Skip to navigation – Site map
2005

Beaussault, Compainville – Le Moulin Glinet

Danielle Arribet-Deroin
Danielle Arribet-Deroin

Full text

Identifiant de l'opération archéologique : 76 065 001

Date de l'opération : 2005 (FP)

1La fouille de l’affinerie du XVIes. de l’usine à fer de Glinet a été précédée par un drainage du site destiné à rendre plus facile les investigations qui étaient auparavant délicates malgré un pompage régulier.

2Les structures découvertes ont été plus complètement explorées, de nouvelles ont été mises au jour. Plusieurs périodes de fonctionnement du foyer de chaufferie, connu jusqu’alors dans sa dernière extension, ont été identifiées. Elles correspondent à trois foyers qui se sont succédés en se déplaçant légèrement, chacun des deux derniers recoupant le précédent. Le premier, de forme ovoïde et d’une longueur d’environ 1,50 m, est limité par une paroi d’argile durcie et cendreuse. Le second, d’une taille similaire, est placé plus haut. Un fragment de gueuse, bloc de fonte de forme allongée issu du haut fourneau, est engagé sous ce foyer, appartenant probablement à la période antérieure. La raison de sa présence n’est pas définie, mais son analyse devrait permettre de connaître la production du haut fourneau de « Glinet ». Le dernier foyer est celui mis au jour en 2004 : de taille plus importante (sa longueur atteint 2 m), il a été rétréci au cours de son fonctionnement.

3Le billot de l’enclume, formé d’une souche verticale placée à l’envers, est calé par un ciment à base de limaille de fer oxydée et par des poutrelles rayonnantes en chêne dont la longueur est comprise entre 0,24 m et 0,74 m. L’expertise dendrochronologique (ARC05/R3293D) donne des datations assez dispersées, l’une des poutrelles vient d’un arbre coupé vers 1496, la plupart des autres sont datées des années 1540, une dernière des environs de 1552.

4Entre 5 m et 7 m au nord-est du billot, une fosse contient plusieurs poutres parallèles entre elles et perpendiculaires à la digue. Les trois principales sont en place. Celle du milieu présente un creux d’une largeur d’environ 0,45 m où devait tourner la roue hydraulique du marteau. Les deux autres portent des mortaises où se fichaient des supports de bois verticaux ou inclinés. La poutre nord-est devait porter l’extrémité de l’arbre de la roue (Fig. n°1 : Ensemble des poutres associées au gros manteau, vu depuis la digue :   1 : extrémité de l'ordon   2 : emplacement de la roue   3 : support de l'arbre de la roue). La plus proche de l’enclume, longue de 4,70 m, a trois mortaises encore partiellement remplies d’un ciment riche en fer semblable à celui qui entoure le billot. Il s’agit certainement de l’extrémité de l’ordon, c’est-à-dire de la charpente du gros marteau, l’autre extrémité étant représentée par le poteau vertical mis au jour en 2003. L’emplacement de la roue est daté des environs de 1496, alors que l’extrémité de l’ordon a été construite aux alentours de 1540.

5Ces découvertes permettent de formuler des hypothèses sur la structure du gros marteau et sa chronologie. Probablement installé une première fois avant 1500, il a été reconstruit dans les années 1540, le billot de l’enclume a été repris vers 1550. L’emplacement de sa roue est identifié, contrairement à la roue des soufflets de la chaufferie et au bief de fuite.

6Entre la chaufferie et le haut fourneau a été mis au jour un espace où de nombreux culots d’affinage étaient entassés. Malgré l’absence de foyer bien identifié, ces déchets d’affinage ainsi que la présence d’un sol de travail, de trous de poteaux et d’une canalisation de drainage rendent probable son identification avec l’atelier où la gueuse de fonte était transformée en barre de fer, l’atelier d’affinerie au sens propre.

7Les travaux d’analyses, effectués dans le cadre de la collaboration étroite avec l’UMR 5060 et le laboratoire Pierre Süe du CEA/CNRS, ont permis de faire progresser la connaissance de la chaîne opératoire du fer à « Glinet » en identifiant les minerais utilisés, leur filiation avec les laitiers, les fontes et les fers, et en mettant en évidence l’ajout de craie dans le haut fourneau, la production de fonte phosphoreuse et son affinage.

8 ARRIBET-DEROIN Danielle

Top of page

Annex

Fig. n°1 : Ensemble des poutres associées au gros manteau, vu depuis la digue :   1 : extrémité de l'ordon   2 : emplacement de la roue   3 : support de l'arbre de la roue

Fig. n°1 : Ensemble des poutres associées au gros manteau, vu depuis la digue :   1 : extrémité de l'ordon   2 : emplacement de la roue   3 : support de l'arbre de la roue

Auteur(s) : Arribet-Deroin, Danielle (CNRS). Crédits : Arribet-Deroin, Danielle (2005)

Top of page

List of illustrations

Title Fig. n°1 : Ensemble des poutres associées au gros manteau, vu depuis la digue :   1 : extrémité de l'ordon   2 : emplacement de la roue   3 : support de l'arbre de la roue
Credits Auteur(s) : Arribet-Deroin, Danielle (CNRS). Crédits : Arribet-Deroin, Danielle (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8072/img-1.jpg
File image/jpeg, 610k
Top of page

References

Electronic reference

Danielle Arribet-Deroin, « Beaussault, Compainville – Le Moulin Glinet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Haute-Normandie, Online since 01 March 2005, connection on 15 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8072

Top of page

About the excavations director

Danielle Arribet-Deroin

CNRS

By this excavations director

Top of page

Copyright

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals