Navigation – Plan du site
2005

Morphologies et mutations du castrum, l'exemple du Limousin (Xe-XIVe s.)

Responsable(s) des opérations : Christian Rémy
Notice rédigée par : Christian Rémy

Texte intégral

Date de l'opération : 2005 (PC)

1L’objectif du PCR est de mieux connaître les réalités castrales régionales antérieures à la guerre de Cent ans, à partir d’exemples pris sur la bordure nord-ouest du Massif central : Corrèze, Creuse, Haute-Vienne. L’idée est de rassembler une documentation variée sur un certain nombre de sites et de mutualiser le travail mené par les uns et les autres pour mieux harmoniser les approches et les questionnements. L’une des ambitions de l’équipe est de déterminer la place du Limousin dans les schémas connus depuis des décennies et qui tendent à opposer au château de la France du Nord le castrum populatum du Midi ; en clair, dégager une sorte de faciès limousin du castrumà partir de l’étude des morphologies castrales et de l’organisation de l’habitat (système d’enclos, parcellaire, caractéristiques structurelles et monumentales de l’habitat castral), de la gestion des pouvoirs seigneuriaux (avec notamment la question de la co-seigneurie) et de l’emprise de la milicia sur l’espace du castrum(avec la question de la concentration ou de la dissémination des hôtels nobiliaires).

2La fourchette chronologique allant des origines (Xe s. à préciser) à la guerre de Cent ans (mais souvent les sources écrites des XVe s. et XVIe s. sont sollicitées) doit permettre de capturer le phénomène castral dans ses phases de mise en place puis de maturité. La reconversion des castra à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne ainsi que le thème des forts villageois, pas directement pris en compte, ne seront pas totalement délaissés. En effet, la grande mutation des sites avec la dislocation des milicie castri,au cours du XIVe s. pour l’essentiel, sera appréhendée par certains dossiers monographiques.

3 Cette première année a permis à une équipe resserrée de travailler à l’établissement d’un corpus de sites à partir de fiches standardisées : celles-ci permettent  de faire le point sur les potentialités documentaires de chaque castrumtout en constituant une ébauche d’inventaire. Une vingtaine de castraont ainsi été évalués et pourront être étudiés de façon plus détaillée à l’avenir. À partir de ce corpus, quatre dossiers monographiques ont fait l’objet de recherches plus approfondies : Curemonte, Gimel, Malemort (Corrèze), Pierre-Buffière (Haute-Vienne). D’autres sont en gestation et devraient pouvoir prendre forme l’année prochaine.

4Le travail a consisté à exploiter les ressources archivistiques disponibles, les informations topographiques, parcellaires et monumentales pour tenter de restituer l’organisation castrale antérieure à la guerre de Cent ans et établir des plans de natures différentes (relevé topographique, relevé de structures, schéma d’interprétation). Ces quatre dossiers s’enrichiront bien évidemment des informations complémentaires qui pourront être trouvées comme de la mise en perspective avec d’autres sites qui feront l’objet d’études approfondies les années suivantes.

5Parmi les éléments marquants qui ressortent de ces quelques dossiers monographiques, tous consacrés à des sites perchés, on peut signaler la fréquence du dédoublement sémantique entre une entité haute (appelée castrum superius)et une entité basse (appelée castrum inferior)qu’il n’est pas toujours aisé de restituer dans l’espace topographique (Curemonte, Gimel, Pierre-Buffière). En effet, ni la situation dans le relief, ni la co-seigneurie, ni la hiérarchie des pouvoirs ne suffisent à expliquer de manière générique ce phénomène que l’on retrouve dans plusieurs autres castra limousins (et périgourdins et auvergnats d’ailleurs). Dans le cas de Pierre-Buffière, l’enquête a permis de bien mettre en relation l’évolution terminologique avec les mutations de l’espace castral au cours des XIIIe s.-XVe s.

6On peut aussi remarquer une certaine mixité sociale de l’habitat dans plusieurs de ces sites et ce bien avant la fin du Moyen Âge. Le cas est manifeste à Pierre-Buffière, ainsi qu’à Curemonte et à Gimel semble-t-il. Mais ne s’agit-il pas là d’une première évolution de l’organisation de l’habitat et des prémisses de l’évaporation des milicie castrihors de l’enclos aristocratique ? En tout cas, il semble d’ores et déjà acquis que les castralimousins présentent des structurations de l’habitat variables : ni le type castrum populatum,ni le processus de « bourg castral » n’apparaissent ici systématiques. La co-seigneurie n’a été que temporaire à Pierre-Buffière, mais beaucoup plus durable à Curemonte, Gimel et Malemort

7Ces questions mériteront d’être affinées à partir d’un échantillon de sites plus important.

8  (Fig. n°1 : Plate-forme sommitale, bloc avec contrefort appartenant à une construction démantelée (mire de 1 m)) et (Fig. n°2 : Plan archéologique du castrum: détail)

9Pour l’équipe, Christian Rémy

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plate-forme sommitale, bloc avec contrefort appartenant à une construction démantelée (mire de 1 m)

Fig. n°1 : Plate-forme sommitale, bloc avec contrefort appartenant à une construction démantelée (mire de 1 m)

Auteur(s) : Rémy, Christian. Crédits : Rémy Christian (2005)

Fig. n°2 : Plan archéologique du castrum: détail

Fig. n°2 : Plan archéologique du castrum: détail

SID-Beaulieu s/Dordogne (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plate-forme sommitale, bloc avec contrefort appartenant à une construction démantelée (mire de 1 m)
Crédits Auteur(s) : Rémy, Christian. Crédits : Rémy Christian (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. n°2 : Plan archéologique du castrum: détail
Crédits SID-Beaulieu s/Dordogne (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christian Rémy, « Morphologies et mutations du castrum, l'exemple du Limousin (Xe-XIVe s.) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7988

Haut de page

Responsable d'opération

Christian Rémy

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals