Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201223 – CreuseToulx-Sainte-Croix – Chapelle Sai...

2012
23 – Creuse

Toulx-Sainte-Croix – Chapelle Saint-Martial

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Jacques Roger

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

123194

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Les sondages archéologiques menés à l’emplacement de l’ancienne chapelle Saint-Martial à Toulx-Sainte-Croix sont liés au projet de restauration et de nettoyage porté par une association locale (APTE). En effet, ce site, qui a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles entre 1986 et 1988 sous la direction de D. Dussot, s’est fortement dégradé, les bermes laissées comme témoins s’étant effondrées ainsi que les pierres des maçonneries, pour certaines déchaussées. La présente opération a permis la reprise des fouilles des niveaux anciens encore conservés à l’intérieur de la chapelle. Pour compléter ces informations, des sondages à l’extérieur du bâtiment ont aussi été réalisés.

2L’origine de cette chapelle est encore aujourd’hui très obscure, faute de sources écrites. Traditionnellement placée sous le vocable de saint Martial, les premières mentions ne semblent guère remonter avant le xixe s., sans qu’aucune description de l’édifice ne soit précisée. Il faut attendre en réalité la fouille des années 1980 pour obtenir les premières informations crédibles : un premier édifice, identifié par une maçonnerie en liaison avec des sarcophages trapézoïdaux en calcaire et en grès, indique une occupation au haut Moyen Âge (viie-viie s.). Ces derniers seront recouverts par l’installation vers le xiie s. d’une nouvelle église rectangulaire de 13 m de long par 7,60 m de large, avec une nef séparée du chœur par un muret.

3L’intervention de 2012 permet d’apporter de nouveaux éléments quant à la compréhension de ce site. Tout d’abord, la fouille des niveaux anciens a permis de relever deux nouvelles maçonneries appartenant au premier édifice : la première (M.2 et M.4), encore conservée sous la fondation du mur septentrional de la chapelle médiévale, a été reconnue sur plus de 10 m de long. Conservée dans le meilleur des cas sur seulement deux assises, sa plus grande largeur visible avoisine les 50 cm. Si, à l’ouest, sa limite n’est pas connue (recoupée par le mur ouest de la chapelle), elle forme à l’est un angle avec le mur orienté nord-sud mis au jour en 1986 (M.1). Ce dernier, seulement identifié à cette époque sur 5 m de long, se prolonge plus au sud pour former un angle droit avec une nouvelle maçonnerie (M.6). Cette dernière possède encore quelques rangs d’élévation reposant sur une assise débordante (fig. 1). Enfin, les quelques pierres situées en appui du mur M.2 et interprétées par les anciens fouilleurs comme une possible maçonnerie du premier état de construction est avérée (M.3). Ces nouvelles découvertes permettent donc de proposer un premier plan pour cet édifice mérovingien, de forme rectangulaire d’au moins 10 m de long pour une largeur interne d’environ 7,50 m. À 5,40 m du mur oriental, une maçonnerie parallèle fait peut-être office de séparation.

Fig. 1 – Vue depuis le sud du sondage au sud de la chapelle

Fig. 1 – Vue depuis le sud du sondage au sud de la chapelle

À droite, on peut distinguer l’angle sud-est de l’édifice mérovingien passant sous le mur de la chapelle et recoupé par une tombe en coffre de pierres ; à gauche, on peut distinguer le couvercle d’un sarcophage en calcaire.

Cliché : J. Roger (SRA).

4Au moins 16 nouvelles inhumations ont été reconnues, la plupart correspondant à des sépultures en coffre en matériaux périssables, une seule correspondant à un nouveau sarcophage avec couvercle en calcaire situé contre le mur méridional de l’édifice du haut Moyen Âge (non fouillé). Une autre tombe (Sp. 3), aménagée d’un coffrage de pierres et fermée par des dalles, recoupe l’angle sud-est de l’édifice ancien. Il est ainsi montré que tous les espaces « vides » entre les sarcophages étaient en fait investis par des inhumations retrouvées en pleine terre - mais plus profondes - déposées à l’origine dans les coffres en matière périssable (au moins deux tombes révèlent encore les traces de planches de bois formant ce coffrage) (fig. 2). Pour au moins deux d’entre-elles, les défunts étaient accompagnés d’un objet domestique, un vase en verre déposé sous l’épaule droite du sujet de la sépulture no 8 et la moitié inférieure d’un pégau placé entre les cuisses pour la tombe no 13.

Fig. 2 – Vue depuis le nord des inhumations en coffre en matériaux périssables au contact des sarcophages découverts dans les années 1980

Fig. 2 – Vue depuis le nord des inhumations en coffre en matériaux périssables au contact des sarcophages découverts dans les années 1980

Cliché : J. Roger (SRA).

5Plusieurs fosses dont l’origine semble contemporaine de la construction de l’église médiévale ont aussi été identifiées, recoupant certaines tombes. Outre celles reconnues dans les années 1980 au-devant de l’autel central et à proximité de la porte occidentale, une troisième a été localisée dans l’angle nord-ouest de l’église (St.6). Enfin, un aménagement de pierres de 3 m de long pour 1 m de large, associant de nombreux os épars est aussi à noter, sans que l’on puisse en comprendre la fonction (non fouillé).

6Enfin, la datation par radiocarbone effectuée sur plusieurs inhumations devrait permettre de mieux replacer chronologiquement les deux états reconnus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue depuis le sud du sondage au sud de la chapelle
Légende À droite, on peut distinguer l’angle sud-est de l’édifice mérovingien passant sous le mur de la chapelle et recoupé par une tombe en coffre de pierres ; à gauche, on peut distinguer le couvercle d’un sarcophage en calcaire.
Crédits Cliché : J. Roger (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Titre Fig. 2 – Vue depuis le nord des inhumations en coffre en matériaux périssables au contact des sarcophages découverts dans les années 1980
Crédits Cliché : J. Roger (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/79948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Roger, « Toulx-Sainte-Croix – Chapelle Saint-Martial » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/79948

Haut de page

Auteur

Jacques Roger

Drac Limousin (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Roger

Drac Limousin (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search