12Les travaux engagés au cours de l’année 2005 ont permis de valider problématiques et méthodologies ainsi que d’apporter quelques premiers résultats. Les trois ateliers de travail, correspondant aux trois niveaux scalaires emboîtés, sont présentés succinctement dans la carte ci-contre. (Fig. n°2 : Trois ateliers de travail selon un emboitement de trois échelles spatiotemporelles)

13ALLÉE Philippe

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Les principaux sylvofaciès de la châtaigneraie limousine et leurs fonctions dominantes actuelles et passées

Fig. n°1 : Les principaux sylvofaciès de la châtaigneraie limousine et leurs fonctions dominantes actuelles et passées

Auteur(s) : Allée, Philippe (SUP). Crédits : Allée Philippe SUP (2005)

Fig. n°2 : Trois ateliers de travail selon un emboitement de trois échelles spatiotemporelles

Fig. n°2 : Trois ateliers de travail selon un emboitement de trois échelles spatiotemporelles

Auteur(s) : Allée, Philippe (SUP). Crédits : Allée Philippe SUP (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Les principaux sylvofaciès de la châtaigneraie limousine et leurs fonctions dominantes actuelles et passées
Crédits Auteur(s) : Allée, Philippe (SUP). Crédits : Allée Philippe SUP (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. n°2 : Trois ateliers de travail selon un emboitement de trois échelles spatiotemporelles
Crédits Auteur(s) : Allée, Philippe (SUP). Crédits : Allée Philippe SUP (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Allée, « La châtaigneraie limousine – Construction, fonctionnement et reconversion d’un territoire forestier du Néolithique à nos jours », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7985

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Allée

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals