Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierCosne-d’Allier – Rue Charles-Loui...

2020
03 – Allier

Cosne-d’Allier – Rue Charles-Louis-Philippe

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Clémence Roger

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Roger C. 2020 : Cosne-d’Allier, rue Charles-Louis Philippe, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, 03099 rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique mené rue Charles-Louis-Philippe à Cosne-d’Allier, préalablement au projet d’aménagement d’une maison de santé porté par la Communauté de communes de Commentry-Montmarault-Néris-les-Bains, a été réalisé par une équipe du Sapda en juin 2020. Au terme de ce chantier, trois sondages ont été réalisés, couvrant environ 14 % de l’emprise.

Des occurrences de l’Antiquité au Moyen Âge

2Un spectre chronologique large a pu être appréhendé, à commencer par le Moyen Âge, pour lequel la présence de mobilier céramique n’est pas sans rappeler le passé médiéval de la commune.

3Les périodes tardo-antique et antique sont également attestées dans ce secteur de Cosne-d’Allier. On relève, pour l’Antiquité tardive, des fragments de terre cuite architecturale (tuiles et rebords de tuiles) présentant des surcuissons pouvant laisser présager l’existence d’un site de tuiliers à proximité.

4La présence d’un site daté de cette période chronologique revêt un caractère tout à fait remarquable en raison de sa faible représentativité dans la région.

5L’Antiquité se manifeste, quant à elle, par le mobilier céramique prélevé dans les niveaux supérieurs et la mise au jour d’un fossé orienté nord-ouest – sud-est dont le tracé reste lacunaire.

Une agglomération de plaine du deuxième âge du Fer

6La découverte majeure de cette opération est celle d’un site d’habitat groupé de plaine à vocation artisanale, daté du deuxième âge du Fer. Ces nouveaux témoignages viennent renouveler les connaissances sur l’origine de l’agglomération de Cosne-d’Allier. Concrètement, cette occupation apparaît sous les traits de creusements installés dans le substrat (fosses et trous de poteau). Présentes en très grand nombre, seules quelques structures ont pu être testées dans le temps imparti à ce diagnostic. Par ailleurs, l’étroitesse des fenêtres de lecture que constituent les sondages ne permet de restituer que des alignements de trous de poteau, pour lesquels une lecture plus poussée reste hasardeuse. Les types céramiques relevés sur cette occupation sont typiques d’un contexte d’habitat, avec de la vaisselle destinée à la conservation, la préparation et la cuisson et des aliments ainsi que de la vaisselle de table et d’importation.

7Le faciès micro-régional défini à partir des 1 400 tessons recueillis trouve des comparaisons avec le spectre rencontré dans la basse vallée de l’Allier et, étonnamment, peu avec le répertoire de la communauté biturige.

8Le secteur de l’agglomération mis en évidence ici est bien daté grâce au mobilier céramique présent en nombre et en contexte. Aussi, sommes-nous en présence d’un habitat dont les premiers vestiges semblent remonter à La Tène C2/D1a (vers 160-140/130 av. J.‑C.). La majeure partie de cette occupation est cependant attribuable à La Tène D1-D1a. Elle semble ainsi s’étendre sur au moins deux générations. À ce titre, les ensembles céramiques mis au jour constituent un lot de référence pour cette fourchette chronologique pour le nord Auvergne et semble soulever des problématiques d’appartenances culturelle et d’existence d’un faciès microrégional endogène.

Une vocation artisanale attestée

9De nombreux indices révèlent la présence d’activités artisanales diversifiées au sein de cette agglomération, à commencer par la structure F12, pour laquelle un sol d’utilisation, les restes d’un chemisage et une probable couverture sur poteaux ont pu être mis en évidence. L’abondance et la variété du mobilier contenu dans son remplissage renvoient à des activités artisanales multiples et attestent de la vocation de cet aménagement comme fosse de travail. D’autres fosses contenant des rejets artisanaux (F4, F8, F11, F14) ont été identifiées, mais non fouillées. À ce stade, il serait hasardeux de confirmer leur fonction artisanale.

10Le travail de la métallurgie est présent dans ce secteur de l’agglomération, avec, dans le comblement de la fosse F12, des indices de fonte et de travail du fer. En témoigne la présence de déchets d’artisanat et d’éléments identifiés comme un fragment de fibule en fer, d’un type peu courant dans le secteur, et de clous. Des fragments de bronze mis au jour dans le même contexte permettent de supposer un travail diversifié du métal comprenant également les alliages cuivreux.

11Parmi le mobilier collecté, la présence d’outils pouvant être utiliseś pour le travail des cuirs et fibres végétales peut également être avancée avec prudence.

12La découverte de déchets résultant de la fabrication de bracelets en schiste bitumeux constitue une nouveauté de premier ordre. Connus dans la commune de Buxière-les-Mines (production attestée à La Tène C2-D1), de tels artefacts dans un contexte d’habitat groupé et daté sont inédits.

13En l’état, les liens qui unissent ces deux occupations restent difficiles à déterminer. En effet, bien qu’un élément de découpe d’une plaquette de schiste ait été mis au jour, attestant le travail de cette matière fossile sur place, l’absence de déchets de taille ne permet pas d’affirmer l’existence de production de bracelets in situ. Aussi, les noyaux mis au jour pouvaient-ils être utilisés à d’autres usages ? Taille de perle ? Jeton ? Dans tous les cas, ces nouveaux éléments représentent un potentiel d’information sur la production de ces objets de parure dans le nord Auvergne.

14La présence de plusieurs jetons en céramique est également à souligner. Il pourrait s’agir de jetons de comptage ou de présence ayant pu être utilisés dans le cadre d’une activité artisanale organisée.

15Enfin, l’examen des ensembles de mobilier de céramique laténiens par D. Lallemand suggère, au regard de la faible diversité des pâtes mises au jour à l’échelle du site, une production céramique locale standardisée et artisanale de certains récipients (des imitations de vase type Besançon notamment).

L’agglomération de Cosne-d’Allier dans son réseau

16En définitive, Cosne-d’Allier, s’inscrit dans la catégorie des agglomérations de plaine ouvertes de la fin de l’âge du Fer, souvent situées en bordure d’un cours d’eau et où une production artisanale variée est attestée. À titre de comparaison, on peut rattacher à ces derniers l’habitat groupé de Varennes-sur-Allier. Cette occupation, datée de La Tène moyenne à La Tène D1a, est installée sur la rive droite de la rivière Allier, au carrefour d’importantes voies antiques, aux confins des cités arverne, biturige et éduenne (Barral, Lallemand 2014).

17Elle s’étend sur près de 20 ha (Lallemand 2014) et se caractérise, entre autres, par sa forte orientation artisanale : artisanat du tissage, métallurgies du bronze et du fer (Lallemand, Orengo 2008, p. 135-166). Ce type d’agglomération reste, à l’échelle de l’Auvergne, encore peu connu, avec seulement une demi-douzaine de sites attestés, parmi lesquels Aulnat-Gandaillat, Varennes-sur-Allier, Aigueperse, Brioude, etc.

18Installée sur l’emplacement d’un carrefour routier viaire important desservant quatre sites majeurs gaulois, Bibracte (Eduens), Villejoubert (Lémovices), Bourges-Avaricum (Bituriges) et le complexe d’Aulnat (Arvernes), l’agglomération gauloise de Cosne-d’Allier a aussi certainement entretenu des liens avec les agglomérations voisines de Chateaumeillant ou de Chantelle-la-vieille.

19Par ailleurs, cette opération de diagnostic aura révélé des relations particulières et inédites entre Cosne-d’Allier et les sites de productions de bracelets en schiste bitumineux de Buxière-les-Mines. Des liens semblent également étroits entre cette agglomération ouverte et le proche oppidum de Cordes-Chateloi à Hérisson, pour lesquels des productions céramiques d’un répertoire commun ont pu être identifiées.

20L’agglomération gauloise de Cosne-d’Allier, bien identifiée à l’issue de cette opération de diagnostic, s’inscrit dans une dynamique de recherche d’actualité sur les sites d’agglomérations ouvertes spécialisées précédant le phénomène des oppida (cf. table-ronde sur les agglomérations ouvertes spécialisées, Bibracte 2015)

Fig. 1 – Plan masse du diagnostic

Fig. 1 – Plan masse du diagnostic

DAO : équipe de fouille (Sapda).

Fig. 2 – Plan masse du sondage 1

Fig. 2 – Plan masse du sondage 1

DAO : équipe de fouille (Sapda).

Fig. 3 – Le fossé antique

Fig. 3 – Le fossé antique

DAO et cliché : P. Haguet, C. Roger, L. Vallée (Sapda).

Fig. 4 – Extrait du mobilier en schiste bitumineux

Fig. 4 – Extrait du mobilier en schiste bitumineux

1-3, sondage 1, F12, US 12-1 ; 4, sondage 1, F11 ; 5-6, sondage 2 ; 7-11, sondage 1, F12, US 12-3 ; 12, sondage 2, F48.

DAO : équipe de fouille (Sapda).

Haut de page

Bibliographie

Barral P. Lallemand D. 2014 : Les agglomérations ouvertes du iie s. av. J.‑C. à spécialisation artisanale et commerciale : deux exemples du centre-est de la France, Varennes-sur-Allier (Allier) et Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire), in Hornung S. (dir.) : Produktion-Distribution-Ökonomie, Siedlungs- und Wirtschaftsmuster der Latènezeit, Akten des internationalen Kolloquiums in Otzenhausen, 28-30 Oktober 2011, Institut für Vor und Frühgeschichte der Universität Mainz Band 258, Bonn, Band, 258, p. 205-230.

Lallemand D., Orengo L. 2007 : Les ensembles de mobilier de La Tène moyenne de l’habitat groupé de Varennes sur-Allier (Allier, Bourbonnais) : premières analyses, in Menessier-Jouannet C., Deberge Y. (dir.) : L’Archéologie de l’âge du Fer en Auvergne. Actes du XX-VIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003), Monogr. Arch. Méditerranéenne, Lattes, p. 135-166.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse du diagnostic
Crédits DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2 – Plan masse du sondage 1
Crédits DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 3 – Le fossé antique
Crédits DAO et cliché : P. Haguet, C. Roger, L. Vallée (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4 – Extrait du mobilier en schiste bitumineux
Légende 1-3, sondage 1, F12, US 12-1 ; 4, sondage 1, F11 ; 5-6, sondage 2 ; 7-11, sondage 1, F12, US 12-3 ; 12, sondage 2, F48.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Roger, « Cosne-d’Allier – Rue Charles-Louis-Philippe » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82055

Haut de page

Auteur

Clémence Roger

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clémence Roger

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search