Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierChâtelperron – La Grotte des fées

2020
03 – Allier

Châtelperron – La Grotte des fées

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Raphaël Angevin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

038785

Sujets :

grotte, archives
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Angevin R., Dérobert X., Devie T., Lacoste E., Lejay M., Palma Lopes S., Vernet G. 2021 : La « Grotte des Fées » de Châtelperron (Allier) : un gisement éponyme dans son contexte archéologique, géomorphologique et historiographique, rapport d’opération annuelle de prospection thématique (2020), Clermont-Ferrand, Drac Auvergne-Rhône-Alpes, SRA, Clermont-Ferrand.

Texte intégral

1Au contact des Monts de la Madeleine et de la Sologne bourbonnaise, à une trentaine de kilomètres de Moulins, la Grotte des Fées de Châtelperron (Allier) correspond à un complexe karstique formé de deux cavités principales, aux entrées distinctes et aux galeries interconnectées (fig. 1). D’un point de vue topographique, elle s’établit sur le flanc oriental d’un éperon de basse altitude marquant l’interfluve entre le Graveron à l’est et la Besbre à l’ouest.

Fig. 1 – Vue de l’entrée des trois cavités historiques depuis le coteau dominant la rive droite du Graveron, depuis l’est

Fig. 1 – Vue de l’entrée des trois cavités historiques depuis le coteau dominant la rive droite du Graveron, depuis l’est

Cliché et DAO : R. Angevin (SRA).

2Elle s’ouvre dans les calcaires bioclastiques lacustres de l’Aquitanien (Tertiaire/Miocène inférieur : m1CM), à 248,70 m NGF et 6 m au-dessus du Graveron dont le cours actuel s’établit à une centaine de mètres à l’est. À cet emplacement, le coteau a été tronqué par les travaux d’aménagement de la voie ferrée reliant le bassin houiller de Bert/Montcombroux-les-Mines aux usines métallurgiques de Dompierre-sur-Besbre. Ces aménagements ont exposé les entrées de la Grotte Poirrier (du nom de l’ingénieur qui en a sondé le remplissage) au sud et de la Grotte Bailleau au nord, explorées à partir des années 1850 à la faveur de la troncature du talus d’entrée par les aménagements ferroviaires. Dans la continuité de ce réseau, au nord, une troisième anomalie, de dimensions réduites, a été repérée dès le second tiers du xixe s. : il s’agit d’une dépression karstique dont le volume aurait été exploité en carrière et qui a été partiellement fouillé par G.-J. Bailleau en 1867-1870. C’est dans ce locus, dit du foyer ou de la Grotte Effondrée, que Delporte a repris les travaux de 1951 à 1954 puis en 1962, après près d’un siècle d’interruption.

3Dès 1912, le gisement fut choisi par le préhistorien H. Breuil pour définir le locus princeps de la phase ancienne de son complexe aurignacien, avant d’accéder à l’éponymie en 1955 et de désigner l’une des grandes paléocultures de la Préhistoire, le Châtelperronien ou Castelperronien, qui marque les débuts du Paléolithique supérieur en Europe occidentale. En dépit des lacunes et de l’ancienneté de son exploration, la Grotte des Fées se présente donc comme l’une des localités les plus souvent citées dans la littérature spécialisée. Paradoxalement pourtant, elle est sans doute l’une des plus mal connues, ce qui nous a conduit à développer un nouveau programme de recherche sur ce site, près de soixante ans après les dernières fouilles.

4La campagne de prospection thématique mise en œuvre en 2020 sur le site de la Grotte des Fées à Châtelperron a été conduite suivant trois axes de recherche complémentaires. Dans la continuité des investigations géophysiques réalisées en 2019 qui avaient livré plusieurs indices en faveur de la présence de cavités karstiques au registre supérieur de la Grotte des Fées, une étude à haute résolution dans une zone resserrée d’environ 0,1 ha, centrée sur l’anomalie repérée en 2019 et la zone d’effondrement identifiée à proximité, a tout d’abord été engagée. Cette étude a combiné les trois méthodes géo-électromagnétiques précédemment mises en œuvre, à savoir la tomographie de résistivité électrique (TRE), la cartographie à induction électromagnétique basse fréquence (IEM) et le radar géologique, dans l’objectif de confirmer la présence d’une ou plusieurs cavités et d’en apprécier le volume et la géométrie (S. Palma Lopes, X. Dérobert, T. Devie).

5Si la méthode radar a confirmé son inadaptation au contexte géologique local, très perturbé, deux des quatre transects de TRE implantés pour quadriller la zone (T7 à T10) ont confirmé la présence d’anomalies qui pourraient correspondre à des réseaux karstiques (fig. 2). Elles se concentrent à proximité du sotch (doline) identifié par Delporte dans les années 1960 et qui correspond à une zone de sous-tirage encore active et qui a pu être exploitée en carrière.

Fig. 2 – Carte de synthèse des données constituées autour des cavités, des zones d’emprunt et de rejet

Fig. 2 – Carte de synthèse des données constituées autour des cavités, des zones d’emprunt et de rejet

La légende des lettres, tirée de la lettre manuscrite de G.-J. Bailleau du 17 octobre 1867 est donnée en fig. 3.

DAO : SRA Auvergne-Rhône-Alpes, R. Angevin, S. Palma-Lopes, X. Derobert, T. Devie.

6La seconde opération a consisté en l’ouverture d’une nouvelle fenêtre d’évaluation dans la parcelle agricole et la zone boisée au nord de la Grotte Effondrée et dans le bois situé plus à l’ouest, afin de préciser l’organisation structurale et l’évolution du coteau occidental du Graveron dans ce secteur où deux anomalies topographiques laissaient supposer le développement de faibles sous-tirages karstiques. Une cartographie à IEM a ainsi été dressée, sur une surface d’environ 3 ha, afin de déterminer les variations du substrat tertiaire, d’évaluer l’ampleur des dépôts de versant et de préciser la morphologie du massif calcaire dans ce secteur et l’éventuel étagement de sa pente (S. Palma Lopes, T. Devie). Elle a permis de mettre en évidence la grande uniformité du registre calcaire dans ce secteur. Peu d’anomalies pouvant correspondre à des dolines d’effondrement ont par ailleurs été repérées, ce qui pourrait confirmer la plus grande homogénéité des matériaux miocène dans ce secteur. Au nord de la parcelle boisée, une zone de haute conductivité a pu être mise en évidence : elle correspond à un thalweg nettement perceptible en topographie dont le comblement a pu être partiellement évalué par le recours à un transect TRE (T11).

7Enfin, une campagne de sondages d’évaluation géomorphologique a été exécutée sur le terrain afin d’étalonner les acquisitions géophysiques obtenues lors de la réalisation de plusieurs transects de la plaine alluviale du Graveron en 2019 (G. Vernet, R. Angevin). À cet effet, sept carottes ont été prélevées dans la plaine alluviale et aux abords des grottes. Plusieurs zones supposées de stockage des déblais d’aménagement et de fouille des xixe-xxe s. ont par ailleurs été testées, afin de confirmer les hypothèses formulées quant à leur localisation, de préciser les cartographies liminaires et d’évaluer leur puissance à proximité immédiate des cavités. De fait, ces remblais ont pu être étudiés dans le champ à l’est des cavités et sous le parking actuel de la Grotte des Fées (sondages carottés C1 et C7). Les sondages mis en œuvre dans la zone de divagation du Graveron ont par ailleurs mis en lumière l’importance des formations de terrasses quaternaires, en lien avec la présence de paléochenaux, et le fort développement des niveaux de débordement de la rivière, dont des témoins ont été repérés près de l’entrée des grottes.

8Le travail de récolement des archives engagé en 2017 et poursuivi dans le cadre de cette prospection thématique a pu être complété et enrichi (É. Lacoste). Plusieurs fonds documentaires préalablement identifiés n’ont toutefois pu être dépouillés, en raison des contraintes d’accès liées au contexte sanitaire. Le fonds d’archives des Mines de Bert, déposé par la Dreal Auvergne-Rhône-Alpes aux Archives départementales du Puy-de-Dôme, a toutefois pu être consulté en totalité, sans acquis probant pour la connaissance du gisement de la Grotte des Fées. Un important travail de compilation de la documentation stratigraphique et d’inventaire raisonné des descriptions a par ailleurs été mené à bien. Il fournit un outil de travail précieux en vue de la reprise des fouilles sur le site et de la confrontation, terme à terme, des séquences sédimentaires explorées par Poirrier, Bailleau et Delporte. Dans la continuité des opérations de repérage et de relevé topographique initiées en 2019 et de dépouillement systématique de la documentation ancienne, des plans de localisation des fouilles ont par ailleurs été établis, permettant de synthétiser les informations disponibles sur les différents temps des recherches à Châtelperron et d’abonder la réflexion en cours sur la présence d’éventuels témoins préservés d’occupations paléolithiques dans le secteur de la Grotte Effondrée et à ses abords (fig. 3).

Fig. 3 – Localisation des fouilles anciennes

Fig. 3 – Localisation des fouilles anciennes

Haut (A) : fouilles G.-J. Bailleau (1867-1870).
Les secteurs notés de A à J sont décrits dans la lettre de Bailleau à Lartet en date du 17 octobre 1867. Ms 199068_1-177 (Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse). Ils livrent un état des travaux à cette date.
A : chemin de fer ; B-C : entrée des grottes ; D : partie accessible avant les fouilles ; E : partie explorée ; F : couloir dont l’entrée est reconnue donnant probablement accès dans la grotte D ; G : foyer à découvert où ont porté les fouilles ; H : rejet des terres fouillées ; I : talus du chemin de fer ; J : cavalier de terres rejettées (sic) lors de la construction du chemin de fer ; K : fontaine.
Les références à la troisième caverne et au petit plateau entouré de rochers sont issues de Bailleau 1872 : 110 et 116. L’échelle de représentation des zones de fouille tient compte des indications fournies par Bailleau dans ses publications. Foyer extérieur (G) : 4 x 6 m ; Troisième caverne : 2,5 x 5 à 6 m. Bailleau 1869 : 94 et Bailleau 1872 : 118.
Bas (B) : fouilles H. Delporte (1951-1962).
D’après Delporte 1955a : fig. 1 ; Delporte 1962 (rapport) : plan inédit ; Delporte, n.d. : pl. III.
La progression des recherches est fournie par les étiquettes datées : 1951-1952 : sondage initial et tranchée exploratoire est-ouest ; 1953-1954 : exploration des Paliers nord et sud ; 1954 : fouille de la Galerie inférieure ; 1962 : extension du Palier sud.
Le sondage initial réalisé en 1951 dans la Grotte Effondrée couvre une emprise de 1 m2 à l’extrémité occidentale de la tranchée d’évaluation ouest-est, au droit de la galerie inférieure dite « moustérienne ».
La localisation exacte des sondages opérés en 1951 (étoiles) dans les grottes Poirrier et Bailleau demeure inconnue.
L’extension du Palier nord notée « 1962 ? », signalée dans la Pl. III du manuscrit inédit, pourrait correspondre à la zone des fouilles clandestines.

DAO : SRA Auvergne-Rhône-Alpes, R. Angevin, J. Charmoillaux, É. Lacoste.

9Ces documents ne livrent toutefois qu’un état provisoire de la recherche à l’issue des deux campagnes de prospection thématique et ils devront logiquement être complétés ou précisés à la lumière des découvertes à venir.

Haut de page

Bibliographie

Angevin R., Dérobert X., Devie T., Lacoste E., Lallemand D., Pacaud F., Palma Lopes S. 2020 : La « Grotte des Fées » de Châtelperron (Allier) : un gisement éponyme dans son contexte archéologique, géomorphologique et historiographique, rapport d’opération annuelle de prospection thématique (2019), Drac Auvergne-Rhône-Alpes, SRA, Clermont-Ferrand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’entrée des trois cavités historiques depuis le coteau dominant la rive droite du Graveron, depuis l’est
Crédits Cliché et DAO : R. Angevin (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Carte de synthèse des données constituées autour des cavités, des zones d’emprunt et de rejet
Légende La légende des lettres, tirée de la lettre manuscrite de G.-J. Bailleau du 17 octobre 1867 est donnée en fig. 3.
Crédits DAO : SRA Auvergne-Rhône-Alpes, R. Angevin, S. Palma-Lopes, X. Derobert, T. Devie.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Localisation des fouilles anciennes
Légende Haut (A) : fouilles G.-J. Bailleau (1867-1870).Les secteurs notés de A à J sont décrits dans la lettre de Bailleau à Lartet en date du 17 octobre 1867. Ms 199068_1-177 (Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse). Ils livrent un état des travaux à cette date.A : chemin de fer ; B-C : entrée des grottes ; D : partie accessible avant les fouilles ; E : partie explorée ; F : couloir dont l’entrée est reconnue donnant probablement accès dans la grotte D ; G : foyer à découvert où ont porté les fouilles ; H : rejet des terres fouillées ; I : talus du chemin de fer ; J : cavalier de terres rejettées (sic) lors de la construction du chemin de fer ; K : fontaine.Les références à la troisième caverne et au petit plateau entouré de rochers sont issues de Bailleau 1872 : 110 et 116. L’échelle de représentation des zones de fouille tient compte des indications fournies par Bailleau dans ses publications. Foyer extérieur (G) : 4 x 6 m ; Troisième caverne : 2,5 x 5 à 6 m. Bailleau 1869 : 94 et Bailleau 1872 : 118.Bas (B) : fouilles H. Delporte (1951-1962).D’après Delporte 1955a : fig. 1 ; Delporte 1962 (rapport) : plan inédit ; Delporte, n.d. : pl. III.La progression des recherches est fournie par les étiquettes datées : 1951-1952 : sondage initial et tranchée exploratoire est-ouest ; 1953-1954 : exploration des Paliers nord et sud ; 1954 : fouille de la Galerie inférieure ; 1962 : extension du Palier sud.Le sondage initial réalisé en 1951 dans la Grotte Effondrée couvre une emprise de 1 m2 à l’extrémité occidentale de la tranchée d’évaluation ouest-est, au droit de la galerie inférieure dite « moustérienne ».La localisation exacte des sondages opérés en 1951 (étoiles) dans les grottes Poirrier et Bailleau demeure inconnue.L’extension du Palier nord notée « 1962 ? », signalée dans la Pl. III du manuscrit inédit, pourrait correspondre à la zone des fouilles clandestines.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/81948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Angevin, « Châtelperron – La Grotte des fées » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/81948

Haut de page

Auteur

Raphaël Angevin

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Raphaël Angevin

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search