Navigation – Plan du site
2005

Guéret, Saint-Fiel – Cher du Cerisier

Responsable(s) des opérations : Jean-Michel Beausoleil
Notice rédigée par : Jean-Michel Beausoleil

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer

Géographique :

Limousin, Creuse (23), Guéret

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 121634

Date de l'opération : 2005 (EX)

1L’opération de sondages et d’évaluation archéologiques a été motivée par le projet d’extension et d’aménagement de la zone industrielle « Cher du Cerisier, Les Garguettes », sur les communes de Guéret et Saint-Fiel. Afin de procéder à la reconnaissance et à l’exploitation scientifique du patrimoine archéologique susceptible d’être détruit par les travaux, une convention a été établie entre la Communauté de communes de Guéret Saint-Vaury et l’Institut de recherches archéologiques préventives. L’opération a été effectuée sous le contrôle scientifique du Service Régional de l’Archéologie.

2L’objectif de ce diagnostic était de reconnaître la présence d’éléments du patrimoine archéologique dans l’emprise affectée par l’aménagement et, le cas échéant, d’en caractériser aussi précisément que possible la nature, la chronologie, l’extension spatiale et l’état de conservation.

3Ces éléments du patrimoine archéologique comprennent les vestiges mobiliers ou immobiliers ayant trait à une activité ou à un habitat humain passés, ainsi que tous les éléments permettant la connaissance du milieu (climat, faune, flore, ressources naturelles) dans lequel se sont déroulées ces occupations humaines. Qui plus est, le projet d’agrandissement de la zone industrielle s’inscrit dans une zone archéologiquement sensible.

4 Au cours de cette phase, les sondages mécaniques ont été réalisés en priorité sur les zones devant recevoir la voirie et les premiers aménagements (phase I du projet). 

5 Contexte géographique et géologique

6Les terrains prospectés, installés en limite des communes de Guéret et Saint-Fiel, appartiennent entièrement au bassin topographique de la vallée de la Creuse. Ils sont disposés sur un versant en pente douce, orientés vers le sud - sud-est, dominant le ruisseau des Chers. Le substratumest ici constitué de granite (Monzogranite : unité de Saint-Fiel) surmonté par des altérites sableuses à argileuses. On notera la présence de remplissages alluviaux principalement argileux le long du ruisseau des Chers.

7 Contexte archéologique de l’intervention

8 Le projet d’agrandissement de la zone industrielle « Cher du Cerisier, Les Garguettes » concerne de vastes terrains situés en limite de l’agglomération de Guéret. Il était donc nécessaire de procéder au diagnostic de ces terrains qui couvrent plus de 30 ha dans sa première phase. En effet l’importance de cette surface augmente le risque de découvertes. Par ailleurs, ce secteur est considéré comme sensible pour les raisons suivantes :

9    - au nord-ouest : un tertre funéraire protohistorique, de 25 m de diamètre et de plus de 2 m de haut a été repéré dans l’enceinte de l’ancienne usine Michelin ;

10    - la présence d’autres tertres arasés, situés dans l’emprise du projet de la phase II, est attestée par divers témoignages ;

11    - la topographie - point haut (377 m) dominant le ruisseau des Chers - est un argument en faveur d’une possible occupation humaine ancienne.

12 L’opération d’évaluation archéologique

13La phase de sondages mécaniques systématiques s’est déroulée du 2 au 25 février 2005. Une série de sondages a été effectuée à l’aide de deux pelles mécaniques, dotées d’un godet lisse de 2 m de large.

14 Les sondages ont été creusés jusqu’au substrat, par passes horizontales plus ou moins fines, permettant de visualiser en plan d’éventuelles structures. Trois cent quatre-vint-onze  tranchées, variant entre 20 m et 50 m de long, espacées de 15 m à 30 m, ont été privilégiées pour avoir un aperçu réaliste de la topographie du substrat. La méthode employée permet de mettre en place une maille relativement fine dont l’objectif théorique est d’obtenir une estimation du potentiel archéologique du sous-sol. Les sondages réalisés ont été relevés précisément en topographie. 

15 Les résultats

16 Trois cent quatre-vint-onze tranchées, réalisées dans l’emprise du projet de la phase I et correspondant à une surface approchée de 15 448 m2 - soit 4,98 % de la surface totale - ont été creusées. L’objectif initial était de reconnaître entre 5 % et 10 % de la surface de l’emprise. Nous sommes donc très légèrement en deçà. Ceci est la conséquence de plusieurs causes :

17    - des secteurs n’ont pu être sondés pour des raisons d’accessibilité des pelles mécaniques. En effet, des parcelles, dont le déboisement n’était pas terminé au moment de notre intervention, n’ont été que partiellement sondées (zones boisées situées au nord et dans la partie centrale du projet de la phase I) ;

18     - le maillage, sur les secteurs présentant de fortes érosions et une faible épaisseur de terre végétale, a été élargi ;

19    - à la demande de l’aménageur, les marais et les terrains en friches (parcelles AE 17 et 19) situés sur la rive gauche du ruisseau des Chers n’ont pas été sondés. 

20 Résultats de la campagne de sondages mécaniques systématiques et observations stratigraphiques générales

21Liée au contexte géomorphologique, la stratigraphie observée au sein des sondages est très homogène et ne varie que par l’épaisseur de la terre végétale. Dans les parcelles prospectées, elle est en général peu épaisse - entre 0,10 m et 0,40 m d’épaisseur - et repose directement sur le substratum(argile ou arène sableuse à argilo-sableuse).

22Parmi les sondages réalisés dans les parcelles, seules deux tranchées se sont révélées positives. Tous les autres sondages pratiqués n’ont révélé la présence d’aucune occupation ancienne.

23Le sondage positif n° 1.

24L’indice de site repéré dans la parcelle AE 18 est situé à proximité du ruisseau des Chers, sur le versant méridional du plateau. Le mobilier du sondage n° 1 a été découvert en limite des parcelles AE 18 et AE 10, dans la couche de labour. Ce matériel est constitué de nombreux fragments de céramique protohistorique grossière non tournée , qui étaient associés, entre autres, à un boulet de charbon et à un fragment d’assiette en porcelaine.

25La céramique :

26 Le mobilier archéologique recueilli comprend 50 fragments céramiques qui appartiennent à un même vase incomplet non tourné. Le fond du récipient est absent. Ce petit pot, de 20 cm de diamètre à l’ouverture, présente un bord sécant vertical, à profil rectiligne et lèvre arrondie. Un décor d’impressions verticales à la baguette est présent sur le haut de la panse (Fig. n°1 : Vase à décor d’impression à la baguette). Pâte brune dans la masse, orangée à marron en surface, renfermant de fines paillettes de mica à reflets dorés, et des cristaux de quartz non roulés et très grossiers. L’intérieur est lissé (lissage fin) et l’extérieur est légèrement érodé.

27Bien que caractéristique des productions du premier âge du Fer, notre exemplaire présente toutefois un intérêt typologique limité. Ce type de récipient est en effet connu au premier et au tout début du second âge du Fer sur de nombreux sites (750 av. J.-C. - 400 av. J.-C.).

28Le mobilier mis au jour se trouve en position secondaire (mobilier mis en place par colluvionnement). Il a été déplacé vraisemblablement à l’occasion des labours de la parcelle voisine. Les observations effectuées sur le terrain permettent d’avancer l’hypothèse que ces fragments de céramique proviennent d’un site protohistorique disposé en contre-haut de la parcelle explorée. Une petite banquette de culture marque en effet la limite entre les terrains. Au vu de la diffusion de l’épandage et de la topographie, ce site pourrait se trouver sur le replat (parcelle AE 10) dominant la parcelle sondée. Ce fait sera facilement vérifiable lors de la seconde phase de diagnostic.

29Aucun site n’a été identifié sur la zone prospectée et les tranchées d’expertise n’ont livré aucune trace immobilière d’une quelconque occupation ancienne. Les indices de sites témoignent en revanche d’une probable occupation des environs à la période protohistorique. C’est ce que nous nous attacherons à vérifier lors de la seconde phase de diagnostic archéologique du « Cher du Cerisier », secteur où plusieurs tertres funéraires arasés sont attestés par divers témoignages.

30Jean-Michel Beausoleil

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vase à décor d’impression à la baguette

Fig. n°1 : Vase à décor d’impression à la baguette

Auteur(s) : Beausoleil, Jean-Michel (INRAP). Crédits : Beausoleil Jean-Michel, INRAP (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vase à décor d’impression à la baguette
Crédits Auteur(s) : Beausoleil, Jean-Michel (INRAP). Crédits : Beausoleil Jean-Michel, INRAP (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Beausoleil, « Guéret, Saint-Fiel – Cher du Cerisier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7994

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Michel Beausoleil

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals