Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201123 – CreuseBoussac – Place Gambetta

2011
23 – Creuse

Boussac – Place Gambetta

Opération préventive de diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

122998

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le projet de réaménagement du centre ancien de la ville de Boussac, qui porte sur la place Gambetta et les rues avoisinantes, est centré autour de l’église paroissiale, à quelques dizaines de mètres à l’est du château féodal. Cette étude a été limitée par l’ampleur des réseaux enterrés et l’étroitesse de certaines rues. Une recherche documentaire complète les investigations (archives anciennes et contemporaines, cadastre napoléonien, photographies et cartes postales) et permet de retrouver la topographie médiévale de la ville encore bien conservée au xixe s. (fig. 1) Localisé sur un éperon rocheux, le site est connu par une petite chapelle en 1095 et son castrum en 1150. La cité qui se développe à l’est de ce dernier acquiert les libertés communales en 1427.

Fig. 1 – La ville de Boussac en 1656

Fig. 1 – La ville de Boussac en 1656

D’après une gravure de Gaspard Mérian.

2Les structures archéologiques apparaissent à faible profondeur, 0,20 m en moyenne, sous des niveaux de voiries qui ne sont pas antérieurs au xixe s., bien que le tracé de la plupart des rues soit d’origine médiévale comme le montre le bâti qui les borde.

3Quelques sépultures, sans mobilier, ont été reconnues autour de l’église. Orientées est-ouest, elles sont dans un état moyen de conservation. Le fonctionnement de ce cimetière ne semble pas dépasser la fin du Moyen Âge ou le début de l’époque moderne, moment où s’installent des constructions qualifiées de « loges  tout autour de l’église. Ces bâtiments, détruits à la fin du xixe s. ou au début du xxe s., étaient élevés sur des caves creusées dans le rocher et couvertes par un plancher. Au rez-de-chaussée s’ouvraient des boutiques, surmontées par un étage à pans de bois en encorbellement.

4Hormis les sépultures, l’occupation la plus ancienne semble se limiter à la partie occidentale de la place Gambetta. Des structures aménagées dans le rocher (excavation à fond plat, fosse, silo) sont probablement associées à des constructions en terre et bois, mais aussi avec des murs en moellons montés à la terre. Les traces d’une forge ont également été reconnues sur l’emplacement des halles seigneuriales détruites au cours du xixe s. Cette occupation, localisée entre l’église et le château et s’étendant sur un espace bien délimité par la courbure des rues où les halles occupent une position privilégiée, pourrait avoir un lien avec l’emprise primitive du château.

5Dans une seconde période, ce secteur est investi par un habitat plus élaboré, où se distinguent des caves voûtées et des lieux ouverts aménagés en cour pavée ou en jardin. Ces maisons sont rasées dans la première moitié du xxe s. pour agrandir l’ancienne place du Marché.

6La topographie militaire de la cité est éclairée par la mise au jour des contrescarpes de deux fossés. À l’est, le mur de la contrescarpe du fossé de l’enceinte urbaine (xve s.) a été reconnu au milieu de la rue des Fossés. Sa localisation permet d’évaluer la largeur du fossé à 14 m. Un second mur de contrescarpe et l’amorce du fossé taillé dans le rocher ont été repérés à l’ouest. Son emprise, qui peut être restituée par deux rues qui en reprennent le tracé, marquait une séparation entre la ville et le château. Sa datation n’est pas connue.

7L’extrême rareté du mobilier archéologique pour le Moyen Âge et l’époque moderne ne permet pas une datation précise des structures ; en contrepartie l’abondance de la céramique et du verre dans les comblements des caves ne fait que confirmer la destruction des maisons vers la fin du xixe s. et dans la première moitié du xxe s.

Haut de page

Bibliographie

Nibodeau J.-P. 2011 : Un cœur de ville au Moyen-Âge et à l’Époque Moderne – Place Gambetta et rues adjacentes - Boussac, Creuse (23), rapport de diagnostic archéologique, Limoges, SRA Limousin, 95 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville de Boussac en 1656
Crédits D’après une gravure de Gaspard Mérian.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Boussac – Place Gambetta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/80433

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search