Navigation – Plan du site
2006

Aubevoye – La Chartreuse

Responsable(s) des opérations : Caroline Riche
Notice rédigée par : Caroline Riche

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 27022029/27022030

Date de l'opération : 2003 (FP)

1Le site d’Aubevoye « La Chartreuse » est localisé dans la plaine alluviale de la vallée de la Seine, sur un microrelief d’une zone en partie inondable, à 50 km au sud-ouest de Rouen. La fouille annuelle programmée de 2005 fait suite à la fouille préventive de 2003 qui avait notamment révélé une occupation du Néolithique ancien (culture du Villeneuve-Saint-Germain). La campagne 2005 réaffirme l’importance de l’occupation du Néolithique ancien et confirme la présence d’occupations plus récentes attribuées à la Protohistoire et au haut Moyen Âge, tandis que d’autres structures sont d’époque incertaine (Fig. n°1 : Plan général des structures).

2Le haut Moyen Âge est représenté par deux structures respectivement mérovingienne et carolingienne. La première est un « silo en cloche » de forme quasi circulaire et orienté est-ouest. De 2 m de diamètre et de 1,20 m de profondeur, il présente une stratigraphie caractéristique avec des fragments de céramique mérovingiens découverts dans les niveaux supérieurs et inférieurs. La seconde structure est longue de 4,70 m et large de 3,20 m, avec une profondeur de 1,44 m au maximum. De forme allongée elle est orientée est-ouest et se compose d'une succession de phases de comblement/effondrement plus ou moins importantes inégalement riches en vestiges (céramique, faune, calcaire brûlé, torchis et éléments de parois de four). Les fragments de céramique exhumés sont pour une grande majorité datés de la fin du Carolingien. Les caractéristiques morphologiques de la structure permettent d'en préciser sa fonction première. La partie occidentale forme un creusement en pente douce constitué de petits « surcreusements » faisant office de « marches » qui permettent d'accéder à un « replat » bordé au sud par un creusement subcirculaire de 1 m de diamètre, profond de 0,50 m et accolé au bord méridional de la fosse. Le côté septentrional de ce surcreusement présente un aménagement de blocs de calcaire posés à plat, tandis que le fond est composé de sable. L'ensemble laisse penser que cette fosse correspond à un « cellier » doublé d'un « puisard » ou d'un petit silo marqué d'un aménagement particulier de blocs de calcaire.

3L’occupation protohistorique correspond à un enclos circulaire à vocation funéraire de la fin de l’âge du Bronze et/ou du début de l’âge du Fer, caractérisé par un fossé et une fosse. On peut évaluer le diamètre maximum de l’enclos à 15 m. Aucune ouverture n’a été identifiée dans cette zone sud de l’enclos en partie perturbée par le silo mérovingien. Il présente une largeur comprise entre 3 m et 1,50 m. Le comblement simple a été observé sur une profondeur de 0,20 m à 0,45 m. De profil irrégulier, en « U » et parfois très évasé, ce fossé se caractérise par un unique remplissage (limon brun foncé) et du mobilier archéologique rare. La fosse, située au centre de l’enclos est de forme subcirculaire et s’étend sur 1,78 m de long, 1,60 m de large et 0,28 m de profondeur. De rares tessons de céramique et des os humains calcinés ont été découverts sur l’ensemble du remplissage.

4L’occupation du Néolithique ancien se caractérise par trois bâtiments de type « rubané ». Le bâtiment 1 découvert en 2003 est complet (au moins 29 m de long, sur au moins 5 m de large). Le bâtiment 2 reste partiel et s’étend sur 22 m de long et 4 m de large. Il présente une division interne d’au moins quatre pièces avec un espace avant sans couloir. Le bâtiment 3, visible sur 14 m de long, est constitué d’une pièce avant de 9 m de long et d’un couloir de 2 m situé plus à l’arrière. Les fosses latérales associées à ces maisons ont livré du mobilier attribuable au Villeneuve-Saint-Germain. Il présente des caractéristiques typologiques similaires à celui découvert en 2003. L’industrie lithique reste dans les mêmes proportions avec une présence remarquée de produits laminaires. La céramique, moins abondante, a notamment livré des individus à pâte fine et des décors en arêtes de poissons. Des bracelets en schiste, du matériel de mouture et des éléments de parure enrichissent largement ce corpus. La faune correspond à des espèces domestiquées (bœuf, porc et caprinés) plus abondantes et des espèces chassées (auroch, sanglier et cerf).

5Les principaux marqueurs de la culture Villeneuve-Saint-Germain tels que les bracelets en schiste, le silex tertiaire sont bien représentés. De nouveaux éléments viennent enrichir le corpus (parure en coquillage et anneau en ophiolite de l’arc alpin notamment).

6RICHE Caroline

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général des structures

Fig. n°1 : Plan général des structures

Auteur(s) : Riche, Caroline (INRAP). Crédits : INRAP (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général des structures
Crédits Auteur(s) : Riche, Caroline (INRAP). Crédits : INRAP (2005)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Caroline Riche, « Aubevoye – La Chartreuse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8083

Haut de page

Responsable d'opération

Caroline Riche

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals