Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierChevagnes – CD 298, Le Marteau, B...

2020
03 – Allier

Chevagnes – CD 298, Le Marteau, Bruyeurs de Breux, Breux

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Clémence Roger

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Roger C. 2021 : Chevagnes, CD 298, Le Marteau, Bruyeurs de Breux, Breux, Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03099, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Cette opération de diagnostic archéologique menée préalablement au projet d’aménagement d’une centrale photovoltaïque dans la commune de Chevagnes, aux lieux-dits Le Marteau, Bruyeurs de Breux et Breux, a été réalisée par les équipes du Sapda à l’été 2020. La spécificité de cette opération réside, d’une part, dans sa superficie avoisinant les 40 ha, et, d’autre part, dans le contexte historique et archéologique relativement peu connu jusqu’alors sur ce territoire. Les résultats obtenus à l’issue de ce diagnostic permettent de constater que ce secteur du nord-est du département a été le lieu d’occupations humaines au cours de l’Antiquité.

2Les vestiges paléolithiques restent rares, malgré un contexte géomorphologique favorable à la conservation des vestiges de cette période. On retiendra la présence d’un éclat d’épannelage en silex, hors contexte et un silex taillé en position secondaire, mis au jour dans le comblement d’un fossé linéaire antique.

3La Protohistoire s’illustre par la présence de mobilier céramique hors contexte et de rares structures en creux isolées. Le faciès céramique identifié a livré des productions des périodes récentes de La Tène. On parlera, pour cette période chronologique, de fréquentation, plus que de véritable occupation.

4C’est au cours de l’Antiquité que l’on décèle une véritable occupation du secteur. Ainsi, a été observé au centre de la parcelle I174, sur une superficie avoisinant les 700 m2, un niveau d’épandage de mobilier qui renvoie à la première moitié du ier s. apr. J.‑C. (Haut-Empire). Ce niveau se voit recoupé par un ensemble fossoyé, également daté du début de l’Antiquité. Le faciès céramique associé renvoie à une occupation de nature domestique. Les traces matérielles qui composent cette occupation sont conservées sous 0,20 m de recouvrement et font état d’un degré d’arasement avancé. L’anthropisation de la parcelle I22 au cours de cette période, bien que plus ténue, est également attestée sous la forme d’épandages de mobiliers et de fossés linéaires.

5La principale découverte issue de cette opération de diagnostic est une occupation domestique et rurale datée de la fin de l’Antiquité. Identifiée au nord-ouest de la parcelle I22, à l’est du cours d’eau servant de limite entre les deux parcelles qui forment l’emprise, elle se déploie sur au moins 90 m de longueur et semble particulièrement dense sur une cinquantaine de mètres. Ce site se caractérise par un ensemble de structures en creux et d’aménagements qu’il n’a pas été permis de tester exhaustivement. A notamment été identifié́ un bâtiment en matériaux périssables, sur poteaux plantés et parois en torchis, d’une superficie d’environ 25 m2. Il est agrémenté d’un four domestique d’1,40 m de diamètre, de plan incomplet et visiblement arasé. Cet ensemble, à vocation vraisemblablement domestique, a, semble-t-il, subi l’action du feu au moment de son abandon. Non loin, ont été mis au jour deux niveaux d’effondrement de toiture, dont l’un, entièrement dégagé en plan, présente des éléments de toiture en terre cuite très fragmentés, associé à quatre trous de poteau plantés, qui suggèrent un remaniement ou une récupération des matériaux intervenus a posteriori. En définitive, l’occupation serait composée d’au moins trois bâtiments dont les fonctions ne peuvent, à ce stade, pas être déterminées.

6La délimitation sud de l’occupation, plus perméable, semble correspondre à la présence de groupements de fosses isolés. Au nord, un ensemble de fossés linéaires est bien attesté. L’abandon de la zone qui correspond au comblement final de ces fossés, localement chargés en mobilier céramique, est daté de la fin du iiie s.-début du ive s. (Bas-Empire). Le mobilier céramique collecté sur le site, composé en majorité de céramique culinaire et ne présentant qu’une faible proportion d’importation, indique que nous serions en présence d’un établissement rural domestique. Cette hypothèse est confirmée, d’une part, au regard du mode de cuisson réductrice-oxydante préféré pour ces céramiques utilitaires, et, d’autre part, aux restes de préparations culinaires et de conservation identifiés dans certains récipients. Au-delà du site identifié ont pu exister des espaces exploités mais non aménagés, les cultures et prairies ne laissant peu ou pas de vestiges apparents. La découverte de cet établissement rural atteste l’occupation de ce secteur au cours de l’Antiquité, contrairement à ce que laissait présager L. Fanaud.

7Les occurrences antiques des communes limitrophes de Chevagnes (Toulon-sur-Allier, Lusigny, Beaulon, Thiel-sur-Acolin, Chézy, Paray-le-Frésil et La Chapelle-aux-Chasses), bien que récemment complétées par les travaux récents d’archéologie préventive en lien avec l’aménagement d’A79 (RCEA), restent peu nombreuses et peu précises, tant en terme d’attribution chronologique que de caractérisation. Parmi les occupations rurales identifiées dans ce large secteur nous retiendrons en particulier les occupations rurales du début de l’Antiquité identifiées sur la commune de Thiel-sur-Acolin (D27 et D28, RCEA). Au regard de ce contexte archéologique antique, il apparaît que nous soyons en présence d’une occupation rurale dont la caractérisation et l’attribution chronologique sont bien définies à l’aune de cette opération de diagnostic. Plusieurs interrogations demeurent cependant, en particulier de cerner les éventuels liens entre les deux occupations identifiées, qui, bien qu’ils s’inscrivent dans deux temporalités différentes, pourraient correspondre à une même occupation continue.

8Un contexte rattaché du Moyen Âge a été relevé sur l’ensemble de l’emprise : une fosse conservée sur 0,60 m de profondeur, datée sur la base d’un tesson de céramique. Cette structure en creux, isolée, n’est pas constitutive d’une occupation en tant que telle. Cette période chronologique est également représentée par du mobilier céramique, mis au jour hors contexte dans le sondage SD 2006.

9Enfin, plusieurs fossés ont été détectés et testés. Ils correspondent pour l’essentiel au réseau parcellaire présent sur le cadastre dit napoléonien de la fin du xixe s. Ces structures en creux renseignent le mode d’exploitation et l’exploitation récente de ces parcelles.

Fig. 1 – Plan masse de la zone 1

Fig. 1 – Plan masse de la zone 1

DAO : équipe de fouille (Sapda).

Fig. 2 – Plan masse de la zone 2

Fig. 2 – Plan masse de la zone 2

DAO : équipe de fouille (Sapda).

Fig. 3 – Vue du probable four domestique

Fig. 3 – Vue du probable four domestique

Cliché : équipe de fouille (Sapda).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse de la zone 1
Crédits DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Plan masse de la zone 2
Crédits DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Vue du probable four domestique
Crédits Cliché : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Roger, « Chevagnes – CD 298, Le Marteau, Bruyeurs de Breux, Breux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82020

Haut de page

Auteur

Clémence Roger

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clémence Roger

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search