Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201123 – CreuseCrozant – Le château, tour carrée

2011
23 – Creuse

Crozant – Le château, tour carrée

Sondage et étude du bâti (2011)
Responsable d’opération : Patrick Bouvart

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

123139

Chronologie :

époque médiévale
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, le château de Crozant fait l’objet de campagnes de restauration sous la maîtrise d’œuvre de P. Villeneuve, ACMH. Chaque intervention est l’occasion pour le SRA de prescrire des analyses de bâti et des sondages afin d’améliorer la connaissance de ce site. En 2011-2012, les travaux sont concentrés sur un ouvrage communément appelé « tour quadrangulaire » (fig. 1 et 2). Le bilan présenté ici n’est en réalité qu’un aperçu des résultats encore en cours d’acquisition et de traitement. L’échafaudage intégral de ces vestiges a facilité l’observation des élévations. Une fouille exhaustive des niveaux archéologiques internes et plusieurs sondages périphériques complètent l’étude. Outre les données techniques et stratigraphiques, le rapport intégrera les conclusions d’une analyse des mortiers, des datations radiocarbone de charbons issus de ces mêmes mortiers ainsi que les différents témoignages de la culture matérielle et de la consommation relatives aux différentes phases d’occupation.

Fig. 1 – La tour avant restauration

Fig. 1 – La tour avant restauration

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

Fig. 2 – La tour après restauration

Fig. 2 – La tour après restauration

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

2Le site castral s’étend sur un éperon rocheux orienté nord-sud, à la confluence de la Sédelle et de la Creuse. La tour quadrangulaire est située à l’extrémité nord d’une plate-forme sommitale délimitée par des versants abrupts. L’accès à cette aire est défendu au sud par une courtine barrant transversalement l’éperon, flanquée par une tour en hémicycle fermée à la gorge.

3La chronologie de la première occupation de la plate-forme n’est pas encore établie. Les plus anciens aménagements observés sont des maçonneries de petits moellons dont la fonction reste difficile à établir (bâtiment 1). Aucun indice n’autorise à les interpréter comme des vestiges d’un habitat. L’absence de niveaux de sol s’expliquerait en partie par l’existence d’un plancher affranchissant les constructeurs d’une nécessité d’aplanir le rocher ou de remblayer. Une extraction de pierre pour des constructions ultérieures semble également avoir contribué à leur destruction. Les raisons et la chronologie d’une importante destruction n’ont pu être déterminées. Une forte rubéfaction de l’un des murs évoque un incendie, mais elle peut également résulter d’un nettoyage des lieux avant la reconstruction.

4Le réaménagement de la plate-forme débuterait par la construction d’une courtine périphérique. À l’ouest, cette nouvelle maçonnerie sert en partie d’appui aux fondations de la tour quadrangulaire (fig. 3), laquelle se superpose à deux murs du bâtiment 1. L’édifice est de plan presque carré (10 x 10,80 m hors œuvre) avec des murs de 1,60 m d’épaisseur à la base. Il s’élève sur une hauteur d’au moins deux niveaux, le définissant comme une tour. Le rez-de-chaussée est occupé par une salle haute (environ 6 m). La seule ouverture connue est une porte d’entrée ouvrant au premier étage vers l’ouest. Son accès dépendait probablement d’une relation avec la courtine précédemment établie. La construction se caractérise par un parement externe en pierre de taille en léger retrait sur le soubassement. Elle présente ainsi une certaine analogie avec la « grosse tour » attribuée à Isabelle d’Angoulême. La datation 14C de charbons inclus dans le mortier de deux murs confirme cette contemporanéité. Les résultats situent cette phase vers la première moitié ou le milieu du xiiie s.

Fig. 3 – Les fondations de la tour

Fig. 3 – Les fondations de la tour

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

5Une destruction réduit considérablement certaines élévations de la tour. Ici encore, la cause et la chronologie demeurent inconnues. L’estimation de la phase suivante situerait cet événement avant la première moitié ou le milieu du xve s.

6À l’issue de la reconstruction, la tour est composée de trois étages sur un rez-de-chaussée, desservis par une tour d’escalier en vis greffée sur le flanc nord. La présence d’une cheminée et d’une baie à coussièges par étage (l’étage supérieur en possède deux) indique une fonction résidentielle. Le mobilier, notamment la céramique trouvée dans les niveaux d’abandon et de démolition, atteste d’une occupation maintenue durant le xvie s., voire les premières décennies du xviie s. Comme pour la grosse tour, l’abandon pourrait en partie résulter d’un séisme ayant fragilisé sinon ruiné l’édifice.

7Pour conclure, signalons qu’en 2011 est paru un ouvrage sous la direction de Christian Rémy (Rémy 2011) qui réunit les principales données des fouilles antérieures et les rattache au contexte historique.

Haut de page

Bibliographie

Rémy C. 2011 : Crozant forteresse d’exception, entre Limousin et Berry, Limoges, Culture et Patrimoine en Limousin (coll. Approches), 93 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La tour avant restauration
Crédits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 – La tour après restauration
Crédits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 3 – Les fondations de la tour
Crédits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Crozant – Le château, tour carrée » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/80438

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search