Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202043 – Haute-LoireMonistrol-sur-Loire – Le château ...

2020
43 – Haute-Loire

Monistrol-sur-Loire – Le château vieux

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Esteban Teyssier

Notes de la rédaction

Teyssier E. 2020 : Le Château-Vieux, un espace mis en défense ?, rapport d’opération de sondages.

Texte intégral

1Dans le plateau monistrolien (Haute-Loire) qui s’incline doucement vers la Loire et sa riche plaine, deux ravins profonds découpent un coin de terre. Ils lui donnent des défenses naturelles. En 1494, un document mentionne un terroir dit du « château-vieux ». C’est un terroir, un lieu-dit où toute construction a disparu. Le nom conserve la mémoire d’un château qui n’est pas seulement vieux, mais mort.

2Les objectifs de la campagne 2020 ont été atteints. Ils permettent d’avoir une vision des extrémités du site et de ses entrées, d’attester de la présence de niveaux archéologiques et de confirmer la nature défensive de l’espace. La matière documentaire est donc plus que présente. Le site a connu une occupation qui a évolué dans le temps et dont les natures diverses ne sont pas toutes renseignées. L’éperon est anthropisé dès le Bronze moyen, puis à nouveau occupé lors de l’âge du Fer. Aucun niveau conservé appartenant à ces périodes n’a été documenté à ce jour. L’occupation protohistorique est confirmée par la présence d’artefacts prélevés dans des niveaux de comblements médiévaux et font échos aux deux périodes évoquées.

3Le fourchette chronologique a pu être resserrée pour la période médiévale grâce aux analyse 14C. Les prélèvements charbons effectués dans des niveaux liés à de la destruction mettent en évidence qu’il s’agit des derniers instants où l’espace est occupé au Moyen Âge. La fin de l’occupation peut ainsi être datée de l’intervalle 1050-1120. Pour la première fois depuis 2017, quelques indices laissent entendre que l’éperon aurait été investi à l’époque médiévale au début du ixe s. L’analyse céramique tend à confirmer cette fourchette chronologique, notamment par la présence exclusive de céramique à pâte grise et de formes caractéristiques pour cette période. Abandonné pendant près de quatre siècles, le site du Château-Vieux reste dans les mémoires pour devenir une carrière de pierre entre le xve et xviie s. À nouveau abandonné, il prend la fonction de pâturage au xviiie-xixe s. avant que la nature ne reprenne ses droits.

4Le qualificatif de château-vieux dans la minute notariale de 1494 ainsi que les découvertes estivales affirment définitivement la nature du site. Placé sur un point haut avec des falaises abruptes sur ses côtés, les constructions anthropiques révélées cette année confirment l’aménagement défensif de l’éperon. Barré à l’ouest par un fossé sec, l’ouvrage de défense passif est doublé d’un mur cyclopéen en pierre pour sa base, qui fermait l’accès à l’éperon. L’accès au château par les gorges du côté est est défendu par des constructions en terrasse qui surplombent un chemin, lui-même défensif par son tracé. Enfin, des artefacts comme une pointe de flèche en fer ainsi qu’une plausible balle de fronde renforcent la vocation défensive de ces secteurs.

5La mise en défense pose la question cruciale des détenteurs du site. Aucune source connue n’évoque de famille seigneuriale pour Monistrol avant le xiiie s., avec les Saint-Didier. Il ne faut toutefois pas confondre le bourg de Monistrol et le site du Château-Vieux qui doit posséder son propre toponyme. Mais l’écueil reste le même, aucun texte n’ayant conservé de mention de castrum, de fortification ou de villa sur cet espace. Seul un notaire du xve s. qualifie ce terroir du castrum vetus mais lui-même ne doit pas savoir à qui il avait appartenu. Le nom des gorges de Bilhard où se trouve le château n’apparaît qu’au xviiie s.

Fig. 1 – Vue est du mur en gros appareil qui ferme le fossé

Fig. 1 – Vue est du mur en gros appareil qui ferme le fossé

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Effondrement d’une structure en pierre, plausible entrée ouest du site

Fig. 2 – Effondrement d’une structure en pierre, plausible entrée ouest du site

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 3 – Vue du plateau du Château-Vieux par les gorges

Fig. 3 – Vue du plateau du Château-Vieux par les gorges

Cliché : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue est du mur en gros appareil qui ferme le fossé
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Effondrement d’une structure en pierre, plausible entrée ouest du site
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Vue du plateau du Château-Vieux par les gorges
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esteban Teyssier, « Monistrol-sur-Loire – Le château vieux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 juin 2021, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/81310

Haut de page

Responsable d’opération

Esteban Teyssier

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search