Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201287 – Haute-VienneSaint-Jean-Ligoure – Château haut...

2012
87 – Haute-Vienne

Saint-Jean-Ligoure – Château haut de Châlucet

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Guillaume Demeure

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

123203

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Texte intégral

1Cette étude archéologique s’inscrit dans le vaste projet de mise en valeur du site de Châlucet par le Conseil Général de la Haute-Vienne. Elle concerne la première cour du château haut avec comme double objectif le dégagement et l’étude des importants remblais de démolition et d’effondrement recouvrant les sols et un complément de relevés et d’analyse des élévations des logis enserrant cette cour (une première étude du bâti avait été menée en 1999-2000).

2La cour se présente sous la forme d’un trapèze d’une vingtaine de mètres de long sur 4 à 8 m de large (fig. 1). Elle est encadrée de hauts murs au nord, à l’est et à l’ouest. Côté sud un imposant cône d’effondrement atteignant jusqu’à 8 m de haut marque la transition vers la tour maîtresse et la seconde cour. Les arases des murs est et ouest étaient largement végétalisées et instables sur plusieurs assises en partie haute. De fait, un travail de mise en sécurité du site s’est avéré indispensable. Il a consisté en une intervention de cordistes pour la coupe de la végétation, la purge des éléments instables et la pose d’un filet de protection anti-chute. De plus, un arasement du cône d’effondrement et la création de plusieurs paliers de sécurité ont été réalisés à la pelle mécanique sous surveillance archéologique.

Fig. 1 – Vue d’ensemble de la cour

Fig. 1 – Vue d’ensemble de la cour

Cliché : G. Demeure (Éveha).

3Le château est à l’abandon depuis son démantèlement par les bourgeois de Limoges en 1594 afin d’empêcher les bandes de brigands d’y trouver refuge. D’épaisses couches de démolition et d’effondrement couvrent donc l’ensemble du site. Leur enlèvement a été l’occasion d’en apprécier la puissance et d’en étudier la stratigraphie mais aussi de recueillir plus d’une centaine d’éléments lapidaires provenant des élévations avoisinantes. Ils ont permis d’affiner la connaissance des décors employés sur les ouvertures ou les couvrements des salles est et ouest en les mettant en regard avec les quelques éléments encore conservés en place.

4Le logis ouest est ainsi équipé, entre autres, à l’étage d’une imposante baie géminée en arc brisé sans imposte et probablement surmontée d’un quadrilobe. Des coussièges occupent une partie de l’ébrasement. Les voûtes du rez-de-chaussée présentent des nervures en amande dont certaines portent encore des traces d’enduit blanc.

5Le programme décoratif du logis diffère quelque peu avec, à l’étage, une grande baie ternée à impostes de calcaire sculptées de frises florales (fig. 2) et peut-être surmontée de deux quadrilobes. Le calcaire est un matériau rare sur le site et ne se rencontre que sur les éléments de décor les plus élaborés, ailleurs les pierres locales sont privilégiées. Au rez-de-chaussée, les voûtes ont des nervures à angles abattus comme dans tous les autres logis du site.

Fig. 2 – Détail de l’imposte de la baie ternée du logis est

Fig. 2 – Détail de l’imposte de la baie ternée du logis est

Cliché : G. Demeure (Éveha).

6Sur les deux élévations, les arrachements de la passerelle reliant les deux logis sont bien visibles. Plus au sud, une construction massive abrite un poste de tir pour arme à feu prenant toute la cour en enfilade. Ce dernier aménagement doit correspondre à une adaptation des défenses aux progrès de l’artillerie à partir du xve s. Bien d’autres éléments architecturaux sont par ailleurs visibles sur ces élévations : trous de boulin, ancrages de toiture, buchages etc.

7Le sol de la cour mis au jour sous les effondrements présente des caractéristiques variables selon les secteurs. Immédiatement après la porte d’entrée du château, une calade se développe sur environ 6,5 m de long pour 1,5 m de large, elle constitue la zone de circulation privilégiée. Elle est complétée par un drain évacuant les eaux vers l’extérieur du château. On retrouve une seconde calade peu étendue au-devant de la porte du logis est. Le substrat sert directement de niveau de circulation le long du même logis et au sud de la cour. Il présente des traces d’usure et ses irrégularités sont comblées de matériaux de construction compactés. En partie centrale, un important apport riche en tuiles concassées rattrape ainsi le profil du rocher accidenté à cet endroit. Enfin, dans l’angle nord-est un petit muret, probablement à mettre en regard avec trois petits buchages dans le mur du logis, correspond aux vestiges d’une construction en appentis installée le long de l’axe de circulation principal.

8Ces niveaux se sont révélés riches en mobilier archéologique (céramique, faune, monnaie). Les éléments de datation ainsi recueillis sont en concordance avec la chronologie de l’abandon du site historiquement connue à la fin du xvie s.

Haut de page

Bibliographie

Demeure G. 2013 : Saint-Jean-Ligoure, Haute-Vienne (87), Château-Neuf (Haut Châlucet), rapport d’opération archéologique juillet-août 2012, Éveha – Études et valorisations archéologiques, Limoges, SRA Limousin, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue d’ensemble de la cour
Crédits Cliché : G. Demeure (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – Détail de l’imposte de la baie ternée du logis est
Crédits Cliché : G. Demeure (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Demeure, « Saint-Jean-Ligoure – Château haut de Châlucet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/80108

Haut de page

Auteur

Guillaume Demeure

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Demeure

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search