Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201223 – CreuseSaint-Dizier-Leyrenne – Murat « l...

2012
23 – Creuse

Saint-Dizier-Leyrenne – Murat « les Tours »

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Philippe Racinet

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

123174

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Picardie

Texte intégral

1À la demande du SRA, nous avons procédé à une campagne de relevés topographiques sur un éperon rocheux, situé au nord-ouest du village de Murat, à la confluence entre le Taurion et la Leyrenne (fig. 1). Ce petit village est implanté sur un plateau dominant la confluence. Le site étudié (fig. 2) se trouve à 100 m au nord-ouest, sur le promontoire rocheux formé par les deux rivières, qu’il surplombe de 20 m.

Fig. 1 – Plan topographique

Fig. 1 – Plan topographique

Topographie et DAO : P. Racinet (université de Picardie).

Fig. 2 – Cadatres dit napoléonien, section D3 de Murat

Fig. 2 – Cadatres dit napoléonien, section D3 de Murat

Exemplaire des AD Creuse.

2Ce promontoire triangulaire est barré, au sud-est, par un fossé qui sépare l’éperon du plateau où sont installés le village et la chapelle médiévale. L’élément dominant du promontoire est une butte sub-quadrangulaire de 22 m de côté avec talutage périphérique qui délimite une plate-forme sommitale d’environ 500 m2 (fig. 3). La dénivellation totale entre la pointe du promontoire et le sommet de la butte avoisine les 12 m. Au sud-est, l’espace compris entre cette butte et le fossé de barrage d’éperon, long d’une cinquantaine de mètres (environ 1 500 m2), est peut-être occupé par une basse-cour extérieure. Au nord-ouest, la pointe de l’éperon est séparée de la butte par un fossé taluté, large de 4 m. Après une pente assez raide, renforcée par le talus du fossé, on note un aplanissement du relief sous la forme d’un triangle d’environ 250 m2, surface qui semble suffisante pour établir au moins un petit bâtiment.

Fig. 3 – Projection 3D vue du nord

Fig. 3 – Projection 3D vue du nord

DAO : P. Racinet (université de Picardie).

3Nous pourrions donc être en présence d’un castrum (fig. 4) composé d’une butte protégée par deux fossés, avec un espace inférieur pouvant faire penser à une basse-cour de dimensions réduites. Cet éperon de confluence et de méandre se trouve dans la même configuration topographique que le Dognon et dans la même position que le Dognon et Peyrusse.

Fig. 4 – Le promontoire vu du nord

Fig. 4 – Le promontoire vu du nord

Cliché et DAO : P. Racinet (université de Picardie).

4Si la topographie signale d’une manière forte l’existence d’un castrum ou d’une résidence fortifiée à cet endroit (fig. 5), nous ne pensons pas qu’il puisse appartenir à la vague traditionnelle d’édification des châteaux à motte. En effet, aucune source documentaire ne fait directement référence à une implantation castrale à Murat. En revanche, deux indices d’une occupation précoce du territoire de Murat peuvent être énoncés. La base de données Patriarche mentionne des vestiges gallo-romains retrouvés en prospection terrestre sur le plateau et Jacques Roger (SRA Limousin) signale un sarcophage retrouvé au xixe s. à Murat, qui se trouverait actuellement à l’abbaye du Palais. Par ailleurs, quelques maigres indices plaident en faveur d’un statut particulier de Murat. Par son testament de 1248, Hugues X de Lusignan donne à l’abbaye du Palais 20 sous de rente annuelle sur la « prévôté » de Murat. Si ce terme n’a rien en soi qui puisse étonner, le fait que ce puissant seigneur soit possessionné à cet endroit n’est peut-être pas anodin.

Fig. 5 – Hypothèse et perspectives

Fig. 5 – Hypothèse et perspectives

DAO : P. Racinet (université de Picardie).

5Aurions-nous un castrum alto-médiéval ou carolingien, disparu avant l’An Mil, ou encore un peu plus tardivement, pour un autre site castral ? Il convient de rechercher des cas similaires chronologiquement et topographiquement, ce qui n’a rien d’évident, et aussi des indices permettant d’attribuer ce statut de castrum au site de Murat.

6En ce qui concerne les perspectives, il serait plus rentable de procéder à des sondages avant de réaliser la suite du levé topographique. Cela permettrait de savoir, d’une manière indubitable, si nous avons bien affaire à un castrum tout en précisant sa chronologie. En effet, comme le déclarait déjà G. Fournier en 1962, « il est parfois impossible de distinguer les sites défensifs préromains de ceux qui furent aménagés à la suite des invasions barbares. L’éperon barré, le plateau isolé, la grande enceinte artificielle s’appuyant ou non à un accident du sol se rencontrent dans l’une ou l’autre période » … sans parler des réutilisations !

Haut de page

Bibliographie

Racinet P. 2012 : Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse), Murat, rapport de sondage archéologique, Limoges, SRA Limousin, 51 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique
Crédits Topographie et DAO : P. Racinet (université de Picardie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 2 – Cadatres dit napoléonien, section D3 de Murat
Légende Exemplaire des AD Creuse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 3 – Projection 3D vue du nord
Crédits DAO : P. Racinet (université de Picardie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 4 – Le promontoire vu du nord
Crédits Cliché et DAO : P. Racinet (université de Picardie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5 – Hypothèse et perspectives
Crédits DAO : P. Racinet (université de Picardie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Dizier-Leyrenne – Murat « les Tours » » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/79923

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search