Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201187 – Haute-VienneChâteau-Chervix – Place du 8-Mai-...

2011
87 – Haute-Vienne

Château-Chervix – Place du 8-Mai-1945, le Bourg

Opération préventive de diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Anne Jegouzo

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

123002123065

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Deux opérations de diagnostic archéologique ont été réalisées dans le centre bourg de Château-Chervix en avril et mai 2011 (fig. 1 et 2). Elles font suite au projet de réaménagement de la place de l’église et à l’installation d’un réseau de chauffage avec la construction d’une chaudière au bois.

Fig. 1 – Vue générale de la place du 8-Mai-1945

Fig. 1 – Vue générale de la place du 8-Mai-1945

Cliché : A. Jegouzo (Inrap).

Fig. 2 – Plan des tranchées de la place du 8-Mai-1945

Fig. 2 – Plan des tranchées de la place du 8-Mai-1945

Topographie et DAO : F. Chevreuse (Inrap).

2Les différents travaux (Priot 1995 ; Rémy 2004, 2010) traitant la commune de Château-Chervix mettent en évidence un socle antique, localisé dans la partie basse du bourg. Le centre bourg actuel, situé en hauteur correspond à l’ancienne commune « Château-hors-Chervix ». Les premières mentions de l’église et du château n’apparaissent pas avant la fin du xie s. L’église peu documentée est reconnue comme un édifice roman, mais pourrait avoir subi une phase de travaux considérable à la période moderne (Bonnaud 2010). Le cimetière paroissial est également peu évoqué dans les sources. Les origines du complexe castral et sa topographie restent aussi à définir. La tour carrée (fig. 3), seul vestige en élévation, semble dater du début du xive s (Demeure 2008).

Fig. 3 – La tour carrée, façade ouest

Fig. 3 – La tour carrée, façade ouest

Cliché : A. Jegouzo (Inrap).

3Les résultats de ces deux diagnostics reposent sur les observations archéologiques faites dans des sondages réalisés dans le bourg et sur son flanc sud, le long du futur réseau. Les indices d’une occupation antique déjà repérés dans la vallée sont confirmés par la présence de mobilier résiduel dans les tranchées les plus basses. Cette découverte, si elle ne permet toujours pas d’identifier le type d’occupation, villa ou vicus, limite son extension au nord. Pour le Moyen Âge, les vestiges observés dans l’emprise de la prescription sont localisés sur la partie sommitale du promontoire. L’occupation médiévale observée se concentre autour de l’église et essentiellement dans la partie orientale de la place. Cette exploration archéologique a permis de dévoiler une partie du cimetière paroissial et de rares éléments bâtis. Deux tessons découverts en position résiduelle dans le comblement d’une tombe évoquent le premier Moyen Âge. Aucune structure ou maçonnerie ne peut être associée avec certitude à cette période. Une maçonnerie et trois sépultures antérieures à l’église actuelle restent néanmoins mal datées. L’absence d’étude complète de l’église avec datation et identification des différentes phases de construction suspend l’identification chronologique des vestiges liés à l’édifice. L’existence de sépultures implantées avant les élévations actuelles du chœur reste toutefois remarquable.

4Le cimetière, reconnu uniquement par les fosses sépulcrales en l’absence générale des squelettes, est limité à l’est de l’église (fig. 4). Les typologies variées des fosses invitent à reconnaître une population paroissiale avec adultes et immatures. Les relevés ne montrent pas de concentration géographique par âge. A contrario, les sépultures semblent suivre deux orientations est-ouest légèrement divergentes. Ces différences d’axes mettent-elles en évidence plusieurs phases d’inhumation avec un système de marquage des tombes ? Eu égard au mobilier retrouvé en place dans quelques sépultures, le cimetière existe au moins depuis le xive s. Son emplacement géographique entre l’église et le château ainsi que des datations relativement contemporaines invitent à établir des liens entre ces trois entités.

Fig. 4 – Tranchée 1 à l’est de l’église : exemple de sépulture fouillée sans présence de squelette (vue vers l’ouest)

Fig. 4 – Tranchée 1 à l’est de l’église : exemple de sépulture fouillée sans présence de squelette (vue vers l’ouest)

Cliché : A. Jegouzo (Inrap).

5La présence de la fortification explique-t-elle la concentration funéraire à l’est ? La population inhumée recense-t-elle uniquement celle de l’ensemble castral ? Des clôtures existent-elles pour limiter les différents espaces ? Aucune n’a d’ailleurs été repérée dans l’emprise de la prescription.

6La lecture des plans anciens renseigne néanmoins d’une possible limite de l’emprise du château juste en bordure de la zone prescrite. Le mur de clôture oriental actuel qui sépare la place des riverains pourraient témoigner de cette topographie ancienne.

7En marge des datations apportées par le mobilier (étude des céramiques par B. Véquaud, Inrap), ce dernier se révèle remarquable par sa position. Il est en effet relativement rare pour la région de réemployer de la vaisselle dans un contexte funéraire. Cette particularité invite à se poser des questions sur l’origine d’une telle pratique.

8La présence de sépultures, très mal conservées, dans la partie supérieure de la stratigraphie confirme l’utilisation prolongée du cimetière. Il est certainement abandonné lors de la création du cimetière actuel. En parallèle de cette activité funéraire, plusieurs structures liées à une activité artisanale s’inscrivent dans l’enceinte funéraire : une fosse d’extraction de granite, une probable forge à proximité et deux fosses à chaux, vestiges des travaux de rejointoiement de l’église.

Haut de page

Bibliographie

Demeure G. 2008 : Château-Chervix, Haute-Vienne (87), la tour, rapport de sondage, Limoges, SRA Limousin, 55 p.

Priot J.-F. 1995 : Aux origines de Château-Chervix, Travaux d’Archéologie Limousine, t. 15, p. 61-79.

Rémy C. 2004 : Le château et la tour de Château-Chervix (Haute-Vienne), Travaux d’Archéologie Limousine, t. 24, p. 75-86.

Rémy C. 2010 : Château-Chervix au Moyen Âge : état des lieux et sources, Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, t. CXXXVIII, p. 241-254.

Jégouzo A. 2011 : Château-Chervix, Haute-Vienne (87), Place du 8 Mai 1945 et le bourg, rapport de diagnostic archéologique, Limoges, SRA Limousin, 68 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de la place du 8-Mai-1945
Crédits Cliché : A. Jegouzo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 2 – Plan des tranchées de la place du 8-Mai-1945
Crédits Topographie et DAO : F. Chevreuse (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 3 – La tour carrée, façade ouest
Crédits Cliché : A. Jegouzo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 4 – Tranchée 1 à l’est de l’église : exemple de sépulture fouillée sans présence de squelette (vue vers l’ouest)
Crédits Cliché : A. Jegouzo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/80563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jegouzo, « Château-Chervix – Place du 8-Mai-1945, le Bourg » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/80563

Haut de page

Auteur

Anne Jegouzo

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Jegouzo

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search