Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202043 – Haute-LoireLe Puy-en-Velay – 4 rue de la Man...

2020
43 – Haute-Loire

Le Puy-en-Velay – 4 rue de la Manécanterie

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2020 : Le Puy-en-Velay (Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) 4 rue de la Manécanterie, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Cette intervention est motivée par le projet de rénovation complète du bâtiment en vue de sa transformation en musée destiné à recevoir des objets liturgiques. Elle concerne le bâtiment de la Manécanterie au Puy-en-Velay, qui est situé immédiatement au pied du chevet de la Cathédrale, à l’intersection des rues de la Manécanterie et Saint-Georges (parcelle AC 516 en 2020). L’emprise est située au cœur du pouvoir temporel et spirituel, dans le quartier du cloître. C’est sur ce replat qu’est construit l’hôtel de Grateloup, probablement au xiiie s. Selon toute vraisemblance, celui-ci est bâti sur des vestiges d’occupations antérieures, comme le montrent les puissants murs de soutènements antiques repérés dans la cathédrale et dont le retour ouest-est se prolonge en direction de l’hôtel Saint-Vidal. L’hôtel de Grateloup, proprement dit, est mentionné pour la première fois en 1282 : il existe un hôtel en dur associé à une chapelle probablement privée construite par la famille nobiliaire. Suite à une histoire mouvementée de transmission par mariage ou héritage, l’hôtel passa aux mains de la famille delphinale jusqu’au troisième quart du xive s. quand la famille seigneuriale des Montlaur, très active dans la ville, acquiert cet hôtel. Il y a un long silence entre la fin du xive s. et le milieu du xviiie s. L’hôtel passe alors de la famille de Montlaur à celle des Genestet de Saint-Didier. Ceux-ci entreprirent de vastes travaux de restauration et de construction. La maison fut vendue vers 1815 par M. de Saint-Didier à M. Becdelièvre, avant de devenir la résidence de l’évêque du Puy en 1906.

2Le plan général présente au premier abord un ensemble assez simple et homogène, qui s’articule autour d’une cour avec deux ailes. Ces dernières forment un L dont les branches forment façade sur les deux rues de la Manécanterie et Saint-Georges. Ce plan masse se retrouve sur quatre niveaux, soit 270 m2 environ. À ce corps principal est greffée, au nord, la chapelle Saint-Vincent, construite sur une voûte qui enjambe la rue Saint-Georges pour s’appuyer de l’autre côté contre la « Prévôté ». Les façades extérieures, qui n’ont fait l’objet que d’observations visuelles, sans aucune intervention matérielle, présentent chacune, hormis la partie nord en liaison avec la chapelle rue Saint-Georges, un aspect homogène d’époque moderne (fig. 1), sans être identiques entre elles. Cependant, il paraît vraisemblable que subsistent, même dans cette partie, des traces de constructions antérieures : la forme en L semble en effet venir englober un état antérieur. Outre la documentation des vestiges, l’intervention a donc tenté de cerner les témoins d’états antérieurs.

Fig. 1 – Façade sud homogène, xviie-xviiie s., sur le jardin du « Camino »

Fig. 1 – Façade sud homogène, xviie-xviiie s., sur le jardin du « Camino »

Cliché : D. Parent (Inrap).

3Aucune maçonnerie ne présente de caractéristiques romaines. Cependant, un mur du rez-de-jardin, par son épaisseur « anormale », évoque l’hypothèse des caissons de fondation pour un podium monumental antique (fig. 2). Cette période se manifeste également dans le bâtiment par les nombreux remplois de bloc de grand appareil en arkose. On peut noter que ceux-ci sont particulièrement présents dans les parties liées à la voûte soutenant la chapelle Saint-Vincent au-dessus de la rue Saint-Georges. Ce secteur semble d’ailleurs constituer le noyau le plus ancien, avec des murs qui présentent des assises régulières en moyen appareil de brèches.

Fig. 2 – Pièce 3 et mur M4

Fig. 2 – Pièce 3 et mur M4

Cliché : D. Parent (Inrap).

4Les éléments de décors comme le type d’appareil seraient compatibles avec une datation tardo-romane. L’extension en plan est difficile à apprécier sans décroûtage exhaustif, mais l’aile donnant sur la rue de la Manécanterie, qui se superpose aux deux grandes caves, associée à l’espace pivot qui donne sur la cour intérieure, constitue un ensemble interdépendant structurellement et fonctionnellement. La chapelle Saint-Vincent appartient stratigraphiquement aussi au nœud primitif du bâti. Les peintures exceptionnelles découvertes à l’intérieur sont en cours d’étude, mais une datation xiiie-xive s. est envisagée (fig. 3). Sa position enjambant la rue, et s’appuyant ainsi sur deux propriétés distinctes, pose évidemment question sur les nécessites foncières, et peut-être politiques, qui ont permis cet aménagement. Les liaisons constructives, notamment dans les angles de la construction, ne permettront pas de répondre à elles seules à ces interrogations, mais permettent déjà d’entrevoir des stratégies de mise en œuvre.

Fig. 3 – Intérieur de la chapelle Saint-Vincent

Fig. 3 – Intérieur de la chapelle Saint-Vincent

Clichés : D. Parent (Inrap).

5Les travaux d’époques modernes ont profondément modifié l’existant, comme le montre l’adjonction de la façade ouest sur le noyau primitif, mais l’ont également, semble-t-il, englobé dans un bâti plus vaste, délimité par l’aile sud et la cage d’escalier. La chronologie de ces travaux semble s’étaler entre la fin du xviie s. et le début du xviiie s. Les embrasures, comme les encadrements de porte, et plusieurs plinthes ont conservé des moulures datantes (xviie et xviiie s.) qu’il serait nécessaire de pouvoir étudier après enlèvement des peintures récentes. Les sondages au rez-de-chaussée ont révélé un décor peint datant de la même période. Le pourcentage des surfaces sondées étant inférieur à 4 %, la possibilité de découverte similaire est évidemment importante.

6La cage d’escalier dessert actuellement les quatre niveaux du bâtiment. Celle-ci étant un ajout du à la rénovation profonde du bâtiment à l’époque moderne, les circulations verticales antérieures restent largement inconnues. L’escalier qui mène à la chapelle, même s’il constitue le seul accès au « balcon couvert » qui sert de sas d’entrée, semble plaqué dans un deuxième temps sur l’extérieur du bâti. Il est d’ailleurs possible que la fonction de l’espace 24, qui sert actuellement de « palier » à la chapelle, ait été détournée et qu’il ait d’abord servi de « balcon », comme il est figuré sur des gravures : la porte dans le mur latéral sud de la chapelle constituant alors l’entrée, mais posant, par la même, sous un autre angle, la question des niveaux de plancher et celui des dessertes : en effet, cette porte était desservie par une galerie dont le niveau est incompatible avec les étages actuels.

7Seule la cave la plus profonde conserve un accès ancien, aujourd’hui bouché, mais le débouché au niveau supérieur n’est pas connu. Il est vraisemblable que le déplacement de l’escalier soit lié à la construction de la salle voûtée au-dessus, ou simplement de la cheminée qui s’y trouve, et que la typologie place dans les campagnes du xviie s. Mais il est également possible que la condamnation de cette communication, comme celle de l’oculus présent au sommet de la voûte de la cave inférieure, reflète un chantier bien plus radical : l’épaisseur qui sépare l’extrados de la voûte inférieure (1,20 m) pourrait correspondre à un exhaussement général des niveaux. La voûte de la cave 2 présente également une mise en œuvre nettement plus fruste, et qui semble s’appuyer sur une maçonnerie de moyen appareil antérieur.

8Les interrogations qui concernent les circulations horizontales se cristallisent surtout au niveau du rez-de-jardin. Les deux arcs qui donnaient rue Saint-Georges sous la chapelle indiquent l’importance que pouvait avoir cet accès, aujourd’hui condamné. L’existence possible d’une ruelle Grateloup à l’extrémité est du terrain reste également à préciser et à confronter avec les dénivelées importantes du relief, aménagées actuellement en terrasses.

9La porte décorée d’une tête située au rez-de-chaussée synthétise plusieurs questions déjà évoquées (fig. 4). La mouluration, comme la sculpture, pourrait appartenir aux premières phases du bâtiment (xiiie-xive s.) et donc être contemporaine de la chapelle. L’étude des maçonneries montre que cet élément est lié aux murs attenants, en faisant donc un nœud stratigraphique important. Toutefois, ces liaisons « multi directionnelles », et surtout l’insertion brutale de l’archivolte dans la maçonnerie, doivent amener à explorer plus avant le caractère primaire ou en remploi de cette porte. En effet, les indices matériels sont contradictoires, et un éventuel remploi pourrait n’être que partiel, ou porter simplement sur un déplacement en son niveau de seuil est en adéquation avec celui des planchers actuels, alors que celui-ci devait être diffèrent lors de sa mise en place. Le statut et l’emplacement ont également évolué puisque, d’un accès extérieur, peut-être principal, il est passé aujourd’hui à une « entrée de service » annexe. Enfin, la tête sculptée, si elle évoque au premier regard un Christ, pourrait également représenter un moine et constituer un indice sur le statut de cette maison.

Fig. 4 – Tête sculptée dans un bloc monolithe incluant l’archivolte

Fig. 4 – Tête sculptée dans un bloc monolithe incluant l’archivolte

Cliché : D. Parent (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Façade sud homogène, xviie-xviiie s., sur le jardin du « Camino »
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 2 – Pièce 3 et mur M4
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 3 – Intérieur de la chapelle Saint-Vincent
Crédits Clichés : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 4 – Tête sculptée dans un bloc monolithe incluant l’archivolte
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Le Puy-en-Velay – 4 rue de la Manécanterie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 juin 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/81409

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search