Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierCreuzier-le-Vieux – Église Saint-...

2020
03 – Allier

Creuzier-le-Vieux – Église Saint-Martin, cave du corps de logis du xve s.

Sondage (2020)
Responsable d’opération : Perrine Picq

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Picq P. 2021 : Creuzier-le-Vieux, église Saint-Martin, cave du corps de logis du xve s., Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03094, rapport d’opération de sondage.

Texte intégral

1Cette courte opération conduite à la fin du mois d’août 2020 s’inscrit en amont d’un projet de valorisation des vestiges d’une aire funéraire mérovingienne porté par la commune de Creuzier-le-Vieux et Vichy-Communauté. Partiellement étudié des années 1970 à 1990, ce site est localisé dans la cave du logis seigneurial du Lauzet, daté du xve s,, lui-même adossé à l’église romane dédiée à saint Martin.

2Les origines de Creuzier-le-Vieux sont assez peu connues, mais il semble qu’une occupation, sous la forme d’une petite bourgade ou d’une villa, se développe à l’emplacement de l’église et/ou dans son environnement au cours de l’époque romaine. Elle se situe probablement sur le tracé de la voie reliant Aquae Caliae à Vorocium/Varennes-sur-Allier.

3La première mention de Creuzier-le-Vieux dans les sources textuelles remonte au xiie s. D’ailleurs, l’église Saint-Martin possède encore des élévations de cette période, notamment au niveau de son chevet. L’aire funéraire mérovingienne a été mise en évidence en 1974, grâce à la découverte de cinq tombes, dont trois sarcophages trapézoïdaux, lors de travaux de terrassement effectués dans le cimetière actuel, à l’est de l’édifice roman. Son existence a été confirmée à partir de 1986, lors de la fouille des caves du logis du xve s., construit contre le mur gouttereau nord de l’édifice paroissial. Au cœur de cet espace bâti bien plus tardivement, ont ainsi été exhumés les vestiges d’une dense concentration de tombes (coffres et sarcophages, majoritairement), présentant une organisation étagée. En outre, cette aire funéraire semble prendre place au sein d’un édifice matérialisé par deux, voire trois, maçonneries, découvertes au nord, à l’est et au sud de la zone de fouille.

4Cette intervention consistait en une première prise de contact avec les structures funéraires et bâties, dans le but, d’une part, d’en apprécier l’état sanitaire, et, d’autre part, d’en proposer un inventaire normé, adossé à une nouvelle documentation graphique. Le nettoyage fin des vestiges qui a été entrepris à cette occasion a permis une relecture de certaines structures et de conforter ainsi les propositions émises jusqu’alors, mais également d’en compléter certains aspects. Il est impossible à l’heure actuelle de dresser une périodisation précise des structures, mais de premiers éléments de réflexions méritent d’être mis en avant.

5En effet, les auteurs des premières investigations suggéraient la réoccupation funéraire d’un établissement « gallo-romain », matérialisé par les maçonneries mises au jour. Cette hypothèse est effectivement séduisante, en considérant l’ancienneté potentielle du mur sud, mais elle peut être nuancée pour le bâtiment en dur (murs nord et est), qui pourrait être un peu plus tardif qu’envisagé initialement, et, dès son origine, en lien avec l’aire funéraire. De ce point de vue, la datation par le radiocarbone des échantillons de charbon prélevés dans ses maçonneries pourrait apporter un éclairage intéressant.

6Pour la période mérovingienne, l’existence d’une église, dont les murs en question pourraient être les vestiges, doit certainement être considérée. Les auteurs des premières recherches suggéraient l’hypothèse « d’un portique septentrional d’un édifice religieux » à l’emplacement de la cave du corps de logis. Cette proposition semble une nouvelle fois engageante, et il est tout à fait possible que la majeure partie de l’édifice en question se soit développée sous l’église actuelle, selon une configuration bien connue par ailleurs.

7Cette opération a ainsi permis de rouvrir un dossier en sommeil depuis une trentaine d’années, par la réalisation d’un état des lieux sanitaire des vestiges et le renouvellement de la documentation de terrain. De nouvelles réflexions peuvent aujourd’hui être engagées, à l’appui notamment des connaissances sur la période mérovingienne depuis les premières fouilles. Celles-ci motivent la reprise des investigations sur ce site, dont l’apport à la connaissance du haut Moyen Âge dans l’ancienne cité de Clermont est indéniable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Picq, « Creuzier-le-Vieux – Église Saint-Martin, cave du corps de logis du xve s. » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82108

Haut de page

Auteur

Perrine Picq

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Perrine Picq

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search