Navigation – Plan du site
2005

Limoges – Rue du 20e Régiment des Dragons

Responsable(s) des opérations : Christophe Maniquet
Notice rédigée par : Christophe Maniquet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122282

Date de l'opération : 2005 (EX)

1La volonté de construire un nouvel immeuble d'habitation à l'emplacement de deux espaces non bâtis qui ont servi récemment de parkings de surface à l'angle des rues du 20e régiment de Dragons et de l'Hôpital (parcelle HS 431), à Limoges, a donné lieu à une intervention de reconnaissance archéologique préalable. Le projet de construction n'était pas encore bien défini au moment de l'intervention archéologique. Seule son emprise était connue, occupant la totalité de la parcelle HS 431. Cette parcelle était composée en fait de deux terrains de forme grossièrement carrée (de près de 18 m de côté) aménagés en terrasses horizontales. Le terrain oriental était à 1,20 m en contre-haut du terrain situé à l'ouest. Un immeuble d'habitation sera vraisemblablement implanté à cet emplacement. Il s'appuiera à l'est contre un autre immeuble construit récemment, à l'emplacement duquel seules quelques observations archéologiques sommaires avaient été faites par Jean-Pierre Loustaud en 2002. Au nord et à l'ouest, il donnera sur les rues du 20e régiment de Dragons et de l'Hôpital et au sud sur la cour de l'école Edouard-Herriot. Ce bâtiment sera fondé sur un parking enterré ouvert sur la rue de l'Hôpital. Le fond de ce sous-sol devrait se situer à environ 1,30 m de profondeur par rapport à la surface du terrain oriental et donc à près de 2,50 m de profondeur sous la surface de l'espace occidental.

2Le cœur de la cité d'Augustoritum,et en particulier son réseau viaire orthonormé très régulier, commence à être bien cerné grâce aux diverses observations de Jean‑Pierre Loustaud. Il est possible ainsi de replacer la zone d'intervention dans ce maillage à l'angle sud-ouest de l'insulaV-6, insulaoccupée au moins partiellement par le forum,centre politique, économique et religieux de la cité gallo-romaine. La fouille au niveau de l'emprise du futur bâtiment, était située en bordure du decumanus V.Elle devait permettre, en outre, de retrouver une portion de la voie cardinale n° 6, déjà repérée et étudiée au sud, en avant de la domusdite « des Nones de Mars » et observée ponctuellement au nord de la rue de l'Hôpital. Cette voie, large de près de 14 m, correspondait sans aucun doute au cardo maximus d'Augustoritum,bordé par les monuments les plus importants de la cité (théâtre, forum,etc.), les demeures les plus luxueuses (domusdes Nones de Mars, domusà l'opus sectile,domusde la rue Vigne-de-Fer, etc.) rejoignant la voie d'Agrippa au nord et traversant la Vienne au sud à l'aide d'un pont antique antérieur au pont médiéval Saint-Martial, construit à son emplacement.

3À la fin du IIIe s. et au début du IVe s., s'amorce l'abandon progressif du secteur, en tant que centre de l'agglomération d'Augustoritum.Le cœur de l'ancienne ville romaine devient en quelque sorte « suburbain » et reste à l'écart des nouveaux pôles de christianisation. Le terrain qui nous concerne semble, après l'abandon du cœur de la ville primitive, avoir laissé la place à des champs ou à des cultures. L'église Sainte-Valérie puis le couvent des Récollets vont s'installer respectivement au Moyen Âge et aux Temps Modernes le long de l'ancien itinéraire joignant le pont sur la Vienne au « Château ». Sur les plans anciens, le couvent des Récollets apparaît presque systématiquement. Il est ainsi noté sur le plan des Trésoriers de France de 1680. L'église semble occuper la partie nord de l'ensemble religieux et le cloître se développer au sud de celle-ci. Un terrain non bâti la sépare d'une rue orientée est-ouest située sensiblement à l'emplacement de la rue actuelle du 20e régiment de Dragons. Le couvent des Récollets apparaît sur les plans jusqu'en 1785. Il semble avoir totalement disparu sur le plan de 1838 et de nouveaux édifices ont pris place le long de la rue de l'Hôpital en 1851.

4Le choix a été fait de pratiquer quatre sondages sur l'ensemble de la zone d'intervention. Étant donné la superposition de plusieurs épais remblais de diverses périodes dans cette zone, tous ces sondages ont dû être creusés très profondément pour atteindre le substrat ou les niveaux archéologiques en place. Cette profondeur a atteint 2 m dans le sondage 4, 3 m dans les sondages 1 et 3 et 3,50 m dans le sondage 2. Les remblais plutôt meubles ont contraint à aménager des paliers latéraux, ce qui a considérablement augmenté le volume de terre à déplacer. Au total, les sondages réalisés sur les 646 m² à sonder, représentaient environ 38 m linéaires de tranchée, soit une surface de près de 164 m². Ils se sont tous révélés positifs. Neuf maçonneries et trois structures en creux ont pu être mises en évidence.

5En ce qui concerne la période gallo-romaine, la zone d'intervention se situe bien sur la voie cardinale n° 6.

6Les premiers niveaux de circulation de cette dernière ont été mis en évidence au nord-ouest de la zone d'intervention. Malheureusement, tous les niveaux tardifs supérieurs ont subi un arasement très important. Jean-Pierre Loustaud avait observé au sud une stratigraphie de cette voie sur une hauteur de plus de 1,50 m. Sur la parcelle qui nous concerne, cette stratigraphie se résume à une hauteur de 0,50 m. L'un des aqueducs maçonnés sous-jacent a également été retrouvé, ainsi qu'un caniveau inconnu jusqu'ici.

7L'angle du cardo maximuset du decumanusVn'a, en revanche, pas pu être mis en évidence.

8En ce qui concerne les maçonneries, la période gallo-romaine est représentée par une série de massifs ou de « plots » quadrangulaires dont certains semblaient installés sur l'emprise de la voie. Les conditions d'interventions rendent difficile toute interprétation et ne permettent en aucune façon de savoir si le forum a pu s'étendre ou non jusqu'au decumanusV.L'absence de gros murs permet en outre d'en douter, à moins qu'ils aient été intégralement récupérés. En effet, le substrat n'a pas été atteint dans le sondage 2 à l'est. On peut dès lors imaginer que celui-ci a été percé par une structure qui a été par la suite remblayée. Il pourrait s'agit d'une tranchée de récupération d'une grosse maçonnerie. Cependant, le fond de cette éventuelle structure n'ayant pas été atteint et l'exiguïté de notre sondage rend toute hypothèse invérifiable en l'absence de fouille complémentaire.

9La période médiévale était quant à elle représentée par une maçonnerie, dans le sondage 3, ayant pu appartenir à l'église Sainte-Valérie construite à l'emplacement d'un prieuré du XIIIe s. D'autres constructions appuyées contre ce mur pourraient correspondre à la mise en place du couvent des Récollets au début du XVIIe s. Un angle de murs mis au jour dans le sondage 2 pourrait fonctionner avec cet ensemble qui se développait de toute évidence vers le sud. Aucun niveau de sol interne n'a été mis au jour. En revanche, un niveau d'occupation gris-noir identifié au nord dans les sondages 1 et 2 pourrait lui être contemporain.

10Le manque d'espace a empêché de dégager les niveaux de sol internes dans le sondage 2 ; la présence d'enduit blanc encore en place sur les murs laisse imaginer que le sol doit lui aussi être conservé. Dans le sondage 3, tous les murs ont fait l'objet d'une récupération intense jusqu'à la surface du substrat (à 2,80 m de profondeur). Le niveau de destruction associé remplissait les tranchées de récupération au-dessus des maçonneries et recouvrait tout l'espace au sud sur environ 1 m d'épaisseur. À la base de ce remblai de destruction, aucun niveau de sol n'a été entrevu au-dessus des remblais antérieurs. Peut-être ce sol (intérieur de l'église ?) a-t-il été lui aussi récupéré. Cette destruction doit remonter d'après les textes et plans anciens à la fin du XVIIIe s. ou au début du XIXe s.

11Ce n'est que dans une période très récente que le fort pendage nord-sud a été compensé par un apport de remblai de sable (dans lequel ont été incluses des canalisations et des buses en ciment) destiné à horizontaliser ces espaces et les transformer en parkings de surface.

12La forte profondeur à laquelle sont apparues maçonneries et structures (installées ou creusées dans le substrat) les protègera vraisemblablement d'une destruction liée à la nouvelle construction.

13MANIQUET Christophe

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Maniquet, « Limoges – Rue du 20e Régiment des Dragons », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7993

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Maniquet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals