Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201287 – Haute-VienneChâlus – Châlus-Maulmont

2012
87 – Haute-Vienne

Châlus – Châlus-Maulmont

Opération préventive de diagnostic (2012)
Responsable d’opération : Adrien Montigny

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

123150

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Ce diagnostic, concernant une emprise de 3 117 m2, a pour origine un important projet de restauration et de mise en valeur du château de Maulmont situé sur la commune de Châlus. Ce projet, mené par un propriétaire privé, concerne aussi bien l’édifice classé Monument Historique que plusieurs terrains et bâtiments situés à ses abords immédiats.

2Plusieurs contraintes liées à l’accessibilité des parcelles ont limité les possibilités d’intervention. De manière générale, l’emprise du diagnostic se situe sur un terrain partiellement aménagé en terrasses successives et occupé par plusieurs bâtiments dont les limites parcellaires correspondent bien souvent à des murs. Pour accéder à un maximum de parcelles il a fallu utiliser des engins de tonnages différents de manière à utiliser la pelle la plus puissante possible pour chaque sondage. De même la présence de plusieurs corps de métiers, couvreurs et maçons, travaillant au niveau d’une maison située au milieu de l’emprise a rendu impossible la réalisation de certains sondages.

3Le diagnostic a été mené par deux agents de l’Inrap du 10 au 27 avril. Les tranchées d’évaluation ont été réalisées à l’aide de pelles mécaniques munies de godets de curage. L’orientation des sondages a été déterminée en fonction des diverses contraintes et des hypothèses concernant l’organisation des vestiges supposés. Au final ce sont 15 sondages, représentant une surface totale de 198 m2, qui ont été réalisés.

4Parallèlement à ces sondages, diverses observations ont été effectuées sur les bâtiments occupant partiellement l’emprise de diagnostic de même que sur quelques constructions environnantes appartenant au même ensemble fortifié. Ces observations ne correspondent qu’à une rapide lecture des bâtiments environnants et non à une étude archéologique des élévations. Ces observations sur le bâti ont bien souvent été limitées par la présence d’enduits couvrants. La lecture des élévations ne s’est donc avérée possible que sur un nombre limité de constructions présentes sur l’emprise.

5Enfin, un premier éclairage historique a été réalisé bénévolement par Christian Rémy, chercheur associé au CESCM-UMR 7302 de Poitiers.

6Les différents sondages réalisés sur la tour de Maulmont ont permis d’en compléter le plan et d’y observer la stratigraphie conservée (fig. 1). Cette puissante construction apparaît donc comme un édifice barlong, de 13,60 m sur environ 36,20 m hors œuvre, dont la façade orientale est cantonnée de deux tours de 8,30 et 7,10 m de diamètre. La principale inconnue concerne l’angle nord-ouest de l’édifice dont ne subsistent que des fondations. Il n’a pas été possible de déterminer s’il était, à l’instar de l’angle sud-ouest, doté de contreforts plats.

Fig. 1 – Plan des sondages réalisés au niveau de la tour

Fig. 1 – Plan des sondages réalisés au niveau de la tour

Topographie et DAO : F. Chevreuse (Inrap).

7L’observation des élévations conservées montre que cet édifice ne devait être accessible que par la porte partiellement conservée du côté ouest. Les autres portes permettant actuellement d’entrer dans ce bâtiment depuis le sud et l’est sont en effet d’anciennes ouvertures de jour modifiées. En intérieur, la stratigraphie observée est des plus sommaires. Le premier constat qui s’impose est l’absence de trace d’une occupation antérieure.

8Le terrain a été aplani de manière à ériger le bâtiment et à installer directement des sols construits. Si le plus ancien niveau de sol mis en évidence ne date probablement que de la fin du Moyen Âge, il est installé quasiment à la surface du terrain naturel. Ce premier niveau de sol, constitué d’un pavement de terre cuite, est directement surmonté par d’autres niveaux d’occupations (fig. 2). Le seul aménagement de confort attesté correspond à une ample cheminée dont le fond de conduit et l’emplacement des corbeaux soutenant la hotte sont encore visibles sur le mur occidental. L’implantation des sondages n’a pas permis d’observer de cloisonnement interne appartenant à l’état initial de l’édifice.

Fig. 2 – Détail du parement du mur 5.1

Fig. 2 – Détail du parement du mur 5.1

Mires de 0,50 m et 1 m.

Cliché : A. Montigny (Inrap).

9Trois sondages ont été réalisés à l’emplacement d’une partie du mur d’enceinte. Les résultats obtenus laissent apparaître un tracé différent de ce que la documentation iconographique pouvait laisser supposer. Le plan de la muraille ainsi entrevu au niveau de ces sondages permet de se questionner quant à la présence d’une entrée relativement complexe au niveau de l’actuelle rue Richard-Cœur-de-Lion.

10À l’intérieur de l’enceinte du « fort », des sondages ont été réalisés dans deux secteurs différents. Dans la partie haute, deux sondages ont livré différents types d’informations relatives à l’organisation de cette partie du site. De manière générale ceux-ci ont permis d’observer le substrat géologique à des altimétries très variables. La topographie naturelle de cette partie du site a progressivement été masquée par d’importants apports de matériaux destinés à créer des terrasses plus facilement aménageables. Ces sondages ont également permis de confirmer la présence de plusieurs bâtiments appartenant à diverses phases de constructions s’échelonnant de la période médiévale jusqu’au début de la période contemporaine.

11Trois autres sondages ont été réalisés au nord de l’emprise, c’est-à-dire au pied du relief sur lequel est installé le château de Maulmont. Ils ont permis de constater la présence d’importants remblais, parfois récents, au pied du relief naturel dont plusieurs affleurements rocheux sont visibles. Aucun vestige de l’enceinte n’a été perçu dans ce secteur.

12Diverses observations ont été réalisées sur des bâtiments présents dans l’emprise du diagnostic ou à ses abords immédiats. Aussi succinctes soient-elles, ces observations laissent clairement apparaître un ensemble relativement complexe présentant divers états de conservation. Si la muraille du « fort » est encore clairement lisible au niveau du parcellaire, ce n’est pas toujours le cas sur le terrain. Cette dernière est par endroit détruite de façon quasiment intégrale alors qu’ailleurs il ne doit en manquer que le couronnement ou guère plus. Certains tronçons de cette muraille semblent avoir été détruits ces dernières décennies, d’autres risquent de l’être prochainement.

13Des éléments remarquables montrent, si besoin en était, que l’intérieur de l’enceinte comportait plusieurs bâtiments à fonction résidentielle. Si leur nombre et leur étendue restent à déterminer, au moins trois d’entre eux sont partiellement conservés.

Haut de page

Bibliographie

Montigny A. 2012 : Châlus, Haute-Vienne (87), Châlus-Maulmont, rapport de diagnostic archéologique, Limoges, SRA Limousin, 105 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages réalisés au niveau de la tour
Crédits Topographie et DAO : F. Chevreuse (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Détail du parement du mur 5.1
Légende Mires de 0,50 m et 1 m.
Crédits Cliché : A. Montigny (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Montigny, « Châlus – Châlus-Maulmont » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/80013

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search